Anne-Marie Idrac, présidente de l'aéroport de Toulouse


Anne-Marie Idrac, experte des transports qui en a dirigé le secrétariat d'État, avant la SNCF, a reçu pour délicate mission de présider l'aéroport de Toulouse, écartelé entre un actionnaire chinois très ambitieux et des collectivités locales réticentes.


Anne-Marie Idrac, présidente de l’aéroport de Toulouse © SNCF
Anne-Marie Idrac, présidente de l’aéroport de Toulouse © SNCF
Anne-Marie Idrac, experte des transports, a été élue mardi 5 mai présidente de l'aéroport de Toulouse. "Je ne suis ni une potiche ni une caution" : à peine élue présidente du Conseil de surveillance de l'Aéroport de Toulouse-Blagnac (ATB), Anne-Marie Idrac a tenu à affirmer son indépendance face au nouvel actionnaire chinois de référence, installé à la tête de la quatrième plateforme régionale française à la suite de sa privatisation partielle. Certes, l'actuelle représentante spéciale pour les échanges économiques avec les Émirats arabes unis a été élue "sur proposition" du chinois Casil France, à qui l'État a cédé 49,99 % de la société de gestion de l'aéroport. Casil s'est substitué à Symbiose, nom du consortium qui avait postulé lors du processus de privatisation. Mais il s'agit d'une "mission d'intérêt général", a-t-elle martelé.
L'ancienne secrétaire d'État aux Transports (1995 à 1997) a souligné que son élection s'est faite "à l'unanimité" au nouveau Conseil de surveillance, où Casil est devenu le premier membre, avec six sièges sur quinze. L'État en possède deux et les partenaires locaux le reste. "J'espère que cela va continuer sur le mode consensuel", a ajouté Anne-Marie Idrac, pressée de questions sur les dissensions entre le nouvel actionnaire fort chinois, qui entend plus que doubler le trafic, et les collectivités locales, qui craignent un accroissement des nuisances. "Je n'aurais pas accepté la présidence si je n'avais pas pensé qu'on était dans le partenariat", a-t-elle assuré, avant d'ajouter : "Et dans le développement raisonné".

"Le plan "Grand Ciel Plus" prévoit 18 millions de passagers"


Casil, holding réunissant le chinois Shandong High Speed Group et le fonds d'investissement hong-kongais Friedmann Pacific Asset Management, entend faire passer le trafic toulousain de quelque 7,5 millions actuellement à 18 millions d'ici 2046. Le plan "Grand Ciel Plus", voulu par les Chinois, prévoit bien "18 millions de passagers comme une perspective", notamment grâce à l'ouverture de liaisons avec la Chine, a confirmé Jean-Michel Vernhes, qui reste président du directoire d'ATB, organe exécutif nommé par le conseil de surveillance.

Moudenc à la tête de la "stratégie"

"Un hub me paraît complètement délirant", a souligné au moment même de l'élection d'Anne-Marie Idrac le nouveau président du Conseil départemental de Haute-Garonne, Georges Méric (PS). "Il s’agira de concilier développement économique local et qualité de vie des riverains", a averti de son côté le maire UMP de Toulouse, Jean-Luc Moudenc. Justement : Jean-Luc Moudenc, qui n'est pourtant pas membre du Conseil de surveillance, a été nommé à la présidence du Comité "Stratégie et Investissements" de l'aéroport, un organe chargé des "grandes décisions", a pris soin de préciser Anne-Marie Idrac. La nouvelle patronne jouit de plus de "son expérience des affaires publiques" comme "gage de la préservation de l'intérêt public", a lui-même souligné Jean-Luc Moudenc. Anne-Marie Idrac, 63 ans, a été la première femme à la tête de la SNCF, de 2006 à 2008, après avoir dirigé la RATP (2002-2006).
À Toulouse, la présidente a souligné que les statuts de l'aéroport prévoyaient déjà que toute mesure "importante" devait être entérinée avec les deux tiers des voix au Conseil de surveillance, de quoi relativiser l'importance du débat sur une montée des collectivités locales dans l'actionnariat de l'aéroport. Anne-Marie Idrac ne s'est ainsi pas prononcée sur la possible cession par l'État aux partenaires publics locaux des 10,01 % qu'il possède encore dans ATB. Le Département, qui détient déjà 5 % d'ATB, a envoyé à ce titre un courrier jeudi 30 avril aux autres actionnaires locaux (la Chambre de commerce et d'industrie à hauteur de 25 %, la Région et Toulouse pour 5 % chacun) "pour organiser une table ronde et faire une proposition à l'État", a déclaré Georges Méric. Anne-Marie Idrac a en revanche dit "penser" que la possible rétrocession à des actionnaires locaux de 16 des 49,99 % actuellement détenus par Casil allait "progresser".

Loïc Vennin

Mercredi 6 Mai 2015



Lu 94 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse