Ce qu'Alstom va devenir après l'alliance avec GE


L'offre de l'américain General Electric sur le français Alstom va entraîner un démantèlement du groupe français qui va perdre les turbines à gaz, ne conserver que la moitié de ses autres activités dans l'énergie, mais renforcer son pôle transports.


© Alstom
© Alstom
Concernant le côté "énergie", le conglomérat américain reprend la totalité des activités d'Alstom dans les énergies thermiques, c'est-à-dire la fabrication des turbines à gaz. Si le français et l'américain vont créer des coentreprises dans les énergies renouvelables, le nucléaire et les réseaux, elles seront presque totalement composées d'activités issues du portefeuille d'Alstom, l'américain n'apportant que sa branche réseau. La coentreprise sur les énergies renouvelables sera composée des activités éolien en mer et hydro-électricité qui appartenaient jusqu'ici au français. Dans les réseaux, Alstom apportera sa branche Grid et General Electric son activité Digital Energy. Dans le nucléaire, la coentreprise regroupera la production et la maintenance de la technologie de turbine à vapeur "Arabelle" d'Alstom, ainsi que les autres équipements de turbines à vapeur du groupe et leur maintenance en France. Dans cette coentreprise, l'État français exercera un contrôle (droit de veto et droits de gouvernance spécifiques) sur les technologies nucléaires en France. Pour créer ces coentreprises et racheter l'activité des turbines à gaz, General Electric déboursera 12,35 milliards d'euros, alors qu'Alstom investira 2,5 milliards.
Pour la partie "transport", Alstom conservera l'ensemble de ses activités, qui chapeaute entre autres la construction des TGV, auxquelles s'ajoutera la branche signalisation de General Electric, qui pèse 500 millions de dollars. Le montant que le français devra débourser pour cette acquisition n'a pas encore été précisé. Par ailleurs, les deux groupes vont signer des accords de coopération sur les services aux locomotives de l'américain en dehors des États-Unis, la R&D, l'approvisionnement, la fabrication, et l'assistance commerciale aux États-Unis. Ce pôle transports sera en outre renforcé des liquidités issues de la vente d'une partie des activités énergies.

AFP

Lundi 23 Juin 2014



Lu 74 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse