Alitalia annonce une augmentation de capital


La compagnie aérienne italienne en difficultés Alitalia, au cœur d'intenses spéculations sur une éventuelle montée à son capital du groupe Air France-KLM, a annoncé jeudi 26 septembre une augmentation de capital d'une centaine de millions d'euros et une forte perte au premier semestre.


© Alitalia
© Alitalia
Alitalia a annoncé une augmentation de capital et une forte perte au premier semestre. Le conseil d'administration de la compagnie a donné jeudi 26 septembre son feu vert à cette mesure, qui doit encore être validée en assemblée générale le 14 octobre. Outre ce vote, les actionnaires seront également invités à "compléter" à hauteur de 55 millions d'euros un prêt convertible octroyé plus tôt cette année. Alitalia n'a en revanche donné aucune indication sur l'état de ses pourparlers avec Air France-KLM, son premier actionnaire avec 25 %, et qui envisagerait de monter à 50 %. Selon l'agence Ansa, le représentants d'Air France-KLM se sont prononcés jeudi contre l'augmentation de capital et la décision a été adoptée à la majorité. Le groupe avait indiqué lundi 23 septembre attendre des éclaircissements sur la situation réelle d'Alitalia avant d'arrêter sa position sur une éventuelle évolution de sa participation. Une nouvelle réunion du conseil d'administration d'Alitalia est prévue le 3 octobre.

Des comptes dans le rouge

La compagnie a en revanche confirmé que ses comptes sont restés profondément dans le rouge au premier semestre, avec une perte nette de 294 millions d'euros, contre une perte de 201 millions d'euros sur la même période de 2012. L'Ebit de la compagnie s'élève à - 198 millions d'euros, contre - 169 millions d'euros en 2012. Le chiffre d'affaires a reculé de 4 % à 1,621 milliards d'euros. La compagnie indique en outre avoir réduit sa dette au 30 juin à 946 millions d'euros, contre 1,023 milliard d'euros fin mars. La liquidité totale disponible fin juin s'élève à 128 millions d'euros.
Le gouvernement italien est apparu divisé ces derniers jours sur l'opportunité d'une montée d'Air France-KLM au capital d'Alitalia, alors que le pays est depuis quelques jours en plein débat sur "l'italianité" de ses entreprises stratégiques, après l'annonce mardi 24 septembre d'un renforcement de l'espagnol au capital de l'opérateur Telecom Italia. Le ministre italien des Transports, Maurizio Lupi, a répété jeudi à l'issue d'une rencontre à Paris avec son homologue français, Frédéric Cuvillier, ne pas avoir "d'objections" à ce sujet à condition que la compagnie conserve un rôle international et que l'emploi n'en soit pas affecté.
Le ministre italien du Développement économique, Flavio Zanonato, s'est montré pour sa part plus réservé dans un entretien à "Il Sole 24 Ore" paru jeudi : "Il faut absolument éviter qu'Alitalia soit la proie d'acquéreurs qui pourraient avoir des intérêts stratégiques différents de ceux de notre pays. Je suis préoccupé par l'hypothèse qu'une compagnie déplace tout l'axe central de transport aérien vers la France, laissant l'Italie marginalisée", a-t-il dit. "Il n'est pas dit que seuls les Français puissent mettre du capital. Nous travaillons à une solution-relais impliquant des banques. L'entreprise doit être défendue financièrement pour pouvoir mettre en œuvre le plan de restructuration du management et revenir avec avec la capacité de conclure une alliance dans une position de force", a-t-il ajouté.
Selon Marco Ponti, professeur d'économie à l'université Politecnico de Milan, interrogé par "La Repubblica" paru jeudi, Alitalia n'est guère en position de choisir : "Étant donné que pour le moment l'alternative pour Alitalia est la faillite, la proposition d'Air France ne peut qu'être acceptée", a-t-il déclaré. Quant à la possibilité d'une solution italienne, il a souligné que "5 milliards d'euros ont déjà été dépensés dans les différents sauvetages, je pense que ça suffit. De toute façon pour le moment, la proposition d'Air France, bien qu'elle ne soit pas encore claire, semble être la seule sur la table", a-t-il noté. Outre Air France-KLM, principal actionnaire d'Alitalia, le reste de l'actionnariat est composé d'une vingtaine de sociétés italiennes dont la famille Riva (10,6 %), la banque Intesa Sanpaolo (8,9 %) et les groupes Atlantia (8,9 %) et Immsi (7,1 %).

AFP

Lundi 30 Septembre 2013



Lu 41 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse