Canal de Panama : les autorités prêtes à payer un montant "acceptable"



Le canal de Panama fêtera ses 100 ans cette année (© ACP)
Le canal de Panama fêtera ses 100 ans cette année (© ACP)
Les autorités panaméennes sont disposées à payer au consortium chargé d'élargir le canal de Panama une somme supplémentaire, sous conditions. Le Panama est prêt à payer s'il s'avère que les montants réclamés "sont acceptables". "Alors nous paierons", a déclaré l'administrateur du canal Jorge Quijano. Mais si les instances se prononcent en faveur de l'ACP, "nous espérons que l'autre partie jouera aussi le jeu" et acceptera leur décision, a-t-il souligné. Le contrat liant l'Autorité du Canal de Panama (ACP) et le consortium GUPC prévoit trois voies possibles de règlement d'un différend : un accord entre les parties devant l'ACP via un recours; un règlement issu d'une proposition d'un membre de l'ACP, du consortium ou d'une proposition commune, un arbitrage international.
Le constructeur espagnol Sacyr, qui dirige le consortium GUPC chargé des travaux d'élargissement – aux côtés de l'italien Impregilo, du belge Jan de Nul et du panaméen Constructora Urbana –, a annoncé le 30 décembre qu'il "procéderait à la suspension des travaux" si l'ACP ne paye pas, sous trois semaines, 1,6 milliard de dollars (environ 1,2 milliard d'euros) pour couvrir "les surcoûts" survenus sur le chantier. Une exigence que les autorités panaméennes ont jugé "irresponsable".
Le président panaméen a annoncé jeudi 2 janvier qu'il allait prochainement se rendre en Espagne et en Italie pour plaider auprès de ces gouvernements en faveur de la poursuite des travaux. Pour Jorge Quijano, le consortium veut lui "tordre le bras" pour obtenir un accord "loin de ce qui est prévu dans le contrat". Mais "que ce soit avec ou sans eux, nous allons achever les travaux, avec les moyens" de l'ACP, a-t-il assuré. "Ce qui est important pour le moment pour la communauté maritime internationale, c'est que le canal continue d'opérer de manière efficiente et efficace", a fait valoir Jorge Quijano. Et les exigences du consortium GUPC "sont en marge des opérations" du canal, a-t-il estimé.

AFP

Vendredi 3 Janvier 2014



Lu 79 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse