AP Møller-Maersk coupe ses coûts et sauve son bénéfice


AP Møller-Maersk a enregistré des résultats trimestriels en nette baisse. Le groupe danois a pu dégager un petit bénéfice en réduisant ses coûts à leur plus bas historique, notamment dans la ligne régulière.


Maersk Line a réduit ses coûts à leur minimum historique, sous les 1.000 dollars par EVP © Maersk Line
Maersk Line a réduit ses coûts à leur minimum historique, sous les 1.000 dollars par EVP © Maersk Line
Le deuxième trimestre d'AP Møller-Maersk s'est inscrit dans la lignée du premier. Le bénéfice net a largement baissé, de 89 %, à 118 millions de dollars contre 1,1 milliard un an plus tôt. Lors des trois premiers mois, il avait reculé de 86 %. Le chiffre d'affaires du groupe danois entre avril et juin 2016 a, lui, fondu de 16 %, pour terminer à 8,86 milliards de dollars, légèrement au-dessus des 8,54 milliards du premier trimestre.
Pour expliquer les résultats, la direction du groupe invoque la faible croissance et la chute des prix sur presque tous ses marchés (pétrole et fret conteneurisé). Pour autant, son PDG, Søren Skou, juge ces chiffres "insatisfaisants". Il évoque les efforts de réduction de coûts et d'optimisations qui "ont largement contribué à modérer l'impact de la mauvaise conjoncture".

La ligne régulière en pertes

Maersk Line, la filiale la plus importante du groupe, a souffert de la pression toujours imposée aux prix du transport. L'armateur de ligne régulière a subi une perte opérationnelle de 151 millions de dollars – au lieu d'un profit de 507 millions au deuxième trimestre 2015 – et une perte totale de 139 millions. La compagnie est désormais dans le rouge alors qu'elle annonce avoir réduit ses coûts à leur minimum historique, sous les 1.000 dollars par EVP (955 dollars). Le numéro un mondial a dans le même temps constaté sur ses navires un taux de fret moyen en baisse de 24,1 % sur le trimestre, à 1.716 dollars par conteneur 40 pieds, soit 858 dollars par EVP. Comme la baisse des coûts, l'augmentation des volumes de 6,9 % n'a pas suffi pour générer des bénéfices sur le trimestre. L'armateur danois a transporté 5,31 millions d'EVP d'avril à juin.
Sur la période, Maersk Line a conclu un accord de principe avec MSC et Hyundai MM pour intégrer l'armateur sud-coréen au Vessel Sharing Agreement 2M dès 2017. Il rappelle avoir vu s'éloigner la menace que constituait l'enquête de la Commission européenne en 2013 sur de possibles ententes tarifaires : "Le 7 juillet, la Commission a annoncé qu'elle fermait l'enquête formelle sans avoir constaté d'infraction aux règles européennes sur la concurrence". À la fin du mois de juin 2016, Maersk Line déclarait une capacité de transport de 3,143 millions d'EVP pour une flotte constituée de 283 navires en propriété et 347 affrétés.

"Hausse des volumes de 6,9 % mais des pertes pour Maersk Line"


Dans le même secteur d'activité, le bénéfice d'APM Terminals est passé en un an de 9,2 à 9,4 millions d'EVP manutentionnés (+ 2 %), avec une hausse du nombre de terminaux à conteneurs gérés, de 65 à 72 mais son résultat a chuté de 159 à 109 millions de dollars. Touchée elle aussi par la faible croissance des échanges commerciaux, la branche manutention portuaire du groupe doit poursuivre sa politique de réduction de coûts.

Perspectives annuelles moroses

De son côté, Maersk Oil a réalisé un bénéfice de 134 millions au prix d'un abaissement de 25 % de ses coûts opérationnels, ce qui lui permet d'atteindre son seuil de rentabilité avec un baril entre 40 et 45 dollars. La filiale production d'hydrocarbures du groupe, en déficit au premier trimestre, a souligné avoir supprimé un quart de ses effectifs depuis l'été 2014.
Pour la fin de cette année, Søren Skou s'attend à un résultat nettement inférieur à celui de 2015, comme annoncé déjà à la fin du premier trimestre. Les dirigeants du groupe ont lancé une "analyse stratégique" pour "s'assurer à l'avenir de la solidité, de la rentabilité et du développement des opportunités de croissance de la société". Ils prévoient de communiquer sur l'avancement de cette étude avant la fin du troisième trimestre.

Franck André

Vendredi 12 Août 2016



Lu 933 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse