2014, une année de peurs bleues pour l'aviation civile


L'année 2014 a faite de grandes frayeurs pour le transport aérien, qui semble malgré tout devoir devenir l'une des plus sûres de l'histoire de l'aéronautique.


Malaysia Airlines a été frappée par deux accidents mortels sur les sept de l'année 2014 (15 en 2013) © Malaysia Airlines
Malaysia Airlines a été frappée par deux accidents mortels sur les sept de l'année 2014 (15 en 2013) © Malaysia Airlines
Les catastrophes aériennes de l'année 2014 se sont déroulées dans un monde qui n'a jamais été autant connecté grâce à internet et aux images de télévision, confrontant les voyageurs à la cruelle réalité selon laquelle un avion peut tout simplement disparaître ou être abattu en vol. Les événements de l'année ont entraîné la première réévaluation majeure des précautions requises en matière de transport aérien depuis des années.
Phénomène sans précédent, un Boeing 777-200 de Malaysia Airlines (vol MH370) a disparu le 8 mars peu après son décollage de Kuala Lumpur, avec à son bord 239 passagers et membres d'équipage, sans laisser jusqu'ici la moindre trace. Plusieurs hypothèses ont été avancées – situation d'urgence à bord, prise d'otage, acte inexpliqué des pilotes – , mais l'énigme reste entière. Quatre mois plus tard, une tragédie tout aussi inédite s'est produite avec le crash d'un autre Boeing 777 de Malaysia Airlines (vol MH17) en Ukraine, tuant ses 298 occupants. L'appareil s'est disloqué en vol le 17 juillet, alors qu'il survolait un territoire contrôlé par les séparatistes pro-russes dans cette ex-république soviétique en proie à d'incessants combats entre forces ukrainiennes et rebelles pro-russes. Selon l'Ukraine et les États-Unis, l'avion a été abattu par un missile sol-air fourni aux rebelles par la Russie, une thèse farouchement contestée par Moscou.

"Circonstances extrêmement rares"

Le 24 juillet, c'est un McDonnell Douglas MD-83 d'Air Algérie qui s'est écrasé au Mali avec 116 personnes, dont 54 Français, à son bord alors qu'il traversait une zone orageuse. Aucun n'a survécu. Pour ponctuer cette année noire, le vol QZ8501 d'AirAsia est tombé à la mer le 28 décembre entre l'Indonésie et Singapour avec 162 personnes à son bord. Paradoxalement, l'année 2014 restera dans les mémoires comme l'une des plus sûres de l'histoire de l'aviation, avec "seulement" sept accidents meurtriers sur des vols commerciaux, selon un décompte effectué par l'organisation Aviation Safety Network. Il s'agit d'un chiffre infinitésimal compte tenu des millions de vols et milliards de passagers que transportent les avions en une année. En 2013, 15 accidents meurtriers avaient été recensés. Leur nombre s'élève à 32 en moyenne par an depuis 1946.
"Maintenant, la sécurité est telle que les incidents paraissent plus mystérieux et frappants parce que les crashs se produisent seulement dans des circonstances extrêmement rares", explique Gerry Soejatman, un consultant dans l'aviation basé à Djakarta. "Les accidents sont si rares que nous amplifions ceux qui se produisent", ajoute-t-il. Toutefois, le nombre de morts et disparus a connu une forte hausse en 2014 avec 924 victimes – nombre le plus élevé depuis 2010, après un plus bas l'an passé (224 morts).

Améliorations techniques prévues

Pour éviter que se reproduise le cas du vol MH17, les autorités aériennes devraient annoncer bientôt de nouvelles normes de traçabilité des avions afin de pouvoir rapidement localiser un appareil en cas d'incident. La révélation selon laquelle les vols ne sont pas constamment traçables "fut une surprise pour beaucoup", constate Raymond Benjamin, secrétaire général de l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI). "Mais nous avons maintenant un consensus avec l'industrie pour développer un suivi global de tout le trafic, afin d'améliorer le traitement de cas similaires, en particulier pour organiser les recherches en cas d'accident", dit-il. L'OACI vérifie également si les risques de survol des zones de conflits sont communiqués de manière appropriée, ajoute-t-il en référence à l'avion abattu au-dessus de l'Ukraine. Des propositions seront effectuées à l'assemblée annuelle de l'OACI en février.
Dan Martin

 

Dan Martin

Mercredi 31 Décembre 2014



Lu 67 fois



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 1 Décembre 2016 - 14:36 Bombardier livre son premier CS300 à Air Baltic €


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse