CargoPort : le galop des chevaux, les volumes des frets spéciaux


Retour d’une croissance à deux chiffres pour le fret traité sur CargoPort-Lyon. À fin octobre 2016, le fret aérien et la poste ont représenté 48.430 tonnes, soit plus de 10 % par rapport à la même période de 2015.


© Air Algérie Cargo
© Air Algérie Cargo
Le fret avionné de CargoPort en 2014 avait affiché un essor de 13 % avant une petite augmentation de 2,1 % en 2015. On revient donc à une plus significative évolution. Sur ces 48.430 tonnes, l’express aérien représente 32.800 tonnes (- 7 %) et les vols cargos et charters avec 3.000 tonnes perdent 10 %. "L’an dernier, nous avions traité plus de charters avec plus de volumes mais il suffit de trois ou quatre grosses opérations pour faire basculer la tendance", se rassure Éric Burdin, responsable de CargoPort.
Le B777-F tout cargo d’Emirates est opéré le jeudi matin depuis fin octobre. D’une capacité de 102 tonnes, il a un taux de remplissage de pratiquement 100 %. Cette performance entraîne une "réflexion du département Freighter qui étudie chaque opportunité de manière pragmatique et en corrélation étroite avec les demandes du marché", nous indique Bruno Deiber, d’Emirates.
CargoPort a exposé cet automne sur le salon Equita Lyon dont la réputation franchit les frontières. "Il s’agit d’une excellente opportunité et d’une belle vitrine pour faire connaître auprès des professionnels du secteur le savoir-faire de CargoPort en matière de traitement et de transport avionné de chevaux. Depuis 2013, ce sont quelque 1.000 chevaux qui ont transité sur la plateforme lyonnaise", commente Éric Burdin qui a participé à l’installation d’une stalle de transport de chevaux sur Equita Lyon. Lyon a des atouts pour traiter ce fret sensible et particulier, comme sa situation géographique au cœur des grands axes européens, un accès spécifique pour les entraîneurs et les palefreniers, un transfert facile entre le "ranch" sur le tarmac et l’avion. Le Poste d’inspection frontalier (Pif) spécial chevaux devrait être mis prochainement en place. "Un audit de la commission européenne sera réalisé à la fin de l’année. Il validera notre agrément pour l’accueil des flux de chevaux à l’import. Le général cargo pourra compléter certains vols à l’import". Ce Pif chevaux enrichit le Pif destiné aux produits d’origine animale où travaille un vétérinaire qui verra sa tâche amplifiée. Quelques aménagements ont été nécessaires pour créer douze boxes et un cheminement au sol spécial. Il s’agira du seul Pif équidés aéroportuaire pour la partie Sud de la France. Les chevaux, les vols spéciaux et le secteur pharmaceutique figurent parmi les cibles de CargoPort.

"Depuis le 15 novembre, Air Algérie Cargo opère un vol le mardi"


Au chapitre des bonnes nouvelles, notons l’arrivée depuis le 15 novembre d’Air Algérie Cargo qui opère une liaison hebdomadaire depuis Lyon vers l’Algérie et possiblement plus loin en Afrique grâce aux connexions via Alger sur le Sénégal ou la Mauritanie par exemple. Chaque mardi, ce sont entre 18 et 20 tonnes qui sont traitées dans un Lockheed Hercule ou un B737-700C. Les produits pharmaceutiques, industriels et le "oil and gaz" sont visés pour l’export tandis que l’agroalimentaire concerne l’import. L’acquisition de deux B737/700QC, l’adhésion au programme de Boeing pour la conversion de deux B737/800 en Full Cargo s’inscrivent dans le développement stratégique d’Air Algérie Cargo.
Le fret mis dans les soutes des avions passagers représente 8.400 tonnes (+ 27). Emirates, Air Canada, Air France, Aeroflot, Turkish, Lufthansa et Ram contribuent à l’évolution de ces flux qu’on aurait pu penser plus ou moins "condamnés" à terme sous le poids des réglementations, des contraintes et de la menace terroriste.
Le transitaire UTC Overseas revient sur CargoPort après quelques années d’absence. Les expressistes tirent toujours honorablement leur épingle du jeu. DHL (qui a inauguré récemment à Leipzig son nouveau hub européen de fret aérien), FedEx (qui a annoncé en octobre la réalisation d’une extension de son hub de Paris-CDG), UPS (qui vient de commander de gros porteurs B747-8 pour étoffer sa flotte de 237 appareils en propre et de 413 avions affrétés) vont mettre les bouchées doubles pour assurer les livraisons des fêtes de Noël et répondre aux besoins du e-commerce.
Que décidera le consortium composé de Vinci Airports, de la Caisse des dépôts et du Crédit agricole assurances qui détient maintenant 60 % du capital d’ADL en ce qui concerne CargoPort ?

Annick Béroud

Vendredi 25 Novembre 2016



Lu 210 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 1/03/2013
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse