2014, "l'année la plus sûre depuis dix ans"


Selon le troisième rapport annuel de l'assureur Allianz Global Corporate & Specialty SE (AGCS), intitulé "Safety and Shipping Review 2015", la tendance à la baisse du nombre de sinistres des navires se confirme. Avec 75 cas signalés dans le monde, 2014 s'est avérée l'année la plus sûre depuis dix ans, constate la compagnie.


© Port de Nantes-Saint-Nazaire
© Port de Nantes-Saint-Nazaire
En matière de sinistres, les pertes de navires ont atteint en 2014 leur plus bas niveau depuis dix ans, estime le rapport de l'assureur Allianz Global Corporate & Specialty SE. En revanche, "les navires de grande taille et les attaques informatiques constituent de nouvelles menaces pour le secteur de la navigation maritime", mettent en garde les auteurs de l'étude annuelle consacrée au transport maritime et à la sécurité ("Safety and Maritime Review"). Ils ont évalué à 75 le nombre de grands navires perdus en 2014, soit une amélioration de 25 unités par rapport au chiffre de 2013.
Toujours selon le rapport, "les eaux de la Chine méridionale et de l’Asie du Sud-Est sont les principales zones de sinistres". Les auteurs estiment que "la taille croissante des porte-conteneurs (le gigantisme, NDLR) et des installations flottantes offshores pourrait entraîner des pertes plus importantes". Celles-ci auraient franchi la barre du milliard de dollars.

Pertes totales en recul de 32 %

Le nombre des pertes totales a diminué l'an dernier de 32 % par rapport à 2014 et est bien inférieur à la moyenne sur dix ans (évalué à 127). Le rapport estime qu'elles ont baissé de moitié depuis 2005. Plus du tiers des pertes totales de 2014 sont survenues dans deux régions maritimes : la Chine méridionale, l'Indochine, l'Indonésie, les Philippines (17 navires), le Japon, la Corée et la Chine du Nord (12).
Toujours selon la revue annuelle, les navires ayant sombré constituent les catégories de pertes totales les plus fréquentes (49 en 2014, soit 65 % des pertes). Les unités détruites ou échouées arrivent en deuxième position (au nombre de 13), suivis d'incendies et ou d'explosions (estimées à 4).

"Revoir la gestion des risques à l'aune de l'augmentation de capacité des porte-conteneurs"


Selon le rapport, on a dénombré 2.773 incidents graves de navigation dans le monde entier (y compris les pertes totales) en 2014. Avec une augmentation de 5 % par rapport à l'année dernière, la Méditerranée orientale et la mer Noire constituent les zones les plus dangereuses (490 incidents). Viennent ensuite les îles Britanniques, la mer du Nord, la Manche et le golfe de Gascogne, avec 465 incidents, soit une augmentation de 29 %. L'étude souligne que la plupart des pertes surviennent en décembre dans l'hémisphère Nord et en août dans l'hémisphère Sud. Le ratio des pertes totales est d'environ un (hémisphère Sud) pour sept (hémisphère Nord).
L'assureur juge que, bien que la tendance à la baisse des pertes de navires soit un signe encourageant, "les pertes récentes de navires tels que le "Sewol" et le "Norman Atlantic" ont une fois de plus suscité de sérieuses interrogations concernant la formation et la préparation aux situations d'urgence des équipages des navires de passagers, trois ans après la catastrophe du «Costa Concordia»". Les auteurs du rapport ont déploré en 2014 la perte de sept navires de passagers, soit près de 10 % des pertes totales. "Dans de nombreux cas, leur construction n'était pas le seul point faible. Ces deux incidents ont souligné l'écart préoccupant en matière de formation des équipages aux situations urgentes sur les transbordeurs rouliers ou les navires de passagers", explique Gilles Mareuse, directeur Marine de la région Méditerranée chez AGCS.

Le gigantisme suscite des inquiétudes

La sécurité des porte-conteneurs fait également l'objet d'inquiétudes du fait de la taille toujours croissante des navires. Le rapport rappelle le baptême, en janvier 2015, du "MSC Oscar" (19.224 EVP). "On s'attend à ce que des navires de 22.000 EVP entrent en service dans peu de temps. Des navires de plus grande taille peuvent être à l'origine de sinistres plus importants. Le secteur doit se préparer à des pertes supérieures à un milliard de dollars à l'avenir", ajoute Gilles Mareuse. Et d'ajouter : "L'exposition maximale ne se limitera pas seulement à la valeur des navires ou du fret. Elle pourrait impliquer des conséquences au niveau environnemental ou des pertes d’exploitation. Il convient de se demander si les principes de gestion des risques ne devraient pas être revus à la suite d'une augmentation de capacité des porte-conteneurs de plus de 80 % en dix ans".
AGCS reconnaît que ces navires de grande taille présentent plusieurs risques, y compris celui lié au fait que leur exploitation est limitée à seulement quelques ports en eaux profondes, impliquant ainsi une concentration des risques.
Le rapport annuel mentionne également le manque de protection contre les risques informatiques qui constitue "une nouvelle menace pour le secteur de la navigation". Selon le groupe Allianz, "il est possible que le risque informatique en soit encore à ses premiers balbutiements, mais les navires et les ports pourraient devenir à l'avenir des cibles attrayantes pour les pirates informatiques. Les sociétés doivent imaginer des scénarios potentiels et identifier les stratégies de réduction des risques appropriées".
Quant au Code polaire, l'étude de l'assureur estime que, "s'il règle de nombreuses questions liées à la sécurité, d’autres questions restent à étudier, notamment dans les domaines de la formation des équipages, l'adéquation des navires et le nettoyage potentiel". Selon les auteurs du rapport, "le Code polaire devra être constamment révisé. Les problèmes de navigation rencontrés et les bonnes pratiques à utiliser doivent être soulignés à la fin de chaque saison".

Vincent Calabrèse

Mardi 24 Mars 2015



Lu 313 fois



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 15:01 Marseille-Lyon : un avenir en commun


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse