CCE à haut risque pour le vapocraqueur de Carling


L'annonce d'un comité central d'entreprise prévu mercredi 4 septembre par Total a ravivé les inquiétudes concernant la plate-forme pétrochimique de Carling, en Moselle, notamment pour son dernier vapocraqueur encore en activité.


© Total
© Total
Total "sera amené" à faire de nouvelles restructurations en France, a prévenu vendredi 30 août son PDG, Christophe de Margerie, sans toutefois évoquer de projet ou de calendrier précis. En parallèle, un comité central d'entreprise a été convoqué par la direction de Total mercredi 4 septembre concernant notamment le site de Carling. L'ordre du jour du CCE porte sur la "présentation des orientations stratégiques de la branche raffinage-chimie" du groupe et une "information/consultation sur un projet d'avenir pour la plate-forme de Carling", sans plus de détails. Pour Aldo Scalzo, délégué CGT de Carling, si le "projet d'avenir" pourrait porter sur le renforcement de l'activité polymères du site, il impliquerait en revanche la fermeture du vapocraqueur n° 1, le dernier depuis la fermeture du n° 2 début 2009. Soit la fin de la chimie de base à Carling. Or, "un site sans chimie de base, c'est un site qui sera viable à court terme" seulement, selon Aldo Scalzo. Par ailleurs, toujours selon la CGT, l'arrêt du vapocraqueur fragiliserait l'approvisionnement en propylène du groupe de chimie Arkema, également présent sur le site, et celui en éthylène de l'usine d'Ineos à Sarralbe, en Moselle, à une trentaine de kilomètres de Carling.
En activité depuis 1954, le complexe pétrochimique de Carling, où s'enchevêtrent d'innombrables cheminées fumantes, pipelines et cuves géantes, s'étend sur 340 hectares et accueille cinq sociétés, dont Total, propriétaire du vapocraqueur n° 1 qui constitue actuellement l'unité mère du site. Un vapocraqueur sert à transformer des molécules de gaz ou de naphta pétrolier pour fabriquer des produits pétrochimiques de base, comme l'éthylène ou le propylène, permettant à leur tour d'élaborer sur place des matières plastiques. Pour Total, l'un des défauts majeurs du vapocraqueur de Carling est qu'il fonctionne à base de naphta pétrolier, devenu trop cher.

Étienne Balmer

Lundi 2 Septembre 2013



Lu 476 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse