À Nice, cet air sulfureux des ferries de l'été


Sur le port de Nice, comme à Marseille ou en Corse, la fumée des bateaux gâche tout. Nocif pour la santé, le carburant autorisé à Nice a une teneur en soufre quinze fois plus polluante qu'aux ports de Dunkerque ou du Havre. Les riverains organisés en association ont envoyé un mémorandum au nouveau gouvernement exigeant des mesures urgentes.


© SNCF
© SNCF
Dans la Manche et en mer du Nord, comme dans la Baltique, à la demande des pays scandinaves et de l'Allemagne, une convention internationale limite les émissions de soufre des navires. En Méditerranée en revanche, le fuel utilisé sur les rotations vers la Corse ou le Maghreb est moins raffiné et moins cher.
"Mais pourquoi les compagnies ont-elles le droit de nous empoisonner ici, et pas ailleurs ?", s'énerve Gérard, qui a rejoint une association montée par Daniel Moatti à Nice. "Au départ, on se disait "quel est l'imbécile qui verse du fuel pour faire griller ses sardines ?" et puis on s'est mis à surveiller les bateaux avec un comité informel et à chaque fois que des grosses fumées noires sortaient, on téléphonait au directeur du port", raconte Gérard.

"Comme au Havre"

Daniel Moatti, devenu incollable sur la législation, a fédéré douze associations de riverains et cinq fédérations, de la Corse aux Pyrénées-Orientales, et est passé à l'attaque : "Nous ne sommes pas des sous-citoyens et nous devrions avoir le même régime qu'au Havre. Le port de notre Premier ministre (Édouard Philippe, ancien maire du Havre, NDLR) sponsorise les bateaux au gaz naturel liquéfié (GNL) !"
Un mémorandum a été envoyé au nouveau gouvernement exigeant des mesures urgentes, sans attendre 2020.  À cette date, les compagnies devront brûler obligatoirement un gasoil moins chargé en soufre. Le maximum autorisé (0,5 % de soufre) restera cependant 500 fois plus toxique que le diesel d'une voiture (0,001 %) et cinq fois plus polluant qu'en Manche ou en mer du Nord où le seuil est fixé à 0,1 % depuis le 1er janvier 2015.

"Si tous les navires appliquaient la loi, ce serait synonyme de flambée des prix"


Jouant sur du velours - la France est dans le collimateur de Bruxelles pour la qualité de l'air - Daniel Moatti exige que les navires à quai en Méditerranée passent directement au fuel léger, "comme au Havre !" "Si tous les bateaux qui viennent en Corse appliquaient la loi à la lettre (...) ce serait synonyme d'une flambée des tarifs", prévenait en 2015 dans "Corse Matin" la compagnie italienne Moby. En cas de changement, "il y aura un léger surcoût", réagit pour sa part Corsica Ferries.
En juin, le maire de Nice et président délégué de la région Paca, Christian Estrosi, a indiqué qu'il souhaitait que tous les ports de la région passent au fuel léger "dès l'année prochaine". "Je ne veux pas pénaliser l'activité du port mais je ne peux pas accepter qu'au nom de la rentabilité économique, les habitants du quartier subissent chaque jour des nuisances", souligne Christian Estrosi. Une annonce faite avant le pic estival qui transforme l'accès au port de Nice en océan de voitures. Le port est propriété de la ville et avec 800 à 900.000 passagers par an, c'est une manne.
D'autres options existent pour réduire la pollution de l'air : la pose de "scrubbers", version navigable des pots catalytiques de voiture, et les portiques électriques. À Marseille, premier port de croisières français avec 2,7 millions de passagers (+ 6 % en 2016), les ferries peuvent ainsi s'alimenter à quai sans brancher leurs moteurs auxiliaires au fuel. La compagnie La Méridionale a inauguré ces prises électriques et a été récompensée : une prime est attribuée depuis juillet aux armateurs les plus vertueux en matière de rejets atmosphériques.

Claudine Renaud

Vendredi 21 Juillet 2017



Lu 543 fois



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 16 Août 2017 - 12:09 Maersk dans le rouge au deuxième trimestre €


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 1/03/2013
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse