Axe Seine : un rapport parlementaire pour relancer l’attractivité des ports


Renforcer rapidement l’attractivité et la compétitivité des ports maritimes de l’axe Seine, tel est l’objectif du rapport parlementaire rendu au gouvernement en juillet.


© Éric Houri
© Éric Houri
Il tient en 62 pages et 33 recommandations. Le rapport demandé en janvier dernier par le Premier ministre sur l’attractivité et la compétitivité des ports de l’axe Seine* a été rendu en juillet par la députée PS Valérie Fourneyron et le sénateur LR Charles Revet à Alain Vidalies, secrétaire d’État aux Transports.

Charles Revet, co-auteur avec Valérie Fourneyron du rapport sur l’attractivité et la compétitivité des ports de l’axe Seine © Éric Houri
Charles Revet, co-auteur avec Valérie Fourneyron du rapport sur l’attractivité et la compétitivité des ports de l’axe Seine © Éric Houri
Face au "déficit d’attractivité et de compétitivité par rapport à leur principaux concurrents, pourtant moins bien situés géographiquement", le gouvernement a assuré que son "ambition est d’en faire une zone d’excellence économique et logistique de dimension mondiale". Mais les parlementaires normands sont catégoriques : "C’est à court et moyen terme qu’il est impératif d’améliorer la compétitivité du système portuaire de l’axe Seine", en tête de l’ensemble des ports français avec un trafic total de 90,8 millions de tonnes en 2015.

"Le plus rapidement possible"

Le rapport préconise en premier lieu d’engager "dans les meilleurs délais" les travaux de la liaison ferroviaire Serqueux-Gisors, tronçon réclamé depuis des années par les acteurs portuaires qui permettra le contournement de Paris et qui vient de recevoir un avis favorable de la commission d’enquête publique. Deuxième recommandation, la réalisation "le plus rapidement possible" au Havre d’un accès direct des barges fluviales aux terminaux de Port 2000 ("chatière"). Les élus demandent également d’"accompagner la montée en charge" du terminal multimodal du Havre (près de 140 millions d’euros d’investissement), dont le lancement a été un fiasco et, "préalablement à la réalisation du lien à grand gabarit Seine-Nord-Europe", la mise au gabarit européen de l’Oise avec l’adaptation des ponts permettant la navigation à trois niveaux de conteneurs. Cinquième recommandation, l’entretien des écluses de la Seine, notamment celle de Méricourt, "pour garantir la fiabilité de cette liaison fluviale".

"Une situation très défavorable au regard des ports concurrents"


Côté organisation, il est recommandé en vue de "simplification" de créer un "véritable guichet unique préfectoral capable d’accompagner les projets importants dans l’obtention de leurs autorisations administratives". Si la plupart des grands ports européens sont rattachés à des collectivités ou organismes de proximité, la gouvernance des ports d’Haropa n’est pas remise en cause : les acteurs portuaires qui ont connu la réforme portuaire de 2008 se sont dits opposés "à de nouveaux bouleversements institutionnels".
Enfin, au sujet du "modèle économique qui n’est plus soutenable", en toile de fond de l’augmentation des charges, le rapport prône le maintien de l’exonération de la taxe foncière en compensant la perte de recettes correspondante pour les collectivités locales et la réalisation d'une "étude de parangonnage de la productivité (y compris des effectifs) des ports français et concurrents". Car la situation est "très défavorable au regard des ports concurrents" : sur la période 2004-2014, les ports maritimes de Haropa ont investi 740 millions d’euros, loin du 1,288 milliard investi par les ports belges (Anvers, Gand et Zeebrugge), "subventionnés à 100 % par le gouvernement flamand". Et les rapporteurs constatent : les ports de l’axe Seine ont vu leur part de marché en trafic total sur le Range Nord passer de 10,9 % en 1990 à 7,6 en 2015 et 6,1 en trafic conteneurs.

* Le rapport Fourneyron-Revet fait partie des quatre rapports parlementaires commandés par le gouvernement sur le développement des portes maritimes internationales du pays et l’amélioration des connexions avec les axes Seine, Rhône-Saône et Nord et sur la façade Atlantique.

Ce qu’ils en disent

Régine Brehier, directrice générale de Haropa


"C’est un rapport très positif qui salue l’utilité de la création récente du GIE Haropa, reconnaît et encourage les actions menées. C’est aussi un rapport équilibré dans la mesure où il rappelle que les investissements ne sont pas les seuls facteurs de compétitivité, mais également la fluidité des process et les services qu’on rend globalement. La prochaine étape sera le comité interministériel de la mer qui se réunira fin 2016".

Christian de Tinguy, président du Gemo

"Ce rapport est une bonne analyse, réalisée par des personnes qui ont rencontré tous les professionnels de la place économique. Ce qui me semble le plus pertinent est cette nouvelle réflexion sur la notion d’axe, à savoir que le port n’est pas une fin en soi mais un élément d’une chaîne logistique. Ce rapport devrait permettre aussi de sensibiliser les politiques mais reste à connaître les suites qu'ils voudront y donner".

Michel Segain, président de l’Umep

"Cela va dans le bon sens. Maintenant, il faut passer à une étape supérieure et mettre en place une structure commune entre les trois ports qui doivent se regrouper en une seule entité juridique et un seul port".

Jean-Marc Peltier et Matthieu Dehais, vice-présidents du Ghaam

"Il n’y a rien de nouveau dans ce rapport que nous ne sachions déjà. Avec l’Umep, nous demandons depuis moult années un accès fluvial digne de ce nom, toujours pas mis au programme alors que le budget de l’étude est déjà validé. Comment attirer des navires de plus en plus importants sans desserte après le déchargement ? Le système de rendez-vous ne suffit pas à évacuer les marchandises comme nous le souhaiterions tous. Il faut travailler sur la barge puisque notre marché principal est Paris. Il faut aller de l’avant, cessons d’accumuler des retards quant nous pouvons entrevoir la rapidité d’adaptation, de création de nos voisins et à plus grande échelle au niveau asiatique".

Natalie Castetz

Jeudi 29 Septembre 2016



Lu 753 fois



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 28 Septembre 2016 - 16:22 Haropa : l’axe Seine en travaux

Mercredi 28 Septembre 2016 - 13:06 Cherbourg : regain d’activité sur le transmanche


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse