Bolloré a repris une partie de son concurrent Necotrans


Le groupe diversifié Bolloré a annoncé avoir repris une partie de son concurrent Necotrans, deux mois après le placement en redressement judiciaire de cette société de logistique opérant surtout en Afrique.


Necotrans revendique un chiffre d'affaires annuel de 830 millions d'euros © Arekipa Productions
Necotrans revendique un chiffre d'affaires annuel de 830 millions d'euros © Arekipa Productions
Bolloré a annoncé vendredi 25 août avoir repris une partie de son concurrent Necotrans. Bolloré, qui a indiqué avoir obtenu le feu vert du tribunal de commerce de Paris à cette reprise partielle dans le cadre d'un consortium avec "trois groupes internationaux", a affirmé que cette opération s'inscrivait "dans une logique de renforcement et de développement de ses positions en France et en Afrique".
De source proche de Privinvest vendredi soir, ce groupe de l'homme d'affaires franco-libanais Iskandar Safa "confirme qu'il est entré dans le consortium pour la reprise de Necotrans". Selon le journal "Les Échos", les deux autres membres du consortium sont une filiale de l'assureur Old Mutual (Royaume-Uni) et du groupe Premium (Maroc).
"Les Échos" ont également affirmé que le plan allait se traduire par la fermeture des deux tiers des agences de Necotrans en Afrique et estimé que seule la moitié des 4.000 emplois du groupe serait préservée à l'issue de l'opération.
De son côté, la branche de Bolloré spécialisée dans le transport et la logistique, qui représente 55 % de l'activité du groupe au chiffre d'affaires annuel de 10 milliards d'euros, "s'engage à préserver un maximum d'emplois dans le cadre de ce projet de reprise" qui, a-t-elle fait valoir, "a reçu le soutien des institutions représentatives du personnel de Necotrans".

"Fermeture des deux tiers des agences de Necotrans en Afrique"


Précisément, "en France, 71 contrats de travail seront directement repris et près d'une trentaine d'emplois supplémentaires pourraient être sauvegardés aux mêmes niveaux d'ancienneté et de rémunération grâce à des opportunités de reclassement existantes au sein de Bolloré Transport & Logistics". Selon "Les Échos", Necotrans emploie directement 119 personnes en France.
En Afrique, "plus de 260 emplois seront pérennisés dans six pays africains où le groupe est déjà implanté (Sénégal, Côte d'Ivoire, Burkina Faso, Togo, Bénin et Congo)", selon le texte de Bolloré. L'entreprise n'a pas précisé le nombre d'emplois actuels inclus dans le périmètre de reprise, ni les engagements sociaux éventuels des autres parties prenantes du consortium. Ni la société de Vincent Bolloré ni Privinvest n'ont communiqué le montant de leurs investissements.

Gestion des terminaux portuaires

Necotrans, qui avait annoncé le 29 juin la mise en redressement judiciaire de ses onze sociétés françaises, dans un contexte de déprime persistante des cours des matières premières, revendique un chiffre d'affaires annuel de 830 millions d'euros. Ce groupe, dont la structure capitalistique était jusqu'ici familiale, est engagé depuis 2013 dans un plan de redéploiement stratégique et de développement en Afrique pour la gestion des terminaux portuaires, la logistique pétrolière et la sous-traitance minière.
Necotrans et Bolloré se sont affrontés dans le passé sur le plan judiciaire. Le président de la République de Guinée, Alpha Condé, élu en novembre 2010, avait résilié en mars 2011, par décret, la convention de concession du terminal conteneurisé du port de Conakry octroyée en 2008 pour une durée de vingt-cinq ans à Getma, une filiale de Necotrans. Le gouvernement guinéen avait confié quelques jours plus tard la gestion du port au groupe Bolloré, déclenchant une bataille entre les deux rivaux devant les tribunaux. Bolloré avait été condamné en 2013 à verser plus de 2 millions d'euros à Necotrans.

AFP

Lundi 28 Août 2017



Lu 1499 fois



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 15 Novembre 2017 - 11:41 Gefco France modernise sa plateforme de Vénissieux


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 1/03/2013
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse