Armateurs de France veut poursuivre le combat sur le dossier du soufre


La France n'étant pas autorisée par la Commission européenne à engager une action auprès de l'OMI sur le dossier du soufre, Armateurs de France demande que "le combat continue" et appelle le gouvernement français et Bruxelles à présenter au plus vite "un plan d'actions global en faveur des entreprises concernées". Les armateurs français demandent à l'État un soutien fort en faveur du GNL.


Armateurs de France veut poursuivre le combat sur le dossier du soufre
Depuis plusieurs mois, les armateurs français demandaient un délai supplémentaire de trois ans pour appliquer les objectifs de la convention Marpol aux navires déjà en service en Manche/Mer du Nord. Dans ce secteur géographique situé en zone Seca (Sulphur Emission Control Area), la teneur en soufre des carburants ne doit pas dépasser 0,1% dès le 1er janvier 2015 alors que cette date butoir est fixée au 1er janvier 2020 dans les autres régions. Et le vendredi 8 février était la date limite pour le dépôt d'une soumission française auprès du prochain Comité de protection de l'environnement marin (MEPC). Or, la Commission européenne n'a pas permis à la France et aux États membres d'intenter une action auprès de l'OMI. "Nous regrettons l'échec de cette première initiative française mais nous devons continuer à avancer", a déclaré Raymond Vidil, président d'Armateurs de France. "Cette première étape a permis de nous faire entendre à Bruxelles et de faire bouger les lignes. Il faut maintenant trouver des solutions concrètes car le compteur tourne. Si nous échouons, ce sont des entreprises et des emplois qui disparaîtront", a-t-il mis souligné.
Les armateurs déplorent que la mesure concernant la teneur en soufre ne s'applique pas uniquement aux constructions neuves mais également aux navires déjà en exploitation. Ils sont donc confrontés à la problématique de faire homologuer toute leur flotte dans un délai très court et d'en financer les frais dans un contexte de revenus en baisse. L'association professionnelle souligne que nombre d'entre eux se sont donc engagés à passer au plus tôt au GNL (gaz naturel liquéfié) mais insiste : "L'adaptation des navires existants représente un coût tel qu'il est impossible d'équiper toute la flotte concernée d'ici 2015. Pour les compagnies du nord et de l'ouest de la France, déjà profondément affectées par une conjoncture dégradée, cette situation est intenable économiquement et pourrait leur être fatale".

"Bruxelles ouvre des discussions dans deux directions"


Les armateurs de l'Hexagone regrettent que le gouvernement français n'ait pas réussi à réunir autour de lui une majorité d'États membres "malgré son initiative de décembre et les nombreux soutiens reçus". Pour sa part, la Commission européenne assure qu'elle a entendu les préoccupations des compagnies maritimes. Elle dit ouvrir des discussions dans deux directions : l'une sur un plan d'aides au secteur (la "toolbox"), l'autre sur l'application de règles de report déjà existantes.

"Un plan d'action global" réclamé

Pour l'association professionnelle des armateurs, "le combat doit continuer car il y a plus que jamais urgence à agir pour apporter des solutions précises aux entreprises concernées". Elle réclame au gouvernement français et la Commission européenne de "présenter au plus vite un plan d'actions global". Selon les compagnies maritimes françaises, au niveau national, ce plan doit comprendre un soutien fort des pouvoirs publics en faveur de la filière du GNL, à travers notamment les investissements d'avenir (en matière de recherche et de développement) et un engagement des autorités portuaires à s'équiper dans le domaine des capacités de soutage.
Pour l'heure, la convention Marpol permet par exemple de reporter l'application de la nouvelle teneur en soufre en cas d'essai de nouvelles technologies, pour une période de dix-huit mois renouvelable ou non. Tout en gardant ouverte l'hypothèse d'une soumission à l'OMI, les discussions devront continuer sur cette base au sein du groupe de travail transports du Conseil des ministres européens, explique Armateurs de France.

Vincent Calabrèse

Vendredi 8 Février 2013





     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse