Bonne résistance du fret à l'aéroport Nice-Côte d’Azur


Sur l’aéroport international Nice-Côte d’Azur, le fret, notamment à l’export, reste majoritaire malgré la crise économique et des compagnies aériennes versatiles dans leur stratégie.


Le fret aérien progresse de 1 % à l'aéroport Nice-Côte d’Azur © Nice-Côte d’Azur
Le fret aérien progresse de 1 % à l'aéroport Nice-Côte d’Azur © Nice-Côte d’Azur
Au premier trimestre sur la plateforme niçoise de l'aéroport Nice-Côte d’Azur, le fret aérien en tonne a progressé d’un petit 1 % à 4.892 tonnes. Le fret avionné augmente de 7 % (2.654 tonnes) à l’inverse du fret camionné (- 5 %, 1.266 tonnes) et du fret express (- 6 %, 972 tonnes). Le tonnage à l’import progresse de 7 % alors que l’export enregistre une baisse de 3 %. Toutefois sur le premier trimestre, l’aéroport niçois reste exportateur car le tonnage expédié représente 61 % du tonnage global traité. Le trafic pour 2013 avait atteint 21.000 tonnes (+ 2 %), dont 12.000 tonnes en avionné et 70 % du tonnage à l’export.
"Nous bénéficions toujours de la bonne santé de la filière aromatique et parfum très présente sur la Côte d’Azur en forte progression à l’export vers l’Asie et les États-Unis", précise Pierre Mathez, PDG du groupe Mathez, l’un des plus importants transitaires niçois. L’activité congrès, salons et festivals à Cannes, Nice ou Monaco génère également un fort trafic en marchandise (stand, matériel, produits…). "Hélas, on déplore que les organisateurs passent de plus en plus par les sociétés de fret express peu armés pour ce type de fret. Il nous est arrivé de les remplacer au pied levé au dernier moment".

"L'aéroport bénéficie de la bonne santé de la filière aromatique"


Le fret avionné à Nice bénéficie des gros porteurs utilisés par les compagnies Emirates (B777), Delta Air Lines, Turkish Airlines mais aussi Lufthansa, Air France Swiss ou British Airways. L’arrivée d'Air Canada Rouge, le 23 mai, va renforcer l’offre sur l’Amérique à raison de trois vols par semaine en B767-300. Toutefois le développement des fréquences, face à la concurrence des low-cost, conduit la plupart des compagnies européennes à utiliser de plus petits appareils aux soutes limitées, d’où le recours de plus en plus souvent au fret camionné vers les plateformes comme Genève, Zurich, Bruxelles, Amsterdam Paris voire Londres.
Même si Emirates progresse, la compagnie a ouvert d’autres destinations en 2013 comme Lyon. Et une partie du fret embarqué à Nice l’est désormais sur ces plateformes. En 2013, Qatar Airways a cessé ses trois rotations entre Nice et Doha pour renforcer, en l’absence de droits de trafic supplémentaire, ses vols depuis Paris-Charles-de-Gaulle. "C’est dommage car la présence de Qatar avait provoqué une saine concurrence sur les prix face à Emirates".

AirPort+ à Nice et Marseille

Pierre Mathez, en tant que président de la commission aérienne au sein de TLF Overseas Paca, défend la promotion du fret sur Marseille-Provence et Nice-Côte d’Azur. "En cumulé, les deux aéroports se hissent à la troisième place des plateformes de province derrière Bâle-Mulhouse (aéroport franco-suisse) et Lyon". Il a été chargé par TLF de mettre en place sur Marseille et Nice le logiciel AirPort+, un Cargo Community System qui permet aux opérateurs de suivre en ligne les marchandises quel que soit le moyen de transport utilisé. "Il a été testé en Guyane et en Martinique et il a toute légitimé d’être installé dans les aéroports situés dans des régions maritimes déjà équipées d’AP+ au bénéfice d'acteurs de la filière logistique opérant à la fois sur le maritime et l’aérien". Un audit a été présenté le 28 mars et une phase pilote a été décidée chez trois transitaires (Schenker, ITP et NDO) et la douane.
Marseille doit passer en société aéroportuaire en juillet alors que Nice est déjà géré par ce type de société depuis des années. Une rencontre est prévue entre la vingtaine de transitaires niçois du Terminal Fret et la direction de l’aéroport en juin pour évoquer la place du fret dans la politique de développement de la plateforme. Nice bénéficie d’un terminal cargo moderne, ce qui n’est pas le cas à Marseille-Provence, où des réunions sont également prévues pour une mise aux normes des installations.

Michel BOVAS

Vendredi 23 Mai 2014



Lu 1110 fois



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 1 Décembre 2016 - 14:36 Bombardier livre son premier CS300 à Air Baltic €


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse