ArcelorMittal : deux offres pour Florange


Le gouvernement a reçu deux "offres et marques d'intérêts" pour le site sidérurgique d'ArcelorMittal à Florange, en Moselle, sur un périmètre plus vaste que prévu et renvoie désormais la balle dans le camp du groupe, en lui demandant de modifier son offre de cession.


© ArcelorMittal
© ArcelorMittal
Le 1er octobre, ArcelorMittal avait annoncé son intention de fermer la filière liquide du site de Florange (la production d'acier brut à partir de minerai de fer et de charbon). Il avait alors laissé soixante jours au gouvernement pour trouver un repreneur pour les installations qu'il ne souhaitait plus exploiter. Le groupe avait fait part de sa volonté de conserver le reste du site, notamment le laminoir à chaud et les lignes de traitement de l'acier.
"Je suis en mesure de vous indiquer que le gouvernement a reçu deux offres et marques d'intérêts" pour Florange, a déclaré mercredi 21 novembre Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif, à l'Assemblée nationale, sans dévoiler l'identité des repreneurs potentiels. Ces offres portent toutefois "sur un périmètre plus large que celui qui a été octroyé par la famille Mittal", l'actionnaire indien qui contrôle le sidérurgiste. "Ce périmètre est en effet le périmètre de la rentabilité qui avait été analysé par l'expert gouvernemental Pascal Faure", auteur d'un rapport sur la viabilité du site remis fin juillet, a continué le ministre. Dans son rapport, M. Faure indiquait que le site de Florange, pris dans son ensemble, était "viable, fiable et rentable". Si M. Montebourg n'a pas dévoilé les noms des prétendants potentiels, des noms circulent, comme le russe Severstal ainsi que le français Ascometal.
ArcelorMittal avait il y a deux mois fait une petite concession au gouvernement en incluant la cokerie (installation de cuisson du charbon préalable à son introduction dans les hauts-fourneaux), qu'il utilise toujours aujourd'hui, dans le périmètre des installations cédées. Cette inclusion permettait à un repreneur de disposer de la totalité de la chaîne de production, des matières premières jusqu'à l'acier brut sous forme de brames (plaques d'acier épaisses). Le ministre demande à présent au groupe d'aller plus loin, probablement en incluant une partie des installations aval, ce qu'ArcelorMittal a toujours exclu, ces lignes représentant pour lui toute la valeur ajoutée.

Thibault Le Grand

Jeudi 22 Novembre 2012





Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse