Bilan très mitigé à mi-parcours pour Haropa


A fin juillet, le trafic de Haropa s’établit à 52,27 millions de tonnes, en recul de 1,9 %. La faute à une conjoncture internationale défavorable et aux mouvements sociaux du printemps. Les mauvaises récoltes de l’été devraient grever encore plus en fin d’année un bilan officiellement jugé "contrasté".


© GPMR
© GPMR
Succédant à Alexis Rouque à la présidence de Haropa, Régine Bréhier, directrice générale de Ports de Paris, a estimé, le 19 septembre à Rouen, que les sept premiers mois de l’année s’étaient soldés "par un bilan contrasté selon les filières". Du côté des trafics conteneurisés, majoritairement opérés au Havre, l’heure est la stabilité à 15,24 millions de tonnes (- 1,5 %) et 1,543 million d’EVP (0 %) malgré une conjoncture générale très défavorable.

"Année noire du shipping"

Directeur du Grand Port maritime du Havre (GPMH), Hervé Martel évoque "une année noire du shipping" assortie de "mutations des alliances qui perturbent les choix opérationnels", d’où un impact négatif sur les transbordements (- 2 %). En revanche, il se félicite de la confirmation d’une progression des trafics avec l’hinterland (+ 1,2 %). Et soucieux "de ne pas mettre de l’huile sur le feu", il ne s’attarde pas trop sur les quinze jours de grèves entre avril et juillet. Et pourtant, en première approximation, 20 % des escales programmées durant cette période, soit plus de 400, en ont été subi l'impact, 77 annulées (dont 30 porte-conteneurs) et 328 retardées (dont 100 porte-conteneurs).
"Nous avons expliqué à nos clients qu’il s’agissait de mouvements nationaux, peu ou pas en lien avec les métiers portuaires. Quel a été l’impact sur leur confiance ? Il est encore un peu tôt pour le dire. Mais, si les mouvements repartaient à l’automne, ce serait préoccupant", estime le directeur du GPMH. Concernant l’aspect financier, les grèves auraient coûté entre 1 et 2 millions d’euros au port mais les conséquences seraient beaucoup plus graves pour certaines entreprises.

"Les mutations d'alliances perturbent les choix opérationnels"


Au chapitre des vracs liquides, le recul est davantage marqué (- 6,9 %) avec 27,25 millions de tonnes. Pour l’expliquer, Régine Bréhier avance deux raisons principales. D’abord, et encore une fois, les mouvements sociaux liés à la loi travail (blocage des raffineries). Ensuite, un arrêt technique sur la plateforme ExxonMobil de Port-Jérôme. Résultats : une très nette baisse (- 16 %) des entrées de pétrole brut à 12,7 millions de tonnes et une baisse des sorties de produits raffinés compensée par une hausse des importations à 11,4 millions de tonnes (+ 6 %). Pour être complet, la baisse des cours au niveau mondial et la forte demande à des fins de stockage a boosté (+ 21 %) les trafics d’engrais liquides.
Enfin, s’il faut parler de contraste, c’est du côté des vracs liquides qu’il est le plus violent. Après une campagne 2015-2016 record (9,1 millions de tonnes tous grains confondus), le Grand Port maritime de Rouen (GPMR) devrait connaître un millésime 2016-2017 parmi les pires depuis trente-cinq ans, aux alentours de 4,5 millions de tonnes. "La mauvaise récolte de l’été due à la météo devrait surtout impacter l’année 2017 en termes de résultats portuaires car la fin de la campagne précédente a été excellente. Je rappelle que, dans notre projet stratégique, nous nous sommes fixés pour objectif une moyenne annuelle de l’ordre de 7 millions de tonnes", commente Nicolas Occis, directeur général du GPMR.

Vers un mauvais millésime 2016

Le millésime 2016 pour la Normandie ne sera pas un grand cru. À fin juillet, Le Havre dépasse de justesse les 38 millions de tonnes de trafic global, en recul de 6 %. Le retour du charbon est très loin de compenser la baisse des vracs liquides (- 11,5 %), à 21,2 millions de tonnes. Pour les trafics conteneurisés, le nombre d’EVP s’établit à 1,48 million (+ 0,9 %) pour 14,8 millions de tonnes (- 0,8 %). À Rouen, comme redouté, l’excellent premier semestre sera annihilé par l’effondrement annoncé des exportations de céréales d’ici la fin de l’année. Déjà, la progression du trafic global qui s’affichait à + 11 % fin juillet n’est plus que de 4,6 % fin août, à 15,62 millions de tonnes. La progression des vracs solides n’est plus, après huit mois, que de 4 % à 7,84 millions de tonnes. Celles des vracs liquides frôle les + 9 % à 7,84 millions de tonnes, dont 4,76 millions de tonnes (+ 10,35 %) pour les hydrocarbures. Enfin, les trafics conteneurisés chutent lourdement (- 19,8 %) à 60.900 EVP.
 


Vincent Rogé

Mercredi 21 Septembre 2016



Lu 655 fois



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 28 Septembre 2016 - 16:22 Haropa : l’axe Seine en travaux


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse