Bureau Veritas ignore la crise


Le groupe d'inspection et de certification Bureau Veritas a continué sur sa lancée avec une nouvelle hausse de ses résultats au premier semestre, grâce à la bonne performance de son activité dans l'industrie et à de nombreuses acquisitions.


© Bureau Veritas
© Bureau Veritas
Sur les six derniers mois, le certificateur Bureau Veritas a enregistré un bénéfice net de 160,8 millions d'euros (+ 6,2 %), un résultat opérationnel de 259,7 millions (+ 7,3 %) et des ventes de 1,86 milliard (+ 14,7 %). En croissance organique (hors acquisition), le chiffre d'affaires du groupe ressort en augmentation de 8,1 %. Bureau Veritas indique avoir réalisé sur le semestre une douzaine d'acquisitions qui représentent en cumulé environ 200 millions d'euros de revenus.

Une stratégie d'acquisitions

Le directeur général, Didier Michaud-Daniel, a confirmé qu'il entendait poursuivre la stratégie d'acquisitions menée jusque-là, avec un renforcement sur les "pays à forte croissance" et une amélioration de la présence du groupe "dans certains pays matures", mais sur certaines activités seulement. Au premier semestre, cette stratégie s'est traduite par le rachat de deux sociétés en Chine, une en Inde et une en Colombie, mais aussi trois en Allemagne, deux aux États-Unis, une au Canada, une au Japon et une en France.

"La marine est pénalisée par la morosité de la construction navale"


Trois divisions soutiennent particulièrement l'activité : l'industrie, principale division de Bureau Veritas, qui enregistre une activité en hausse de 28,1 % à 400 millions d'euros, et de 17,5 % en croissance organique, les matières premières (+ 26,8 % à 334,5 millions, + 13,8 % en organique) et les services aux gouvernements & commerce international (126,5 millions à + 22,6 %, + 21,3 % en organique). Deux activités tournent en revanche au ralenti. La construction (+ 3,6 % à 113,6 millions, - 4,5 % en organique) reste pénalisée par la crise, notamment en Europe du Sud.
La marine (+ 2,2 % à 84,4 millions, - 2,2 % en organique) est pénalisée par la morosité de la construction navale. Mais cette baisse est compensée par l'augmentation de la flotte devant être inspectée, et le développement des inspections offshore et dans l'éolien.

AFP

Vendredi 31 Août 2012





Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse