Air France-KLM réduit l'investissement pour redresser sa rentabilité


Mis à mal par la crise, Air France-KLM va encore durcir son plan d'économies en réduisant ses investissements, pour tenter de devenir d'ici 2015 aussi rentable que ses concurrents européens.


© Air France-KLM
© Air France-KLM
Seulement cinq mois après avoir déjà revu à la baisse ses plans d'investissement, le groupe de Jean-Cyril Spinetta a annoncé lundi 10 décembre un nouvel effort, à hauteur de 500 millions d'euros dans les deux prochaines années. Les dépenses d'investissement n'atteindront que 1,2 milliard d'euros en 2013 (contre 1,5 milliard prévus) et 1,4 milliard d'euros en 2014 (contre 1,6 milliard). Alors que la compagnie réduit ses capacités, ces coupes porteront avant tout sur l'investissement dans les appareils, qui sera limité à 400 millions d'euros en 2013 et 2014, un tiers du montant que la compagnie y consacrait en 2011.

300 M EUR pour la rénovation

À l'inverse, un effort est prévu sur les rénovations de cabines et les sièges, auxquels Air-France KLM consacrera 300 millions d'euros en 2014 contre 100 millions par an les trois années précédentes. "Investir dans les classes avant (première classe et classe affaire, NDLR) est important pour être leader sur un marché mondial de plus en plus exigeant en termes de confort et de qualité de service à bord", explique Olivier Fainsilber, spécialiste de l'aviation dans le cabinet Oliver Wyman à Paris.

"Nouvel effort de 500 M EUR dans les deux prochaines années"


Parallèlement à ces annonces, le groupe a présenté pour la première fois un objectif de rentabilité pour 2015. Son vaste plan d'économies doit lui permettre de dégager une marge opérationnelle "comparable à celle de ses concurrents" l'allemand Lufthansa et l'hispano-britannique IAG, et comprise entre 6 % et 8 % du chiffre d'affaires. "Il faut y voir une mesure de prévention au moment où le marché est dans une phase de ralentissement. C'est une mesure cohérente qui peut permettre à Air France-KLM de tenir sa recette unitaire", estime Pierre Boucheny, responsable de la recherche au sein de la société de courtage Kepler Capital Markets à Paris.
Les compagnies européennes ont cependant du chemin à faire, puisque la rentabilité de ces trois groupes plafonne sous les 4 % depuis deux ans, selon les chiffres communiqués par Air France-KLM. Le défi semble encore plus grand pour le franco-néerlandais, à la traîne en matière de marge sur ces deux exercices, mais qui est sorti du rouge au troisième trimestre.
Dans le détail, Air France-KLM reconnaît être confronté à deux "défis", "une faiblesse économique prolongée en Europe" d'une part, et la concurrence exacerbée d'autre part. Il souffre en particulier de l'essor "des compagnies à bas coûts sur les liaisons court et moyen-courriers" ainsi que "des compagnies du Golfe et des pays émergents avec des coûts du travail plus bas" sur d'autres destinations. Pour y remédier, le groupe mise sur son plan baptisé Transform 2015, qui prévoit notamment 5.122 suppressions de postes dans la compagnie française d'ici fin 2013. À ce jour, "735 départs ont déjà été finalisés" dans le cadre d'un plan de départs volontaires, a-t-il précisé lundi. Il attend également beaucoup d'un accord commercial passé en octobre avec Etihad, la compagnie des Émirats arabes unis. Dans l'immédiat, le groupe doit encore trouver un accord avec ses hôtesses et stewards, seule catégorie de personnel qui n'a pas validé son plan d'économies, un point crucial pour diminuer les coûts fixes d'Air France. Accessoirement, le groupe bénéficiera aussi d'un petit coup de pouce du gouvernement français. Le crédit d'impôt en faveur de la compétitivité décidé par le gouvernement de Jean-Marc Ayrault devrait en effet alléger la facture fiscale d'Air France-KLM de 45 millions d'euros en 2013 et de 70 millions d'euros en 2014.

François Becker

Mardi 11 Décembre 2012





Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse