ADP intéressé par l'aéroport de Nice, moins par celui de Lyon


ADP affirme qu'il étudiera le dossier de privatisation des sociétés de gestion des aéroports de Nice et de Lyon, mais sans certitude de présenter une offre, en particulier pour le second.


L'aéroport de Nice ne présente pas de conflit d'intérêt avec Paris © Nice-Côte d'Azur
L'aéroport de Nice ne présente pas de conflit d'intérêt avec Paris © Nice-Côte d'Azur
La privatisation partielle des sociétés gestionnaires des aéroports lyonnais et niçois peut-elle intéresser le leader français en la matière ? Le PDG d'Aéroports de Paris (ADP) Augustin de Romanet a déclaré : "On va regarder. Dans ce dossier, il ne faut pas mettre d'affect. Ce que l'on a fait pour Toulouse, on s'est intéressé au dossier, on a proposé un prix très intéressant, on n'a pas été retenu, c'est la vie. Pour Nice, ce sera à peu près pareil. On va regarder pour les mérites propres du dossier". Interrogé sur les raisons de présenter une offre pour Nice, il a répondu : "les ressources humaines".
"Une entreprise comme ADP, comme toutes les entreprises du monde, doit attirer les meilleurs et pour attirer les meilleurs, il faut leur montrer des perspectives d'évolution de carrière. Pour quelqu'un qui rejoindrait groupe, savoir qu'il pourrait travailler dix ans à Nice, dix ans à Paris, dix ans en Amérique ou au Chili, c'est une dimension capitale", a-t-il expliqué. Il a en outre estimé qu'ADP, gestionnaire de Paris-Orly et de Paris-Charles de Gaulle, avait les moyens d'apporter son savoir-faire en matière de commerces, de développement et d'exploitation à Nice.

Conflits d'intérêts sur Lyon ?

S'agissant de Lyon, la configuration est plus complexe, a-t-il poursuivi, en soulignant qu'ADP aurait au préalable à dissiper la suspicion des Lyonnais qu'ADP s'intéresse à leur aéroport non pas pour le développer mais pour protéger Paris. "Acheter Lyon pour protéger de façon défensive Paris n'a aucun intérêt", a-t-il insisté, tout en soulignant qu'ADP devait lui-même avoir au préalable "la conviction qu'il n'y aura pas de conflit d'intérêts".
"On a beau faire de beaux discours, géographiquement, Paris et Lyon sont tellement près qu'il faut être prudent. Pour Lyon, je n'ai pas encore l'expertise. Il faut vraiment se demander si cela a du sens. On ne peut pas acheter Lyon sans l'ambition de le développer", a-t-il conclu.

AFP

Lundi 23 Février 2015



Lu 69 fois



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 1 Décembre 2016 - 14:36 Bombardier livre son premier CS300 à Air Baltic €


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse