CMA CGM : déjà 15 ans pour les lignes NAF !


Le groupe CMA CGM a célébré mardi 27 octobre à Marseille le 15e anniversaire de ses lignes Nord Afrique (NAF). Une occasion pour l'armateur français de faire le point sur l'évolution sur son offre de transport sur l'Algérie, le Maroc, la Tunisie mais aussi la Libye dans les secteurs du ro-ro et du conteneur.


© Roland Grunchec
© Roland Grunchec
Il y a quinze ans, "lorsque nous avons débuté avec le NAF, nous opérions une ligne qui reliait Marseille à Alger et qui enregistrait une centaine d’EVP par semaine sur des navires de 300 EVP", rappelle Grégory Fourcin, directeur central des lignes Nord Afrique de CMA CGM. Cette année, le groupe a comptabilisé un trafic 20 fois supérieur, "avec 4 voire 5 départs depuis Marseille, l’Espagne, l’Italie sur l’Algérie et sur des navires de 1.100 EVP", souligne-t-il.
Avec ses 11 services qui composent le NAF, qui desservent 21 ports sur le secteur Algérie, Maroc, Tunisie et Libye, le troisième armateur mondial a transporté 656.000 EVP en 2014 et revendique une offre de transport de 24.000 EVP par semaine. Il exploite sur ce marché une flotte de 40 navires dont 35 porte-conteneurs mais seulement 5 ro-ro.

La conteneurisation a gagné l'Algérie

Sur l'Algérie, l'armateur assure à ce jour la desserte de 9 ports. À Marseille, en sortie du Med Europe Terminal (le poste 157 dans les bassins Est du GPMM), les porte-conteneurs présents en fin de semaine traitent environ 2.000 EVP, soit 1.000 EVP en sortie de la région marseillaise et 1.000 EVP arrivant d'Europe par voie ferroviaire. Le hub maltais de Marsaxlokk quant à lui assure la connexion avec les autres services du groupe pour drainer le fret venu d'ailleurs.

"Des acquisitions synonymes de l'attirance du groupe pour l'Afrique du Nord"


"Nous n'avons plus qu'un seul service ro-ro sur l'Algérie", précise Grégory Fourcin, rappelant que les autres lignes sont conteneurisées et que le groupe fut un des premiers à desservir un port sec. Et de détailler : "Il nous permet de traiter des voitures, des engins roulants de type Caterpillar".
Pour CMA CGM, le Maroc reste très attractif. En 2014, le groupe a traité 15.000 EVP "reefer" à l'export soutenu par le trafic national d'agrumes et de primeurs. L'armateur, qui touche Agadir, Casablanca et Tanger, a annoncé il y a quinze jours, selon Grégory Fourcin, un renforcement de son offre de transport avec "5 services vers la Russie, l'Amérique du Nord, l'Europe, le Moyen-Orient et l'Afrique". Sur ce marché, le conteneur de 45 pieds reefer devient en outre une réalité, confie-t-il.
Quant à la Tunisie, qui demeure le dernier rempart de la remorque, CMA CGM assure chaque semaine trois départs ro-ro en sortie du Terminal roulier Sud de Marseille (TRS) et une liaison conteneurisée en sortie de Malte.
Il s'est lancé également dans la desserte (ro-ro et conteneurs) de la Libye où il touche Tobrouk, Misrata, Tripoli et Khoms. Un pays dont l'armateur attend les premiers "frémissements".
Si le groupe marseillais est parvenu à se hisser au troisième rang mondial, ce n'est sans doute pas grâce à ses liaisons Nord-Sud. Mais il a toujours conservé un certain attrait pour le Maghreb. Les acquisitions de l'armateur marseillais Sudcargos en 2005, puis de la compagnie marocaine Comanav en 2007 et enfin de l'allemand OPDR en 2014 ont constitué au fil des années autant de preuves de son intérêt pour le marché du short sea et de l'Afrique du Nord.
Pour l'armateur marseillais, la desserte du Maghreb, comme pour ses confrères d'envergure mondiale, revêt une importance particulière en ce qu'elle permet de compléter le maillage global des lignes. En outre, ce secteur pèse lourd dans les échanges de Marseille-Fos, demeuré un port d'attache depuis sa création.

Farid T. Salem espère que le marché global va se redresser

Le 15e anniversaire des lignes NAF a été l'occasion pour Farid T. Salem, directeur général délégué du groupe CMA CGM, de livrer quelques commentaires sur le marché global. "L'année 2015 a été très chahutée", a-t-il indiqué, rappelant que la capacité mise sur le marché a été supérieure à la demande. "Les armateurs ont été accusés d'avoir commandé trop de navires. Mais les nouvelles générations sortent avec des spécificités différentes car ils ont une meilleure tenue en mer et une consommation en fuel moins importante", a-t-il déclaré. Déplorant le faible niveau des taux de fret actuels, il en espère un "redressement" dès le mois de novembre.

Vincent Calabrèse

Jeudi 29 Octobre 2015



Lu 131 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse