1,5 milliard d'euros pour développer le port ivoirien de San Pedro


San Pedro, deuxième port de Côte d'Ivoire, va bénéficier d'un plan d'investissement de 1,445 milliard d'euros, dont la première phase de 610 millions d'euros va démarrer dans les prochains mois.


Le gouvernement ivoirien a validé une extension à 465 millions d’euros pour le port de San Pedro © PASP
Le gouvernement ivoirien a validé une extension à 465 millions d’euros pour le port de San Pedro © PASP
Un plan d'investissement de 1,445 milliard d'euros (950 milliards de FCFA) est prévu pour le port ivoirien de San Pedro (PASP), a annoncé le directeur général du PASP, Hilaire Lamizana. Mercredi 14 septembre, le gouvernement a annoncé que l'armateur Italo-Suisse MSC (Mediterranean Shipping Company), très présent à San Pedro, et le groupe émirati Bilal avaient été retenus pour une partie de l'extension du port. Ils investiront respectivement 185 millions d'euros (122 milliards de FCFA) et 280 millions d'euros (186 milliards de FCFA). "Le gouvernement a donné son accord pour la poursuite et la finalisation des négociations avec ces deux investisseurs" pour un début des travaux prévus fin septembre 2016, selon le porte-parole du gouvernement, Bruno Koné.
La première phase du plan doit permettre au PASP de s'agrandir en construisant notamment un nouveau terminal à conteneurs plus vaste qui remplacera celui existant. L'actuel terminal à conteneurs, géré par MSC, pourra alors être transformé en un terminal polyvalent. "L'émergence économique de la Côte d'Ivoire devrait passer par San Pedro et son hinterland", a promis Hilaire Lamizana, soulignant que le port devait être "un moteur d'intégration" pour l'arrière-pays ivoirien mais aussi pour "le Mali, le Liberia, la Guinée" voire le Burkina Faso.

Un ambitieux grand terminal minéralier

En 2020, le port devrait notamment être doté de huit postes à quai contre quatre actuellement. La phase 2 avec notamment un ambitieux grand terminal minéralier devrait suivre. Le port veut se diversifier pour devenir un hub pour les conteneurs mais aussi être la porte de sortie des exportations de la sous-région. Le cacao, dont la Côte d'Ivoire est le premier producteur mondial, le café, la noix cajou ou le bois continueront donc à transiter par San Pedro en attendant la production de nombreux gisements recensés encore non exploités de fer, manganèse et cobalt dans la sous-région.

"Un moteur d'intégration pour l'arrière-pays ivoirien mais aussi le Mali et le Burkina Faso"


La première tranche de travaux sera financée à 230 milliards de FCFA (350 millions d'euros) par des fonds publics et à 170 milliards de FCFA par le privé. 60 millions de FCFA des fonds publics (90 millions d'euros) devraient être fournis par la Banque Ouest africaine de développement (BOAD), a confié Oumar Tembely, son représentant de la BOAD en Côte d'Ivoire, précisant qu'il fallait encore finaliser le projet. L'Union européenne et la Banque africaine de développement, qui ont participé au financement du schéma directeur, devraient aussi mettre la main au portefeuille pour des montants encore inconnus.
L'État ivoirien compte notamment construire un chemin de fer faisant route plein Nord vers le Mali parallèle aux frontières libérienne et guinéenne, développer les infrastructures routières et de nombreux ouvrages d'art. Des investissements industriels et touristiques sont aussi prévus. En tout, la région de San Pedro devrait bénéficier de 6.000 milliards de FCFA d'investissements selon le plan de l'État ivoirien pour faire de la zone un des pôles de développement du pays.
En 2010, le trafic total du port s’élevait à 1,2 million de tonnes. Il était de 3,2 millions en 2015. Le port, inauguré en 1972, avait été voulu par le premier président ivoirien, Félix Houphouët-Boigny. On estime qu'il est responsable de la création d’environ 50.000 emplois directs ou indirects.

Le port de San Pedro, inauguré en 1972, a créé 50.000 emplois © CCICI
Le port de San Pedro, inauguré en 1972, a créé 50.000 emplois © CCICI
Premier investissement du port d’Anvers en Afrique de l’Ouest

Le port de San Pedro, place forte du cacao dans le monde, a conclu un accord inédit avec l’autorité portuaire d’Anvers. Cet accord, signé début septembre, vise à renforcer le rôle de hub logistique régional du port ivoirien pour le traitement de produits tels que les engrais, les noix de cajou ou le cacao. Dans ce cadre, l’accord de collaboration entre les ports d’Anvers et de San Pedro prévoit l’aménagement d’une plateforme logistique. Avec le concours du groupe belge Sea-Invest, qui opère déjà en Côte d’Ivoire dans le port d’Abidjan, la construction du bâtiment sera lancée au début de l’année 2017. Il représente un investissement de 5,5 millions d’euros dont 35 % sera financé par Port of Antwerp International, filiale de l’autorité portuaire d’Anvers. Une première pour le port flamand en Afrique de l’Ouest. L’accord d'une durée de cinq ans conclu entre les deux ports couvre également des collaborations croisées dans les domaines technique et promotionnel. Avec la participation du centre de formation du port d’Anvers, l’Apec, il comprend aussi l’organisation de deux séminaires de formation par an à l’attention des personnels du port de San Pedro.

Erick Demangeon avec AFP

Vendredi 16 Septembre 2016



Lu 1886 fois



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 15:01 Marseille-Lyon : un avenir en commun


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse