Air France-KLM : le cargo toujours sous pression


En dépit des premières mesures de réduction de coûts induites par le plan Transform 2015, les activités fret d'Air France-KLM peinent à se redresser. La compagnie lance une nouvelle vague d'actions marquée par la poursuite de la baisse de sa flotte tout-cargo.


© Air France-KLM Cargo
© Air France-KLM Cargo
À l'issue des trois premiers trimestres, le groupe Air France-KLM a jugé nécessaire de renforcer la cure d'amaigrissement dans plusieurs de ses activités. "Dans un environnement économique qui demeure incertain", le cargo, confronté "à de grosses difficultés", selon Alexandre de Juniac, son président, est concerné par ce nouveau tour de vis. Deux facteurs expliquent ce choix dans le fret : "L'activité reste affectée par le ralentissement économique et une situation de surcapacité".

"Le redressement des activités cargo est insuffisant"


Laquelle est alimentée par l'augmentation des capacités soutes corrélée avec l'entrée en flotte de gros porteurs dans le passager, et par une politique commerciale agressive de la part de plusieurs compagnies du golfe dont Etihad, Emirates et Qatar Airways. Sur fond d'atonie économique en Europe et des échanges par voie aérienne avec l'Asie, à fin octobre, le trafic fret d'Air France-KLM accusait un recul de 5,5 % pour des capacités en baisse de 3,2 %. Conséquence, le coefficient de remplissage du transporteur franco-néerlandais s'établissait à 62,1 % en repli de 1,5 point.

Optimiser l'offre soute

Dans ce contexte, la première vague de réduction de coûts menée dans le cadre du plan Tranform 2015 a permis d'amortir la baisse du résultat d'exploitation sans sortir le fret d'affaire. "Le redressement des activités cargo est insuffisant", concède la compagnie. Parmi les nouvelles mesures décidées, priorité est donnée à la contraction de la flotte tout-cargo chez Air France et KLM-Martinair, et à l'optimisation de l'offre soute. Avec l'arrêt de quatre appareils (MD11F et B747F), la flotte freighter sera ramenée à dix avions en 2015. En parallèle, la gare de fret d'Orly spécialisée dans les échanges avec les Dom-Tom sera sous-traitée auprès d'un prestataire tiers. Accompagné d'une réduction d'effectifs à Orly mais aussi sur plusieurs escales françaises de province (Bordeaux, Toulouse, Marseille...), l'équilibre du cargo escompté en 2014 n'interviendrait qu'en 2015 voire en 2016.

Les pilotes dénoncent les taxes

Le principal syndicat des pilotes d'Air France a dénoncé mercredi 4 décembre l'augmentation des redevances et des taxes que doit acquitter le groupe en difficultés financières. "Nous demandons à l'État de cesser de ponctionner les compagnies françaises", a déclaré le président du SNPL Air France Alpa, Jean-Louis Barber. Le syndicat s'insurge notamment contre l'augmentation de 12 % à partir du 1er avril prochain de la taxe de solidarité, dite "taxe Chirac", destinée à financer la lutte contre les pandémies dans les pays pauvres. Il souligne aussi que "l'augmentation de TVA sur les transports, qui passe de 7 à 10 % (au 1er janvier), annule l'intégralité du bénéfice du crédit d'impôt compétitivité décidé l'an dernier par l'État français". Il demande enfin la baisse des redevances aéroportuaires alors que le groupe Aéroports de Paris demande une augmentation de ses redevances de près de 3 %.
"Entre le versement de la taxe Chirac, subie principalement par le groupe Air France, et qui s'élève à 70 millions d'euros, et l'augmentation des redevances aéroportuaires demandée par ADP cette année, la facture s'élève à environ 90 millions d'euros pour le groupe Air France. Nous ne pouvons pas accepter que les efforts consentis par les salariés d'Air France soient engloutis par ces augmentations de taxes", dit le syndicat. Air France, lourdement endetté, tente de réduire ses pertes et a lancé son deuxième plan de départ en deux ans. La compagnie avait elle-même déploré la hausse de la "taxe Chirac", lorsque la décision avait été prise en juillet, soulignant que la plupart des pays n'appliquaient pas cette taxe qui se voulait à l'origine internationale.

Érick Demangeon

Mercredi 4 Décembre 2013



Lu 445 fois



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 1 Décembre 2016 - 14:36 Bombardier livre son premier CS300 à Air Baltic €


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse