Ce que la fusion de Cosco et CSCL va changer pour le shipping


La fusion des armateurs chinois Cosco et CSCL va occasionner une redistribution des rôles au sein des compagnies maritimes d'État, faisant émerger un champion chinois de la ligne régulière et bouleversant l'équilibre des alliances stratégiques.


Cosco concentrera toute l'activité de ligne régulière du nouveau groupe © Cosco
Cosco concentrera toute l'activité de ligne régulière du nouveau groupe © Cosco
Le 11 décembre, l’État chinois a annoncé la fusion de ses deux plus grands armateurs Cosco et China Shipping. Cette volonté de renforcer les entreprises nationales s'accompagnera immanquablement d'une réorganisation d'envergure.
Dans le cadre de cette stratégie, les trois activités de ligne maritime régulière, d'opération de terminaux portuaires et de location de navires et de conteneurs sont appelées à être séparées, et concentrées au sein de trois sociétés différentes, qui hériteront des actifs de leurs sœurs.
C'est l'entité China Cosco qui aura seule la qualité de transporteur maritime de conteneurs et qui réunira donc les moyens opérés jusqu'ici par Cosco Container Lines et China Shipping Container Lines (CSCL).
Au total, le nouveau China Cosco sera à la tête de quelque 290 porte-conteneurs pour une capacité de 1,55 million d'EVP (852.500 pour Cosco et 694.700 pour CSCL) représentant 7,6 % de l'offre globale, si l'on se fie aux flottes actuelles des deux opérateurs renseignées par Alphaliner. Il deviendra ainsi le numéro quatre mondial de la ligne régulière. Cosco et CSCL attendent de plus la livraison de dix-sept navires de 18.000 à 21.000 EVP, treize de 13.500 à 14.000 EVP et six de 9.400 EVP entre 2016 et 2018, précise le consultant. C'est sur les trades Asie-Europe, Asie-Amérique du Nord et sur le marché domestique chinois que la future compagnie tirera le meilleur avantage de la fusion, en termes de parts de marché (respectivement 12 %, 11 % et 15 %). Devant China Cosco, CMA CGM passera de 8,9 % à 11,5 % avec l'acquisition du singapourien APL, si le rachat du groupe Nol par le français se concrétise.

CSCL va devenir affréteur

"La restructuration de l'activité shipping est la partie la plus importante d'une refonte plus large", prévoit Alphaliner. La Chine a annoncé de nombreux échanges d'actifs entre les sociétés CSCL, China Shipping Development (CSD), China Cosco et Cosco Pacific.
Ainsi CSCL sera converti en société d'affrètement de porte-conteneurs et de location d'équipements. À ce titre, elle devrait reprendre les activités de location de conteneurs de Cosco Pacific et de China Shipping, et devenir financeur d'achat de navires et d'actifs, principalement pour le compte de China Cosco. De son côté, Cosco Pacific devrait racheter les actifs portuaires de China Shipping Group et de CSCL. China Shipping Terminal Development (CSTD) a des intérêts dans 18 terminaux à conteneurs (12 ports chinois plus Hong Kong, Kaohsiung, Seattle, Los Angeles, Zeebrugge et Damiette), alors que Cosco Pacific est présent sur 24 terminaux, dont trois aux côtés de CSTD, précise Alphaliner.

"Chacun des deux armateurs est impliqué dans une alliance différente"


Du côté du tramping, les activités de transport maritime de vracs secs seront réunies sous la bannière du groupe Cosco, tandis que le vrac liquide échoira à China Shipping Development, qui se spécialisera dans le transport de gaz et de pétrole, selon Alphaliner.
D'après le consultant, trois entités, Cosco International Holdings, Cosco Shipping et Cosco Singapore, ne seront pas affectées par la fusion. Elles interviennent respectivement dans les services maritimes, le transport de vrac et la construction navale.

Des alliances  bouleversées

Comme à chaque consolidation dans la ligne régulière, le rapprochement de Cosco et CSCL va redessiner les contours des alliances maritimes. Si ce n'est que, cette fois, les protagonistes opèrent à eux deux près de 8 % de la capacité mondiale. Chacun est impliqué dans une alliance différente.
Cosco fait partie de CKYHE – avec "K" Line, Yang Ming, Hanjin et Evergreen – et CSCL d'Ocean Three, aux côtés de CMA CGM et d'UASC. Si rien n'a été annoncé concernant la participation aux alliances après la fusion, le consultant estime que Cosco, à qui reviendra la totalité de l'activité conteneurisée, préférera conserver sa place dans CKYHE.
Un problème pourrait donc se poser pour Ocean Three étant donné que CSCL y contribue à hauteur de 23 %, avec 29 navires offrant 323.000 EVP de capacité. Alphaliner remarque que "l'éventuel retrait de cette capacité pourrait être en partie compensé par l'arrivée des navires d'APL dans Ocean Three". Or, on sait qu'un tel mouvement ne pourrait être concrétisé avant 2017. Les six membres de G6 – qui regroupe APL, Hapag-Lloyd, Hyundai, OOCL, NYK et Mol – ont ainsi annoncé que l'alliance serait inchangée pour toute la durée de l'année 2016.
De toute façon, la consolidation des armateurs chinois est censée prendre au moins un an et celle de CMA CGM avec APL, soumise aux autorités de la concurrence, six mois au mieux. Même dans le cadre d'un rachat, APL ne pourra quitter G6 qu'après avoir respecté un préavis de six mois.

Franck André

Mercredi 23 Décembre 2015



Lu 2355 fois



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 15:01 Marseille-Lyon : un avenir en commun


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse