Anvers : la Commission européenne enquête dans la manutention de conteneurs


Suite à la modification de leurs contrats de concession en 2013, PSA Antwerp et Antwerp Gateway ont-ils bénéficié de la part de l’autorité portuaire d’Anvers d’avantages indus par rapport à leurs concurrents en violation des règles sur les aides d’État ? La Commission européenne a ouvert une enquête approfondie.


Le port anversois aurait revu à la baisse les obligations de tonnage de deux sociétés de manutention © ED
Le port anversois aurait revu à la baisse les obligations de tonnage de deux sociétés de manutention © ED
Bien que sous statut de société anonyme depuis le 1er janvier 2016, le port d’Anvers demeure la propriété à 100 % de la ville et était administré jusque-là sous le régime d’une entreprise communale autonome. Comme ailleurs dans la plupart des États membres, l’une des missions de son autorité portuaire est de mettre des terrains à disposition de sociétés afin qu’elles puissent exercer leurs activités dans le port au moyen d’accords de concession. Sur cette base, en 2004, elle a conclu avec les deux principales entreprises de manutention de conteneurs locales, PSA Antwerp et Antwerp Gateway, des concessions pour une période de 42 ans, soit jusqu’en 2046. Celles-ci prévoyaient un nombre minimal de conteneurs à manutentionner chaque année.

Obligations allégées

Selon la Commission européenne, entre 2009 et 2012, PSA Antwerp et Antwerp Gateway n’ont pas satisfait à ces exigences de trafic minimal. Cette hypothèse, prévue par l’accord de concession, imposait alors aux deux exploitants le versement de compensations à l’autorité portuaire. "Or, au lieu de percevoir ces compensations dues par les deux entreprises, l’autorité du port d’Anvers a revu rétroactivement à la baisse les exigences en matière de tonnage minimal en mars 2013. En conséquence, le montant des compensations à verser par PSA Antwerp et Antwerp Gateway a été considérablement réduit, d’environ 80 %", constate la Commission.
Sur plainte d’un concurrent, celle-ci a donc décidé d’ouvrir une enquête approfondie afin d’établir si un investisseur privé aurait accepté de réduire les compensations de façon similaire. "Si cette opération n’a pas été réalisée aux conditions de marché, elle pourrait constituer une aide d’État". Conformément à l’article 107 du traité de fonctionnement de l’Union européenne, la Commission s’engage à vérifier si une telle aide peut être autorisée.

Érick Demangeon

Mardi 26 Janvier 2016



Lu 320 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse