Cese : les ports d'Outre-Mer avenir de la France ?


La délégation à l'Outre-Mer du Conseil économique, social et environnemental (Cese) prépare une étude sur la position stratégique des ports ultramarins, entre le rôle de poumon de leur territoire et celui d'atout pour le pays.


© Eric Houri
© Eric Houri
En juin 2014, un an après l'extension de la réforme portuaire à l'Outre-Mer, le Conseil économique, social et environnemental (Cese) a lancé une étude sur la situation des ports ultramarins, qui doit poser ses conclusions au printemps prochain.
Intitulée "Les Ports ultramarins au carrefour des échanges mondiaux", cette autosaisine de la délégation à l'Outre-Mer de l'institution pose la question "Comment envisager une organisation portuaire ultramarine plus efficace, structurée et compétitive au service de la population et du développement durable des territoires ?"
Son rapporteur désigné est Rémy-Louis Budoc, docteur en économie et en gestion et membre du directoire du Grand Port maritime de Guyane. Mais au-delà des quatre GPM, l'étude va s'intéresser à l'ensemble des ports ultramarins. "Notre but est d'attirer l'attention du gouvernement et de l'opinion publique sur ce que peuvent apporter les territoires ultramarins", explique Gérard Grignon, président de la délégation à l'Outre-Mer du Cese.

"Notre but est d'attirer l'attention du gouvernement et de l'opinion publique"


Ce dernier avait signé en octobre 2013 un avis sur l'extension du plateau continental au-delà des 200 milles nautiques réglementaires, permise sous certaines conditions par la convention de Montego Bay. Selon lui, un tel gain de territoire pourrait apporter à la France un surcroît de ressources naturelles, notamment des terres rares. "Grâce à ses territoires d'Outre-Mer, la France a le deuxième domaine maritime au monde, juste derrière les États-Unis et loin devant l'Australie. Cette présence sur tous les continents est une chance pour la France et l'Europe".

Être à la hauteur de l'enjeu

Dans cet esprit, le rapporteur va se livrer à une évaluation de la situation de chaque port et de ses opportunités compte tenu du contexte mondial et régional. Tous les aspects sont visés par l'étude : économique, organisationnel, stratégique, tarifaire, technique, social et environnemental. "Le transport maritime est en pleine évolution, nous voulons savoir si nous sommes à la hauteur de l'enjeu", précise Gérard Grignon. Parmi les changements majeurs, celui-ci cite l'augmentation de la taille des navires, l'élargissement du canal de Panama et l'utilisation progressive de la voie maritime Nord. "Elle est ouverte pour le moment 20 à 30 jours par an et pourrait l'être durant 120 jours d'ici dix ou quinze ans. Dans ce contexte, Saint-Pierre-et-Miquelon, qui a un port libre de glace toute l'année situé sur la route entre le Saint-Laurent et l'Europe, au milieu des champs pétroliers offshore de Terre-Neuve et de la Nouvelle-Écosse, a peut-être une carte à jouer". Le président de la délégation à l'Outre-Mer exhorte à "sortir de l'approche coloniale et à regarder le potentiel de ces territoires".
Le Cese, qui présente les ports d'Outre-Mer comme des atouts pour la France, est conscient qu'ils sont les pierres angulaires du développement de territoires souvent insulaires et isolés. Points uniques d'entrée et de sortie des marchandises, ils constituent des "centres vitaux et stratégiques en termes de développement économique et social", influant notamment sur le coût de la vie.
De retour de mission dans le Pacifique, Rémy-Louis Budoc a commencé les auditions début mars. Le vote de l'étude est prévu pour le 23 juin 2015 et celui sur un projet d'avis devrait se dérouler l'automne prochain.

Franck André

Mardi 3 Mars 2015



Lu 135 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse