Caen-Ouistreham : la construction du terminal à conteneurs interdite


En annonçant le 24 janvier qu’il n’autoriserait pas la réalisation d’une plate-forme pour conteneurs sous le viaduc de Calix, le préfet de Basse-Normandie a donné un coup d’arrêt brutal au projet de navettes conteneurisées entre Caen et Le Havre.


© PORT DE CAEN OUISTREHAM
© PORT DE CAEN OUISTREHAM
Pour prendre sa décision d'interdire la construction d'un terminal à conteneurs dans le port de Caen, le préfet de Basse-Normandie Didier Lallement s’est appuyé sur le rapport défavorable rendu à la suite de l’enquête publique qui s’est déroulée du 14 au 16 décembre derniers. Durant cette période, des riverains de Mondeville et Hérouville-Saint-Clair, réunis sous la bannière d’un collectif baptisé SOS Calix, avaient manifesté à plusieurs reprise sur le site retenu pour aménager dès cette année le futur terminal. L’une des communes s’était même exprimée défavorablement au projet en conseil municipal.
Parmi les principaux arguments déployés par les opposants, on pouvait retenir la proximité avec un futur écoquartier mais surtout la crainte de nuisances (sonores, visuelles) et les risques liés à l’éventuel transfert de matières dangereuses.
Le 13 janvier, Laurent Beauvais, président du conseil régional et de Ports normands associés (PNA), le syndicat mixte porteur du projet, était monté au créneau démontant point par point l’argumentaire du collectif. «Un port de commerce sans conteneurisation est un port mort», avait-il alors déclaré. Après l’annonce du préfet, l’élu a décidé de réunir d’urgence le bureau de PNA, élargi à la CCIT de Caen, concessionnaire du port, et à la communauté d’agglomération Caen-la-Mer.

CFT et Logiseine le bec dans l'eau

Porté depuis deux ans par PNA dans le cadre d’une coopération instaurée avec le grand port maritime du Havre (GPMH), ce projet avait suscité très vite l’intérêt des opérateurs de deux rives de l’estuaire de la Seine. Après consultation, ceux-ci avaient d’ailleurs été retenus par le syndicat mixte dès l’été dernier. L’armement choisi était la CFT (Compagnie fluviale de transports, groupe Sogestran), la commercialisation du service et le transit devaient être assurés par Logiseine (TN/CFT) et l’exploitation du terminal devait être confiée au duo composé de Sogemar (Sofrino-Sogena) et de la CCIT.
Vincent Rogé

Vincent Rogé

Jeudi 26 Janvier 2012





Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse