Accélérer la transition énergétique dans le transport maritime


Sans nouvelles mesures, les émissions de gaz à effet de serre du transport maritime pourraient augmenter jusqu'à 250 % d'ici 2050 ! À l'occasion de la COP21, le Forum international des transports suggère de fixer un mandat à l'Organisation maritime internationale pour diviser par deux les émissions du mode, assorti d'une taxe carbone appliquée aux acteurs de la filière.


© Maersk
© Maersk
Au fil de l'eau, les émissions de gaz à effet de serre du transport maritime pourraient représenter 14 % des émissions mondiales d'ici 2050. Soit une multiplication par six par rapport à aujourd'hui ! Extraite d'une récente note de synthèse du FIT réalisée dans la perspective de la prochaine COP21 à Paris*, cette projection s'appuie sur deux variables : le doublement des émissions du secteur depuis 1990 malgré une baisse de 10 % entre 2007 et 2010 due pour l'essentiel à l'application du slow steaming, et une augmentation de 50 à 250 % des émissions par rapport au niveau actuel selon différents scénarios sur l'évolution du commerce mondial.

Mesures actuelles insuffisantes

Avec l'émission de 800.000 millions de tonnes de CO2 en 2012, le transport maritime contribue aujourd'hui à hauteur de 2,2 % des émissions mondiales. Plus de 60 % proviennent de trois catégories de navires : porte-conteneurs, vraquiers et pétroliers. Selon les projections menées par le FIT, la contribution de la filière au maintien du réchauffement climatique dans une moyenne de 1,5 à 2 °C se traduit par une réduction de 400.000 millions de tonnes d'émissions de CO2 d'ici 2050. Autour des règles EEDI (Energy Efficiency Design Index), SEEMP (Ship Energy Efficiency Management Plan) ou Marpol, les mesures édictées par l'OMI "ne suffiront pas à stopper la croissance des émissions, et encore moins à les réduire", estime l'organisation intergouvernementale relevant de l'OCDE.

"Réduire de moitié les émissions de gaz à effet de serre d'ici 2050"


Pour amorcer une rupture, elle encourage néanmoins à poursuivre dans la voie d'une meilleure efficacité énergétique des navires avec pour leviers principaux : l'abaissement des vitesses commerciales, l'optimisation des flottes, la conception des navires et l'utilisation de carburants alternatifs. Au regard des carnets de commandes et des surcapacités actuels ainsi que du cycle de vie des navires, ces actions ne feraient qu'atténuer la tendance globale reconnaît le FIT. Leur impact serait en outre étroitement lié à des facteurs exogènes comme les attentes environnementales exprimées par les clients des armateurs dans leur appel d'offres. Il dépendrait aussi de la généralisation d'initiatives telles que la mise en place de ristournes par les ports au bénéfice des navires aux performances environnementales reconnues, et le financement de navires par les établissements bancaires conditionné à des critères écologiques.

Taxe carbone

Dans un second chapitre, le FIT dresse une série de recommandations pour abaisser les émissions dans le transport maritime d'ici 2050. Pour être efficaces, elle souligne que ces mesures doivent s'appliquer à l'ensemble des navires sans lien avec l'État du pavillon, et pourraient être incluses lors de la prochaine COP21. La première engage les États à fixer un mandat à l'OMI. L'organisation aurait pour objectif d'élaborer un plan d'actions concrètes et tangibles de réduction des émissions du secteur assorti d'un calendrier et de rapports d'étape annuels. La deuxième les invite à mettre en œuvre une taxe carbone dans le transport maritime à hauteur de 25 dollars par tonne de CO2. "Cette approche a l'avantage de la simplicité et l'impact serait marginal à ce montant", assure le FIT. Les recettes de cette taxe alimenteraient le Fonds vert pour le climat prévu par l'accord de Copenhague de 2009. À 25 dollars par tonne de CO2, elle générerait un produit de 26 milliards de dollars qui servirait, pour partie, à financer et à accélérer la transition dans la filière.

* "Shipping and climate change : where are we and wich way forward ?"

Érick Demangeon

Lundi 16 Novembre 2015



Lu 1101 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse