Air France-KLM récolte les fruits de sa restructuration


Les profondes mesures de restructuration mises en œuvre depuis un an et demi chez Air France-KLM se sont traduites par des résultats en nette amélioration au deuxième trimestre 2013, le groupe affichant même un bénéfice d'exploitation.


© Air France-KLM
© Air France-KLM
D'avril à juin, Air France-KLM a divisé par cinq sa perte nette, à - 163 millions d'euros. Dans le même temps, le groupe franco-néerlandais a dégagé un bénéfice d'exploitation de 79 millions d'euros contre une perte de 79 millions un an plus tôt, ce qui, "pour un deuxième trimestre, est une première depuis cinq ans", a indiqué un porte-parole. Sur le premier semestre, la perte nette est elle ramenée à 793 millions contre près de 1,3 milliard un an plus tôt. Et la perte d'exploitation a été parallèlement réduite de 239 millions d'euros pour tomber à 451 millions. Air France-KLM entend garder le cap sur la second partie de l'année avec "pour objectif une amélioration du résultat d'exploitation en ligne avec celle du premier semestre".
"L'amélioration significative de nos résultats est en très grande partie le résultat de la mise en œuvre du plan de restructuration Transform", a commenté le PDG du groupe, Alexandre de Juniac. Selon lui, il "se déroule conformément à son plan de marche". "Trimestre après trimestre, depuis un an, nos résultats s'améliorent en dépit d'un environnement économique dégradé", a-t-il insisté. Il déplore néanmoins des recettes inférieures aux prévisions et un redressement des activités moyen-courrier et cargo moins rapide que prévu.

Nouveaux départs volontaires en vue

Le groupe a réalisé un chiffre d'affaires de 6,5 milliards au deuxième trimestre, en hausse de 1,2 %. Cumulé sur six mois, il atteint 12,3 milliards, en augmentation de seulement 1,3 %. Par conséquent, ajoute le dirigeant, "à la rentrée prochaine, des mesures complémentaires seront prises dans ces deux secteurs". Le groupe avait essuyé une perte de 800 millions l'an passé pour le seul réseau court et moyen-courrier. Les mesures "concerneront des mesures de départs volontaires ainsi que des décisions industrielles et commerciales", précise le groupe qui a préparé les esprits à cette échéance automnale depuis plusieurs mois.
Les compagnies du groupe, Air France en particulier, souffrent de la vive concurrence des compagnies à bas coûts sur le réseau court et moyen-courriers. Pour les contrer, Air France a mis en place des bases en province à Marseille, Nice et Toulouse qui consiste à poster des avions et des personnels pour augmenter leur productivité. Mais dès le printemps, la direction avait fait savoir que ces bases ne produisaient pas de résultats suffisants. Dans le cadre de Transform 2015, le groupe a déjà supprimé 5.122 postes. La direction n'a pas encore dévoilé quelle pourrait être l'ampleur d'un nouveau plan de départs volontaires. Dans l'activité cargo, le groupe pourrait réduire encore ses capacités, abandonnant de plus en plus les avions tout cargo au profit du fret en soute.

"We are back"

S'agissant des objectifs initiaux du plan de Transform, à savoir la réduction de coûts de 2 milliards d'euros et une dette nette ramenée à 4,5 milliards fin 2014 contre 6,5 milliards en janvier 2012, ils seront tenus, a en revanche indiqué Alexandre de Juniac. De janvier à juin, Air France-KLM a réduit sa perte de 630 millions d'euros, la ramenant à 5,3 milliards. Le groupe dispose par ailleurs "d'une trésorerie de 4,7 milliards d'euros et de lignes de crédit entièrement disponibles de 1,85 milliard d'euros". "Nous sommes sur la bonne trajectoire", a estimé le directeur financier, Philippe Calavia, relevant que le coût unitaire avait baissé de 2,2 % au premier semestre. "Nous sommes sur la bonne voie sur tous les fronts: les coûts, les résultats, le commercial", a renchéri Alexandre de Juniac, en concluant : "We are back", le groupe fait son retour.

"Abandon des avions tout cargo au profit du fret en soute"


"L'amélioration significative de nos résultats est en très grande partie le résultat de la mise en œuvre du plan de restructuration Transform", a commenté le PDG du groupe, Alexandre de Juniac. Selon lui, il "se déroule conformément à son plan de marche". "Trimestre après trimestre, depuis un an, nos résultats s'améliorent en dépit d'un environnement économique dégradé", a-t-il insisté. Il déplore néanmoins des recettes inférieures aux prévisions et un redressement des activités moyen-courrier et cargo moins rapide que prévu.

Nouveaux départs volontaires en vue

Le groupe a réalisé un chiffre d'affaires de 6,5 milliards au deuxième trimestre, en hausse de 1,2 %. Cumulé sur six mois, il atteint 12,3 milliards, en augmentation de seulement 1,3 %. Par conséquent, ajoute le dirigeant, "à la rentrée prochaine, des mesures complémentaires seront prises dans ces deux secteurs". Le groupe avait essuyé une perte de 800 millions l'an passé pour le seul réseau court et moyen-courrier. Les mesures "concerneront des mesures de départs volontaires ainsi que des décisions industrielles et commerciales", précise le groupe qui a préparé les esprits à cette échéance automnale depuis plusieurs mois.
Les compagnies du groupe, Air France en particulier, souffrent de la vive concurrence des compagnies à bas coûts sur le réseau court et moyen-courriers. Pour les contrer, Air France a mis en place des bases en province à Marseille, Nice et Toulouse qui consistent à poster des avions et des personnels pour augmenter leur productivité. Mais dès le printemps, la direction avait fait savoir que ces bases ne produisaient pas de résultats suffisants. Dans le cadre de Transform 2015, le groupe a déjà supprimé 5.122 postes. La direction n'a pas encore dévoilé quelle pourrait être l'ampleur d'un nouveau plan de départs volontaires. Dans l'activité cargo, le groupe pourrait réduire encore ses capacités, abandonnant de plus en plus les avions tout cargo au profit du fret en soute.

"We are back"

S'agissant des objectifs initiaux du plan de Transform, à savoir la réduction de coûts de 2 milliards d'euros et une dette nette ramenée à 4,5 milliards fin 2014 contre 6,5 milliards en janvier 2012, ils seront tenus, a en revanche indiqué Alexandre de Juniac. De janvier à juin, Air France-KLM a réduit sa perte de 630 millions d'euros, la ramenant à 5,3 milliards. Le groupe dispose par ailleurs "d'une trésorerie de 4,7 milliards d'euros et de lignes de crédit entièrement disponibles de 1,85 milliard d'euros". "Nous sommes sur la bonne trajectoire", a estimé le directeur financier, Philippe Calavia, relevant que le coût unitaire avait baissé de 2,2 % au premier semestre. "Nous sommes sur la bonne voie sur tous les fronts: les coûts, les résultats, le commercial", a renchéri Alexandre de Juniac, en concluant : "We are back", le groupe fait son retour.

AFP

Vendredi 26 Juillet 2013



Lu 110 fois



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 1 Décembre 2016 - 14:36 Bombardier livre son premier CS300 à Air Baltic €


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse