1,3 milliard d'euros investis mais toujours pas d'éoliennes en mer



La seconde édition de Seanergy s'est déroulée les 22 et 23 mars au Havre © Seanergy
La seconde édition de Seanergy s'est déroulée les 22 et 23 mars au Havre © Seanergy
La filière des énergies maritimes renouvelables (EMR) représente plus de 2.000 emplois, 1,3 milliard d'euros déjà investis, mais les travaux d'installation d'éoliennes en mer n'ont toujours pas commencé, ont regretté mercredi 22 mars au Havre les acteurs de la filière, lors des quatrièmes assises nationales des EMR.
Selon la première étude de l'Observatoire des énergies de la mer, créé en novembre dernier, 2.086 équivalents temps pleins (ETP) ont été recensés dans cette filière, en prenant en compte les structures de formation, de recherche et développement, les développeurs exploitants et les entreprises prestataires ou fournisseurs. Cette filière est dominée pour le moment par l'éolien en mer posé (éoliennes fixées au fond de la mer) et comprend aussi les projets d'éoliennes flottantes et l'hydrolien, qui utilise l'énergie des courants marins.
"Contrairement aux autres filières plus matures des énergies renouvelables, peu d'entreprises sont aujourd'hui positionnées sur l'installation et la maintenance", indique l'étude. Le montant des investissements cumulés réalisés depuis le démarrage de la filière française des énergies de la mer, toutes catégories, s'élève environ à 1,3 milliard d'euros et n'intègre pas encore ceux liés à la construction des parcs éoliens.
Mais, pour différentes raisons, et notamment du fait de multiples recours en justice, les travaux pour installer les champs d'éoliennes en mer prévus en Normandie (Courseulles-sur-Mer, Fécamp, Le Tréport) et dans les Pays de la Loire (Saint-Nazaire, îles d'Yeu et de Noirmoutier) n'ont toujours pas commencé. "Il est temps de passer à l'action, s'il y a des verrous, faisons-les sauter", a déclaré au cours d'une table ronde le vice-président normand chargé de l'environnement, Hubert Dejean de La Bâtie (UDI).

"Peu d'entreprises sont aujourd'hui positionnées sur l'installation et la maintenance"

Au cours de débats, des représentants des principaux candidats à l'élection présidentielle ont proposé de prendre des mesures pour limiter ces recours. Un décret permet déjà d'accélérer le traitement des recours, a fait observer Béatrice Buffon, présidente du Syndicat des énergies renouvelables (SER), cheville ouvrière des assises avec Seanergy, qui organisait jusqu'à jeudi 23 mars un salon professionnel sur les EMR.
Les appels d'offres pour les champs éoliens et les fermes hydroliennes se poursuivent cependant. La ministre de l'Énergie, Ségolène Royal, a ainsi annoncé mercredi 22 mars que les candidats présélectionnés pour le futur parc éolien situé au large de Dunkerque seraient dévoilés en avril. Elle a aussi annoncé le lancement d'un "dialogue concurrentiel" en amont d'un appel d'offres pour un parc au large de l'île d'Oléron, en Charente-Maritime.
Sur le plan industriel, le Premier ministre, Bernard Cazeneuve, devait poser jeudi 23 mars à Cherbourg la première pierre d'une nouvelle usine de fabrication de pales d'éoliennes en mer par la société danoise LM Wind Power (2.500 emplois directs et indirects escomptés).
Et mercredi 22 mars, en marge des assises, la société Adwen a annoncé qu'elle avait déposé des permis de construire pour deux usines au Havre de fabrication de pales et de nacelles. Adwen a été une coentreprise d'Areva et du groupe espagnol Gamesa. Mais ce dernier fusionnant avec Siemens, et Areva s'étant retiré de l'éolien, Adwen va passer sous le contrôle du géant allemand. Les engagements pris il y a déjà plusieurs années par Areva de construire ces deux usines "seront tenus", a déclaré Luis Alvarez, PDG d'Adwen. "Le dépôt de ces permis est une étape importante mais il y a encore du travail", a-t-il ajouté, en restant prudent sur la promesse ancienne d'Areva de créer 750 emplois directs.
La France prévoit d'attribuer jusqu'à 6.000 mégawatts (MW) de projets pour l'éolien en mer posé d'ici 2023, en plus des 3.000 MW qui devraient être en service à cette échéance.

AFP

Jeudi 23 Mars 2017



Lu 653 fois



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 12 Octobre 2017 - 14:12 La pollution de l'air régresse en Europe €


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 1/03/2013
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse