Canal de Panama : livraison pour ses 101 ans ?


Le canal de Panama, qui vient de fêter ses 98 ans, connaîtra probablement au moins une année de retard pour la livraison de son troisième jeu d'écluses, qui permettront son agrandissement.


© ACP
© ACP
Le canal de Panama a soufflé le 15 août ses 98 bougies sur fonds de retards accusés par ses travaux d'élargissement qui devraient reporter à 2015 l'inauguration de la nouvelle voie navigable au lieu de 2014, année de son centenaire. Ce chantier pharaonique lancé en 2009 pour un investissement de quelque 5,25 milliards de dollars (environ 4,2 milliards d'euros), permettra à terme le passage des navires post-Panamax. Ces navires de 400 mètres de long et 50 mètres de large, qui transportent 12.000 conteneurs EVP (au lieu des 5.000 au maximum aujourd'hui autorisés sur le canal), constituent 30 % de la flotte cellulaire mondiale et leur nombre continue de croître.
Le cahier des charges des travaux prévoit notamment le percement d'une troisième voie d'eau, l'élévation du niveau du lac Gatun, l'élargissement des voies d'accès, le creusement du lit du canal et la construction de nouvelles écluses sur trois niveaux.

Grèves et problèmes techniques

Mais une grève en janvier puis un désaccord survenu au printemps entre l'Autorité du canal de Panama (ACP) et le consortium international UPC, chargé de construire les écluses, ont significativement freiné l'avancée les travaux. La dispute entre l'ACP et l'UPC portait sur la qualité du ciment utilisé, jugée mauvaise par les autorités du canal. Le consortium – qui regroupe les sociétés espagnole Sacyr, italienne Impregilo, belge Jan de Nul et panaméenne Constructora Urbana – a fini par céder mais accuse les administrateurs du canal d'avoir modifié les termes du contrat. Il réclame ainsi un règlement additionnel de 573 millions de dollars (environ 465 millions d'euros) à l'ACP pour amortir les dépenses liées à l'utilisation d'un ciment plus coûteux et à l'accélération des travaux pour tenter de combler, au moins en partie, le retard constaté.

"Nous allons tenter de terminer avec six mois de retard"


Pour Bernardo Gonzalez, directeur du projet pour l'UPC, les retards "sont la conséquence d'imprévus et d'une série d'évènements qui ne sont pas de la responsabilité de l'entrepreneur". Selon lui, le retard a été évalué à un an. "Nous allons tenter de terminer avec six mois de retard. Cela induit des surcoûts que nous estimons à 573 millions de dollars". Alberto Aleman, administrateur de l'ACP, estime pour sa part que l'UPC "doit répondre à ses engagements sur toutes les spécifications mentionnées par le contrat. Il en va de sa responsabilité". UPC avait emporté l'appel d'offres pour les écluses avec une facture estimée à 3,2 milliards de dollars, une offre inférieure d'un milliard à celle d'un autre groupement américano-japonais.
Du côté des autorités panaméennes, on semble déjà avoir fait le deuil d'une inauguration en 2014, année du centenaire de la mise en service du canal construit par les États-Unis. "Je pense que de toutes manières, nous ouvrirons en 2015", se résout Ilya Espino, chargée des travaux d'élargissement du canal à l'ACP. "Tout chantier accuse des retards et un chantier de cette envergure peut être en retard", a reconnu de son côté le président panaméen Ricardo Martinelli lors d'une visite des travaux le 13 août.
Aujourd'hui, environ 5% du commerce mondial traverse cette voie maritime de 80 kilomètres inaugurée en 1914 et reliant les océans Atlantique et Pacifique. Les États-Unis en ont cédé le contrôle aux autorités panaméennes le 31 décembre 1999. L'élargissement du canal devrait avoir d'importantes répercussions sur le commerce maritime. Selon Alberto Aleman, les céréales, le charbon et le minerais de fer devraient à l'avenir circuler davantage sur le canal, avec le triplement de la capacité des navires qui vont l'emprunter. Au cours du dernier exercice fiscal, 14.600 navires transportant 322 millions de tonnes de marchandises ont transité par le canal, rapportant plus d'un milliard de dollars au pays, soit environ 2 % de son Produit intérieur brut.

AFP

Jeudi 16 Août 2012





Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse