Bourbon espère un léger rebond cette année


Le groupe de services maritimes à l'industrie pétrolière Bourbon est tombé dans le rouge en 2015, rattrapé par la baisse des prix de l'or noir, et anticipe encore un contexte difficile en 2016, même si un rebond pourrait intervenir dans certaines activités.


Bourbon ne prévoit pas d'embellie pour les activités liées aux nouveaux gisements © Bourbon
Bourbon ne prévoit pas d'embellie pour les activités liées aux nouveaux gisements © Bourbon
Bourbon, tombé dans le rouge en 2015, espère un léger rebond cette année. "Nous verrons probablement un point bas de cycle dans la demande de navire offshore", a affirmé Christian Lefèvre, directeur général de Bourbon. Après ce creux, il anticipe "un léger regain d'activité au cours du second semestre, principalement dans les domaines de la maintenance des installations pétrolières et dans les activités de maintien de la production des champs existants". Et ce, alors que certains experts estiment possible un rebond des prix du pétrole dans le courant de l'année.
En revanche, le groupe ne prévoit pas d'embellie pour les activités liées aux nouveaux gisements (exploration, forage), alors que les groupes pétroliers ont tous annoncé de nouvelles réductions de leurs investissements pour faire face à la faiblesse des cours du brut.
De ce fait, Bourbon entend poursuivre sa politique de désarmement de sa flotte et a encore prévu de vendre des navires pour environ 50 millions d'euros, a indiqué Christian Lefèvre. À fin 2015, le groupe possédait une flotte de 511 navires, dont 44 désarmés, soit 6 de plus que l'année précédente.

"Bourbon entend poursuivre sa politique de désarmement de sa flotte"


Globalement, le chiffre d'affaires devrait être en "baisse modérée" cette année, après avoir atteint 1,33 milliard d'euros en 2015, quasi stable par rapport à 2014, tandis que la marge opérationnelle est attendue en "légère diminution".
"Le prix du baril s'est fortement détérioré début 2016, cela a eu un effet immédiat chez nos clients de volonté de réduire encore une fois leurs coûts, et pour nous cela a un impact sur l'activité, donc probablement le taux d'utilisation" des navires, déjà tombé de 5 points à 75,5 % en 2015, a expliqué Christian Lefèvre.

Bonne résistance

Pourtant, l'an dernier, dans un contexte très compliqué pour les entreprises parapétrolières, Bourbon a plutôt bien résisté, même s'il a subi une perte nette de 76,6 millions d'euros, plus lourde qu'attendu par les analystes, après un bénéfice de 73,7 millions d'euros en 2014. Un phénomène dû à la baisse du taux d'utilisation de ses navires et de l'augmentation des loyers que le groupe paye pour utiliser certains d'entre eux.
Le programme de réduction des coûts (- 8 % à périmètre constant en 2015) et des investissements (- 47,6 %) a porté ses fruits et a permis au groupe d'améliorer sa marge opérationnelle - calculée sur la base de l'excédent brut d'exploitation avant dépenses de loyers - de 2,2 points à 38,1 % du chiffre d'affaires, aidé il est vrai par la faiblesse du dollar par rapport à l'euro.
Il a également réussi à enregistrer un flux de trésorerie disponible de 90 millions d'euros, et vise une progression sensible pour cette année.
"La mise en hivernage d'une partie de la flotte et les efforts marqués de réductions de coûts dans l'ensemble des segments, ainsi qu'un haut niveau de disponibilité technique des navires, ont permis de réaliser une bonne performance opérationnelle, malgré la baisse des taux d'utilisation et des tarifs journaliers", juge un courtier parisien.
Cette performance est jugée globalement "solide" par plusieurs analystes, et a été plutôt saluée par le marché, la valeur prenant 0,69 % vers 12 h 45 à 13,20 euros dans un CAC en léger repli de 0,16 %. D'autant plus que le groupe a maintenu inchangé le dividende qu'il souhaite verser cette année à 1 euro par action.

Marie Heuclin

Jeudi 10 Mars 2016



Lu 326 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse