"2012 ne sera restera pas dans les annales du shipping mondial", selon BRS


La surabondance de navires sur l’ensemble des secteurs a pesé lourdement en 2012 sur les taux et les rentabilités, fragilisant au passage quelques grands noms de l’armement et de la construction navale, estime le président de BRS, Jean-Bernard Raoust. 2012 ne restera donc pas ancrée dans les annales du shipping mondial.


"2012 ne sera restera pas dans les annales du shipping mondial", selon BRS
Dans un marché déprimé par la crise économique et par un ralentissement de la croissance chinoise, ce sont encore plus de 2.000 navires et 150 millions de tpl qui ont été livrés en 2012 par les chantiers mondiaux, mentionne Jean-Bernard Raoust dans l'avant-propos de la revue annuelle de Barry Rogliano Salles, ajoutant que la flotte mondiale a crû de plus de 35 % pas rapport à 2011.
"Cette croissance de la flotte, dernier soubresaut de la période d’euphorie précédant 2008, n’a pas été compensée par le volume des navires envoyés à la démolition bien qu’un record historique ait été atteint, avec près de 55 millions de tpl démolies. Les nouvelles commandes ont été au plus bas, avec 840 navires (48 millions de tpl), dépassant de peu le niveau de 2009 mais nous ramenant onze ans en arrière au niveau de 2001", souligne-t-il.

Vers un retour à l'équilibre dans deux ans

Il juge toutefois que l’action conjointe de ces facteurs permet d’espérer un retour progressif à l’équilibre des marchés d’ici deux ans, dans la mesure où la demande est au rendez-vous.
Entre-temps, le patron de BRS estime qu'il faudra accepter la volatilité des marchés, "toujours prêts à s’enflammer ou à s’effondrer au moindre signal, et veiller attentivement à la situation politique au Moyen-Orient, en Iran et au Maghreb". Il ajoute que les courbes de consommation aux États-Unis, celles des investissements en Chine et du chômage en Europe seront également des marqueurs importants pour l’évolution de nos marchés maritimes.
Jean-Bernard Raoust est persuadé qu'en 2013, la demande en pétrole dans les pays hors OCDE devrait dépasser pour la première fois la demande des pays de l’OCDE, ce qui aura pour conséquence "d’allonger les routes maritimes", tandis que la prochaine ouverture du nouveau canal de Panama va modifier considérablement les trafics et les tailles des navires utilisés entre l’Atlantique et le Pacifique".

"L'opposition entre armateurs industriels et spéculateurs n’est pas près de s’éteindre"


Enfin, il juge que "les armateurs et affréteurs commencent à prendre conscience que l’on peut construire des navires plus performants en matière de consommation de soutes". Alors que les transports routiers et aériens ont fait des progrès considérables en la matière au cours des dix dernières années, "le secteur maritime, aveuglé par le faible coût de transport à la tonne, n’a fait aucun effort d’adaptation", mentionne le président de BRS.
Et Jean-Bernard Raoust d'insister : "Certains armateurs doutent encore et pensent l’effort inutile, préférant spéculer sur la faiblesse actuelle des prix des navires d’occasion. La vieille opposition entre l’armateur industriel avec une vision à long terme et l’armateur spéculateur avec une vision à court terme n’est pas près de s’éteindre… mais elle est utile pour animer le marché de l’occasion, qui, malgré la raréfaction du financement bancaire, est resté très actif, grâce à la baisse du prix des navires".
Le président de BRS est convaincu que 2012, comme sans doute le sera 2013, peut être définie comme une "année de transition vers un marché en voie d’assainissement, dépendant des besoins asiatiques", dominé par le vrac sec et devant s’adapter à la nouvelle donne du marché de l’énergie.

Vincent Calabrèse

Vendredi 29 Mars 2013



Lu 356 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse