Baisse des actes de piraterie en Somalie


Les actes de piraterie au large de la Somalie ont chuté cette année à leur plus bas niveau depuis 2009 tandis que le golfe de Guinée enregistre pour sa part une hausse des attaques, selon le BMI.


© Eunavfor
© Eunavfor
D'après le dernier rapport du Bureau maritime international (BMI) publié lundi 22 octobre, les actes de piraterie en Somalie ont diminué, tandis que le golfe de Guinée reste risqué. Sur les 448 attaques répertoriées à travers le monde par le BMI en 2012, 233 se sont déroulées au large de la Somalie. L'amélioration a été particulièrement sensible au "troisième trimestre" 2012, qui atteint "son plus bas niveau depuis 2008", signale le BMI.

"Ces eaux sont encore très risquées"


Lors des neuf premiers mois de 2012, il y a eu 70 attaques de pirates au large du pays contre 199 répertoriées à la même période en 2011. Et entre juillet et septembre 2012, une seule tentative d'attaque a été signalée, contre les 36 enregistrées au troisième trimestre l'année dernière. Cette chute du nombre d'attaques s'explique par "la surveillance et l'action" des forces navales internationales qui dissuadent les pirates d'agir, en employant notamment des gardes armés, explique le Bureau maritime internationale.
"C'est une bonne nouvelle que les détournements soient en baisse, mais il ne peut y avoir aucune place pour l'autosatisfaction : ces eaux sont encore très risquées et la présence navale doit être maintenue", avertit toutefois le commandant Pottengal Mukundan et directeur du BMI. Au 30 septembre 2012, 11 navires, avec 167 membres d'équipage en otage à leurs bords, étaient aux mains de présumés pirates somaliens.

Déploiement au large du Togo

Le rapport du BMI s'inquiète également de la violence des actes de piraterie qui ont lieu dans le golfe de Guinée : la piraterie devient "de plus en plus dangereuse avec 34 attaques répertoriées entre janvier et septembre 2012, contre 30 l'an dernier", s'alarme-t-il, indiquant qu'elle se déployait désormais au large du Togo. Ces attaques sont "souvent violentes, planifiées et visent à voler des produits pétroliers raffinés qui peuvent être facilement vendus sur le marché". En outre, "pour brouiller les pistes quand le navire est détourné, les pirates endommagent l'équipement de communication et parfois même l'équipement de navigation", précise le rapport.
En Asie du Sud-Est, la situation est également préoccupante au large de l'Indonésie, avec 51 signalements au cours des neuf premiers mois de 2012, contre un total 46 en 2011, ajoute le rapport.

Des drones pour chasser les pirates

Les drones survolent déjà les champs de bataille, mais ces engins sans pilote se lancent désormais à la conquête de la mer, pour la surveillance, l'interception des pirates ou la chasse aux mines. La société israélienne Rafael a développé un drone de surface, le Protector, utilisé par Singapour depuis 2004, et dont la nouvelle version est exposée au salon Euronaval que le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a inauguré mardi 23 octobre au Bourget. Utilisé notamment dans la lutte anti-piraterie et la protection des plates-formes pétrolières, "c'est le seul véhicule de surface sans pilote (USV, Unmanned Surface Vehicle) opérationnel au monde", assure Eyal Ben Zion, directeur du marketing de la division navale de Rafael. Pas pour longtemps, puisque le français ECA Robotics et Singapore Technologies Engineering (STE) développent aussi les leurs, remarque Claude Cazaoulou, responsable de développement chez ECA. Le nouveau modèle de Protector, long de 11 mètres, est équipé de deux missiles et d'un canon à eau et possède une autonomie de 48 heures. La surveillance maritime se fait aussi par les airs et les constructeurs embarquent déjà des hélicoptères sans pilote comme le Camcopter S-100 de la petite société autrichienne Schiebel.

Patrick Rahir

Mardi 23 Octobre 2012



Lu 138 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse