Boeing livre un nombre record d'avions en 2015


L'avionneur américain Boeing a livré un nombre record d'avions civils en 2015 mais sa performance commerciale a été plombée par une chute de près de moitié de ses commandes.


Le carnet de commandes de Boeing représente plus de sept années et demie de production © Boeing
Le carnet de commandes de Boeing représente plus de sept années et demie de production © Boeing
Boeing a récolté les fruits d'une hausse de ses cadences de production pour dépasser ses objectifs en livrant 762 appareils à ses clients, en hausse de 5,4 % sur un an. En début d'année, il prévoyait de livrer de 755 à 760 avions. Ce record est néanmoins entaché par une chute de 46,4 % du nombre d'avions commandés par les compagnies aériennes, qui s'élève à 768 pour une valeur totale de 112,4 milliards de dollars au prix catalogue. En 2014, année historique, l'avionneur avait obtenu 1.432 commandes nettes. En conséquence, l'action chutait lourdement à Wall Street perdant 3,82 % à 133,53 dollars vers 20 heures.
S'il est plus que probable que Boeing va battre son grand rival Airbus en termes de livraison, l'avionneur européen devrait l'emporter largement sur le front des commandes. Au 30 novembre, Airbus, qui détient le record absolu de l'histoire de l'aéronautique (1.503 commandes nettes en 2013), recensait déjà 1.007 commandes nettes, grâce notamment à son best-seller A320 qui lui permet de dominer le segment du moyen-courrier. Il avait livré en revanche seulement 556 appareils mais promettait de dépasser la barre des 629 atteinte en 2014. L'avionneur européen doit publier son bilan commercial le 12 janvier.
Les livraisons sont le baromètre le plus scruté par les experts car une compagnie aérienne paie traditionnellement quand elle prend possession de l'appareil. L'impact sur le chiffre d'affaires des constructeurs aéronautiques est donc considérable. Les livraisons ont en outre pris beaucoup d'importance ces derniers mois parce que Boeing comme son grand rival Airbus disposent de carnets de commandes fournis, suscitant des interrogations sur leurs capacités à respecter leur calendrier respectif.

Surchauffe

Au 31 décembre, le carnet de commandes (5.795 appareils) - les avions que Boeing doit livrer - représentait plus de sept années et demie de production aux cadences actuelles. Pour tenir leurs engagements, les deux constructeurs, qui se rendent coup pour coup dans le moyen et le long-courriers afin de ne pas perdre des parts de marché, ont décidé d'augmenter leurs cadences de production. La compétition est surtout féroce dans les monocouloirs ou moyen-courrier, segment dont la demande est nourrie par la volonté des compagnies aériennes de profiter de la chute des prix du kérosène pour renouveler leur vieille flotte. Boeing, qui produit actuellement 42 appareils de la famille 737 par mois, va porter ce chiffre à 47 en 2017 et 52 en 2018.
De son côté, Airbus, qui entend préserver son avance, veut porter la cadence de production de l'A320, à 60 exemplaires par mois mi-2019, contre 42 actuellement. "Nous pouvons produire 60 par mois (...) mais nous devons juste nous assurer qu'il y a une demande", a rétorqué en mai Ray Conner, un des responsables de Boeing.
Le groupe de Seattle prévoit notamment de muscler son usine de Renton (Washington, ouest), où sont produits les 737 de nouvelle génération (737 Max). Cette usine dispose actuellement de trois lignes d'assemblage et a la capacité de produire 63 appareils par mois. Actuellement 12.000 personnes y travaillent mais des emplois supplémentaires y sont annoncés dans les prochaines années.
Dans le long-courrier, qu'il domine, Boeing veut produire par mois 12 exemplaires du 787 "Dreamliner", l'avion de nouvelle génération construit avec une forte proportion de matériaux composites, à partir de 2016 et 14 d'ici 2020. En 2015, 10 B787 sortaient des usines d'Everett (Washington, ouest) et de Charleston (Caroline du Sud).
La réponse d'Airbus n'a pas tardé : l'avionneur européen envisage de livrer 110 avions par an de son dernier-né A350 d'ici 2019, soit un bond comparé à ce qu'il prévoyait de livrer en 2015 (15 appareils). Ce rythme effréné inquiète les analystes, qui mettent en garde contre une surchauffe du marché suite au ralentissement de l'économie chinoise, l'Asie ayant été jusqu'à présent la locomotive des commandes. Les sous-traitants, qui travaillent souvent pour les deux avionneurs, redoutent eux de ne pouvoir suivre. En 2005, Boeing et Airbus avaient livré à eux deux un peu plus de 500 appareils. Dix ans plus tard, ce chiffre a plus que doublé.

Luc Olinga

Vendredi 8 Janvier 2016



Lu 209 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse