1,1 milliard de dollars serait nécessaire à Petit-Couronne


Le patron du groupe NetOil, candidat à la reprise de la raffinerie Petroplus de Petit-Couronne, a estimé lundi 26 novembre à plus de 1,1 milliard de dollars les investissements nécessaires pour assurer sa rentabilité à long terme.


© Petroplus
© Petroplus
Selon le patron de NetOil, un milliard de dollars sont nécessaires pour assurer la rentabilité de Petit-Couronne. "Il y a un besoin d'investissement immédiat de 468 millions de dollars pour se maintenir à niveau", a déclaré son patron libano-américain, Roger Tamraz, dans un entretien à la publication spécialisée "Pétrole et gaz arabes". Sont également nécessaires "650 millions en équipements additionnels immédiatement après la première vague afin de maintenir les marges de rentabilité à long terme et à répondre aux normes de pollution", a indiqué M. Tamraz.

Installation d'un hydrocraqueur

Roger Tamraz confirme par ailleurs que le britannique BP, associé à NetOil et le sud-coréen Hyundai dans son projet de reprise de la raffinerie normande, s'était engagé dans une lettre d'intention à fournir 120.000 barils par jour pendant trois ans à raffiner à Petit-Couronne. Le représentant de NetOil en France, Dominique Paret, a précisé que si le projet était retenu, la première vague d'investissements serait portée par des fonds issus de "crédits-exports sud-coréens". La deuxième vague consisterait à installer un hydrocraqueur dans la raffinerie.
NetOil, basé à Dubaï et dont l'actionnariat n'est pas rendu public, a déposé une offre de reprise de Petit-Couronne qui a été jugée incomplète par le tribunal de commerce de Rouen. Six autres candidats potentiels se sont déclarés intéressés : le fonds souverain libyen Alafandi Petroleum Groupe (APG) basé à Hong Kong, l'irakien Jabs Gulf Energy, l'iranien Tadbir Energy Development Group, ainsi que les suisses Activapro AG et Terrae International.

"Être raffineur est une condition pour acheter du brut aux producteurs"


Selon Roger Tamraz, la candidature de NetOil se justifie par le fait qu'il est nécessaire d'être raffineur pour acheter du pétrole brut à des pays producteurs. "NetOil est intéressé par l'acquisition de la raffinerie de Petit-Couronne, qui fournit la zone de Paris, car être un raffineur est à présent une condition pour acheter du pétrole brut à des pays producteurs et le vendre dans le monde, et parce que 160.000 barils par jour représentent environ 10 % du marché français", a-t-il déclaré. Outre l'accord avec Hyundai et BP, Roger Tamraz met en avant son expérience du secteur avec la création du géant pétrolier Tamoil, aujourd'hui contrôlé par l’État libyen. "Nous avons signé un protocole d'accord avec Hyundai qui dirigera un consortium de sociétés sud-coréennes et françaises, facilitera le financement pour la modernisation de la raffinerie et effectuera les travaux nécessaires", a-t-il déclaré au journal.
Le tribunal de commerce a repoussé mardi au 5 février la date limite de dépôt des offres de reprise de la raffinerie de Petit-Couronne, initialement fixée au 5 novembre. Il a prononcé le 16 octobre la liquidation de la raffinerie tout en autorisant la poursuite de l'activité jusqu'au 16 décembre et en laissant ouverte la possibilité d'une cession à un repreneur. La raffinerie qui emploie 470 salariés avait déposé son bilan le 24 janvier à la suite de la faillite de sa maison mère suisse.

AFP

Lundi 26 Novembre 2012





Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse