Aena fait un début en fanfare en Bourse


Le premier gestionnaire d'aéroports au monde, Aena, fait des débuts en fanfare à la Bourse de Madrid, bondissant de plus de 20 %, signe de l'appétit retrouvé des investisseurs pour l'Espagne.


© Luton Airport
© Luton Airport
Le gestionnaire aéroportuaire espagnol Aena a fait un début en fanfare mercredi 11 février en Bourse. Son PDG, José Manuel Vargas Gomez, a fait sonner la cloche à 12 heures devant médias et investisseurs, un tintement devenu rare à la Bourse madrilène pendant les six années d'une crise dont l'Espagne sort à peine. Dès les premiers échanges, l'action, introduite à 58 euros, s'est envolée de plus de 15 % sur le marché continu. Elle a clôturé la séance sur un gain de 20,69 % à 70 euros.
"L'entreprise génère un intérêt très important chez les investisseurs", s'est réjoui José Manuel Vargas Gomez, et elle va encore "gagner en efficacité, en engagement et en croissance". Peu de sociétés espagnoles se sont risquées ces dernières années sur le marché, à l'exception notable de la banque Bankia en 2011 - une opération qui a tourné au fiasco - ou encore du numéro un européen du voyage en ligne eDreams Odigeo l'an dernier. Mais l'économie est repartie en 2014 avec une croissance de 1,4 % et l'intérêt des investisseurs suit. Preuve en est, le magnat mexicain Carlos Slim est devenu le premier actionnaire du groupe de construction FCC.

"Une bonne affaire pour l'État"


La privatisation partielle d'Aena est la plus importante opération de ce type en Europe depuis 2011, selon les analystes de Link Securities. La forte demande avait permis de fixer le prix d'introduction dans le haut de la fourchette de 53 à 58 euros.
En nombre de passagers transportés - 196 millions en 2014 - Aena est le numéro un mondial devant l'allemand Fraport et le français ADP, gestionnaire des aéroports franciliens de Paris-Charles-de-Gaulle et d'Orly. Il gère 46 aéroports et deux héliports en Espagne et possède une quinzaine de participations à l'étranger, par exemple dans l'aéroport londonien de Luton ou encore au Mexique et en Colombie. Après plusieurs années de pertes et une lourde restructuration marquée par la suppression de près de la moitié de son personnel, le groupe a dégagé des bénéfices en 2013. Il a continué sur cette tendance en 2014 avec un bénéfice net de 371 millions d'euros sur les neuf premiers mois de l'année et il a réduit son endettement.
Le gouvernement conservateur avait prévu dès 2012 de placer en Bourse 49 % du capital d'Aena et de conserver les 51 % restants. Mais l'opération a dû être gelée à l'automne, en raison d'un problème technique. Les résultats du groupe, couplés à la hausse du trafic passagers, auront permis entretemps de fortement relever la fourchette de prix. Le prix retenu, de 58 euros, valorisait l'ensemble de la société à 8,7 milliards d'euros. L'opération est une bonne affaire pour l'État espagnol, très endetté, puisqu'il empochera jusqu'à 4,26 milliards d'euros.
Quelque 44,55 % précisément du capital d'Aena ont été introduits sur le marché mercredi 11 février, un pourcentage pouvant être élargi à 49 %. La plus grande partie des actions mises sur le marché a été réservée aux investisseurs institutionnels, les particuliers ne s'étant vu attribuer que près de 5 %. Le fonds britannique TCI et le milliardaire américain George Soros sont de la partie, rapporte le journal "Expansion". Pour autant, les 7.300 salariés d'Aena n'ont pas d'inquiétudes à avoir, avait assuré mardi 10 février la ministre de l'Équipement, Ana Pastor. "Aena continuera à être une entreprise publique" et l'État en gardera les rênes, a-t-elle assuré. Certaines régions craignent pour l'avenir de leurs petits aéroports, peu fréquentés et non rentables, contrairement aux plus grands comme Madrid et Barcelone. Sur 46 aéroports, seuls une quinzaine gagne de l'argent, selon le député socialiste Juan Luis Gordo, en charge du dossier. Mais "les aéroports insulaires et périphériques sont nécessaires" à la desserte du pays, a-t-il dit. Cette privatisation partielle est dangereuse pour "la mobilité des citoyens et la cohésion de l'infrastructure", affirme le député socialiste en charge du sujet, Juan Luis Gordo. Les deux principaux syndicats d'Aena, CCOO et Uso, ont eux levé un appel à 27 journées d'arrêt de travail entre février et août. Ceci n'a pas empêché une trentaine de salariés de venir protester devant la Bourse à l'appel de la CGT.

Laure Fillon

Jeudi 12 Février 2015



Lu 48 fois



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 15:12 Fort rebond du fret aérien mondial en octobre


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse