Air France prépare un nouveau plan d'économies


Air France entend réduire ses coûts de plus de 1,1 milliard d'euros d'ici 2017 pour rétablir sa situation financière, un effort qui passera notamment par la suppression de certaines lignes long-courriers, alors que sa maison mère, Air France-KLM, a légèrement réduit ses pertes au premier trimestre.


Frédéric Gagey, PDG d'Air France © Air France
Frédéric Gagey, PDG d'Air France © Air France
Air France et ses filiales devront réaliser 1,13 milliard d'euros d'économies sur la période 2015-2017, a indiqué le groupe jeudi 30 avril à l'issue d'un comité central d'entreprise (CCE). Cet objectif inclut une baisse de 650 millions d'euros des coûts unitaires, majorée de l'inflation. Toutes les activités seront mises à contribution, en particulier les vols long-courriers, à travers une "réduction du nombre de lignes non rentables", alors qu'une "forte réduction des pertes" est visée sur les vols moyen-courriers desservant l'aéroport Paris-CDG. Les compagnies Hop! et Transavia devront, pour leur part, atteindre l'équilibre d'exploitation d'ici deux ans. La branche fret, largement déficitaire, devra également redresser ses résultats, tandis que les activités de restauration (Servair) et de maintenance devront accroître leur rentabilité.
L'objectif affiché de la compagnie est d'arriver à un résultat d'exploitation positif de 740 millions d'euros dès 2017, un chiffre qui permet de rembourser la dette et d'investir, a expliqué Didier Fauverte, secrétaire général CGT du CCE d'Air France. "Cela va être difficile", a-t-il souligné. "Ils ont été très évasifs sur les leviers qu'ils utiliseront", a déclaré de son côté Jérôme Beaurain, élu Sud. De sources concordantes, la réduction des coûts passera par "l'augmentation de la productivité", "l'adaptation des effectifs" et le "développement du recours à la sous-traitance". Un changement des "règles d'utilisation et de rémunération des personnels navigants" (pilotes, hôtesses et stewards) est aussi envisagé, afin d'augmenter leur temps de travail et leurs heures de vol.

"La branche fret devra également redresser ses résultats"


Ces mesures s'inscrivent dans le cadre du plan "Perform 2020" de la maison-mère, Air-France-KLM, qui a pris le relais en janvier du plan "Transform 2015", marqué par la suppression de plus de 7.300 emplois de 2012 à 2014, dont 6.400 pour Air France et ses filiales, sans compter les 800 postes supplémentaires visés par le nouveau plan de départ volontaires annoncé fin janvier. Le groupe franco-néerlandais prévoit donc un nouveau tour de vis pour accélérer son rétablissement financier, malgré les progrès accomplis l'an dernier, avec une perte nette ramenée à 198 millions d'euros contre 1,82 milliard d'euros en 2013.

Grève de deux semaines

La rentabilité du groupe avait toutefois souffert de la grève de deux semaines des pilotes en septembre, qui avait fait replonger le résultat d'exploitation dans le rouge, à - 129 millions d'euros contre + 130 millions d'euros en 2013. La tendance positive s'est prolongée au premier trimestre de cette année, avec une réduction de 6,3 % de la perte d'exploitation (- 417 millions d'euros), grâce aux bonnes performances d'Air France, KLM et Hop!, et ce en dépit d'une dégradation de la rentabilité de Transavia et du fret. Air France-KLM a confirmé son objectif de diminution de 1 % à 1,3 % de ses coûts unitaires cette année, soit l'équivalent de 250 à 300 millions d'euros d'économies sur les 650 visés d'ici fin 2017.
Malgré une baisse de 4,7 % de sa facture de carburant sur les trois premiers mois de l'année, le groupe n'escompte pas de marge de manœuvre complémentaire liée aux cours du pétrole et s'attend à ce que "la quasi-totalité des économies" liées à la baisse du prix du pétrole soit "absorbée par la pression de la concurrence sur les recettes unitaires et l'effet change négatif", principalement du à la baisse de l'euro face au dollar. Confronté à "un contexte d'extrême concurrence", Air France entend par ailleurs "poursuivre la reconquête commerciale initiée avec Transform 2015" et présentera un "point d'avancement" sur Perform au prochain CCE, en juin.

Frédéric Gagey critique les compagnies du Golfe

Le PDG d'Air France, Frédéric Gagey, a critiqué samedi 2 mai les "subventions indirectes" dont bénéficient, selon lui, les compagnies aériennes du Golfe qui versent très peu de redevances aéroportuaires dans leurs pays, dans un entretien au "Figaro". "Il est certain que si les compagnies européennes payaient peu de redevances aéroportuaires comme celles du Golfe, leurs problèmes seraient résolus !", déclare le PDG, interrogé sur cette polémique qui dure depuis plusieurs mois malgré les dénégations des compagnies concernées Emirates, Etihad et Qatar Airways. "Chaque année, Air France et ses passagers versent quelque 500 millions d'euros à Aéroport de Paris", explique Frédéric Gagey, quand les compagnies du Golfe, selon lui, "bénéficient notamment de subventions indirectes importantes puisqu'elles s'acquittent de très faibles redevances aéroportuaires dans leur pays". Il rappelle que "la commission européenne s'est saisie du dossier" il y a quelques semaines, en réponse aux protestations de Paris et Berlin qui y voient une "concurrence déloyale" et demandent des négociations entre l'Union européenne et les pays concernés.

Charlotte Hill et Gabriel Bourovitch

Lundi 4 Mai 2015



Lu 71 fois



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 1 Décembre 2016 - 14:36 Bombardier livre son premier CS300 à Air Baltic €


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse