Amendes requises pour la pollution de l'estuaire de la Gironde en 2007



50 et à 150 m3 d'hydrocarbures s'étaient déversés dans l'estuaire de la Gironde © Cedre
50 et à 150 m3 d'hydrocarbures s'étaient déversés dans l'estuaire de la Gironde © Cedre

Des amendes de 30.000 et 5.000 euros ont été requises le 13 octobre à l'encontre de la Société pétrolière du bec d'Ambès (SPBA), filiale des groupes Total et Esso, et de son ex-directeur général pour avoir pollué la Gironde après la rupture d'une cuve d'hydrocarbure en 2007. Le tribunal correctionnel de Bordeaux a mis son jugement en délibéré au 17 novembre.
Après plus de sept ans d'instruction, la décision prise par l'ex-directeur général de la SPBA au moment de la découverte d'une fuite sur une cuve de pétrole brut de 13.000 mètres cubes a été au cœur de toutes les interrogations à l'audience.
Les multiples parties civiles, associations de défense de l'environnement, de la faune, de la flore et également de la commune de Macau (Gironde) qui fait face au complexe pétrolier sur l'estuaire de la Gironde, ont reproché à Gilles Coudrette de ne pas "avoir au moins vidé en partie la cuve" alors qu'une fuite avait été détectée le 11 janvier 2007 en fin de journée. Le lendemain matin, la cuve se rompait, les 13.000 m3 se déversant dans des bacs de rétention et une quantité estimée entre 50 et 150 m3 débordant dans les eaux de la Dordogne et de la Garonne par l'effet des marées montantes.
Pour François Ruffié, représentant de cinq associations environnementales pour lesquelles il a réclamé plus de 250.000 euros de dommages et intérêts, "le simple bon sens était la vidange" mais "la société a privilégié la rentabilité". Pierre Landete, avocat de la commune de Macau classée site Natura 2000, a réclamé 1.000 euros de dommages pour chacun des 3.560 habitants de la commune, soit 3,56 millions au total.
M. Coudrette et l'actuel directeur général de la SPBA, Patrick Moatti, ont souligné que la vidange avait été programmée au lendemain de la découverte "d'une fuite faible, un suintement", et que "rien ne dit que cela aurait évité la rupture" de la cuve. Leurs avocats ont plaidé la relaxe. Selon eux, le processus d'effondrement de la cuve, dû à de la corrosion et des cavités sous le sol, était "inéluctable" et leurs clients ont "agi en fonction des connaissances qui étaient les leurs".


AFP

Mardi 14 Octobre 2014



Lu 115 fois



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 24 Novembre 2016 - 15:56 Grèce : les marins en grève contre l'austérité €

Mardi 22 Novembre 2016 - 13:20 40.000 Nigérians demandent des comptes à Shell €


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse