Allure constante sur le bassin de la Seine


L’évolution du transport fluvial sur les 1.384 km de voies navigables du bassin de la Seine est légère mais positive, selon Bertrand Neveux, responsable du Pôle développement de VNF.


Bertrand Neveux, responsable du Pôle développement de VNF © VNF
Bertrand Neveux, responsable du Pôle développement de VNF © VNF
"L’Antenne" : Dans un contexte économique difficile, comment se porte le transport fluvial sur le bassin de la Seine ?

Bertrand Neveux :
Les trafics fluviaux ont maintenu le cap en 2012 et enregistré une progression de 0,6 % en tonne et de 1,1 % en t-km par rapport à 2011, soit 23,168 millions de tonnes et 4.230 millions de t-km transportées. Sur les huit premiers mois de l’année 2013, le trafic total des produits transportés a augmenté de 2,6 % en t-km par rapport à 2012, à 2.807.231.180 t-km. Les combustibles minéraux tirent la croissance (+ 61,6 %), suivis des produits métallurgiques (+ 29 %), des produits chimiques (+ 26,4 %) et de la filière agricole qui affiche une hausse de 18 %. Par contre, le transport conteneurisé a baissé durant cette période, alors qu’en 2012 il représentait en volume le troisième secteur d’activité du bassin, après les matériaux de construction et les produits agricoles, soit 9,3 % des trafics en tonnes et 11,3 % en t-km.

Étude avec l’UIC, l’Unifa, l’Ademe et Haropa

Différentes actions sont menées au quotidien pour promouvoir la voie d’eau et cibler des filières à potentiel. Ainsi, nous lançons une étude fin 2013 avec l’Union des industries chimiques (UIC), l’Unifa (engrais), l’Ademe et Haropa sur le développement du trafic fluvial de la filière des produits chimiques pour identifier d’autres acteurs potentiellement intéressés par ce mode de transport particulièrement sécurisé. L’étude porte également sur l’axe Seine-Escaut-Oise et canal du Nord.

"L’Antenne" : Comment travaille VNF pour améliorer l’offre de capacités sur cet axe ?

Bertrand Neveux :
Nous avons un système d’aides financières avec le plan d’aide à la modernisation et à l’innovation (Pami) pour le renouvellement de la flotte fluviale. Récemment approuvé par la Commission européenne, le dernier Pami date de juin 2013 pour un montant global de 22,5 millions d’euros sur cinq ans. Ces aides, par exemple, peuvent être attribuées à l’adaptation des équipements des bateaux destinés à faire la liaison directe à Port 2000 ou encore à l’équipement d’unités fluviales en outils de manutention embarqués.
Nous avons lancé au printemps 2013 un nouveau Plan d’aide au report modal (Parm) également validé par la Commission européenne. Doté de 14 millions d’euros sur cinq ans, il s’adresse aux chargeurs désirant investir dans des équipements de transbordement ou expérimenter une solution de logistique fluviale innovante.
Nous travaillons de plus en plus avec les collectivités territoriales qui participent à ces financements. C’est ainsi que nous allons signer une convention avec la région Île-de-France et nous l’espérons prochainement avec la Haute-Normandie pour cofinancer les investissements réalisés par les chargeurs dans de nouvelles infrastructures fluviales. Nous les sensibilisons à ce report modal : régions, départements, communautés d’agglomérations, chambres consulaires et agences de développement prennent de plus en plus en compte le fluvial dans les schémas d’aménagement ou leur plan local d’urbanisme. Il y a aujourd’hui un engouement réel des collectivités et chaque département aujourd’hui anime un club de logistique où le fluvial est bien souvent un sujet central.
VNF est également à l’origine du lancement de la convention d’affaires Riverdating, débutée en 2008 à Paris. Cet événement rassemble chaque année le monde du fluvial (chargeurs, transporteurs, commissionnaires, acteurs portuaires…) au travers de rendez-vous d’affaires, de conférences et de présentations de solutions innovantes. La sixième édition se tiendra à Lyon les 27 et 28 novembre prochain.

"L’Antenne" : Quelle évolution constatez-vous en termes de nouveaux entrants et d’unités de transport ?

Bertrand Neveux :
Les profils sont variés et certains projets font beaucoup parler d’eux. En région parisienne, de nouvelles logistiques dites "urbaines" ont été initiées en 2012 par les enseignes Franprix pour la desserte de ses magasins ou Vert chez vous pour la distribution de petits colis dans la capitale. En Haute-Normandie, des sociétés comme Pastacorp à Rouen, le deuxième opérateur dans la filière des blés dur en France, a récemment développé un nouveau trafic fluvial ; le logisticien Brangeon Logistique développe également de nouveaux trafics à partir de son implantation portuaire de Gaillon. Veolia projette également à horizon court une plate-forme sur son site d'Oissel.
En ce qui concerne la flotte fluviale, nous constatons une réduction du nombre des unités fluviales avec l’augmentation de leurs capacités, avec une hausse du tonnage moyen de 0,6 % due à la massification croissante. Nous voyons de moins en moins de 350 tonnes et davantage d’unités variant de 1.000 à plus de 3.000 tonnes.

"Les combustibles minéraux tirent la croissance"


"L’Antenne" : Quelles sont aujourd’hui les priorités de VNF ?

Bertrand Neveux :
Au-delà des problématiques de développement citées, VNF, en tant que gestionnaire de réseau, poursuit et accroît ses investissements dans la modernisation et la fiabilisation des écluses et des barrages.
Concernant la Haute-Normandie, dans le cadre des Contrats de projet État-Région (CPER), 13 millions d’euros ont été investis dans la période 2000-2006 et un peu plus de 20 millions d’euros entre 2007 et 2013 pour la modernisation des écluses de Notre-Dame-de-la-Garenne et d’Amfreville, des barrages de Poses-Amfreville et Port-Mort. Des passes à poissons ont également été aménagées sur ces deux écluses en cofinancement avec l’Agence de l’eau Seine-Normandie (AESN). La fiabilisation et la modernisation de l’infrastructure fluviale sont nos priorités pour permettre une navigation fluviale fluide pour les transporteurs.
Des projets de développement de la capacité du réseau sont également portés par notre établissement. Le plus emblématique d’entre eux concerne la mise à grand gabarit de la Seine sur la section de Bray-sur-Seine/Nogent-sur-Seine pour passer de 650 à 2.500 tonnes d’ici 2020. En perspectives également, la mise au gabarit européen de l'Oise entre Compiègne et Creil ou encore le futur canal Seine-Escaut.
Nous étudions aussi avec le GPMH les solutions d’accès direct à Port 2000 permettant de réduire les coûts de rupture de charge - l’écluse fluviale ou la chatière - et accompagnons le développement des unités fluviales pour accéder à Port 2000. Nous travaillons aussi sur la création de plates-formes en amont de Rouen (Oissel, Alizay) ou encore l’accompagnement de développement de plates-formes existantes comme celle de Port Angot à Saint-Aubin-lès-Elbeuf : les projets se poursuivent avec les collectivités locales soucieuses de développer des pôles économiques avec un mode de transport multimodal.

Natalie Castetz

Jeudi 26 Septembre 2013



Lu 283 fois



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 26 Septembre 2013 - 15:54 Cherbourg : allongement du quai des Flamands

Jeudi 26 Septembre 2013 - 15:34 Pour Haropa, 2030, c’est déjà demain


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse