Cet énième report du dossier SNCM est une "demi-surprise"



© Franck André
© Franck André
"C'est interminable, ils ne savent plus quoi faire, c'est pire que les «Feux de l'amour»", soupire un salarié de la SNCM : vendredi 25 septembre, le tribunal de commerce de Marseille a renvoyé au 14 octobre l'examen des quatre offres de reprise de la compagnie maritime, un énième report depuis son placement en redressement judiciaire en novembre 2014. Pour les représentants de Corsica Maritima, ce report est une "demi-surprise" seulement, assure François Padrona, président de son conseil d'administration, qui évoque pour l'expliquer "les derniers éléments portés à la connaissance du tribunal au cours des dernières vingt-quatre heures" - avis des autorités de la concurrence française et européenne notamment, permettant de lever certaines conditions suspensives. "Notre offre est sécurisée du point de vue opérationnel, juridique et financier", ajoute-t-il, se disant "plus que confiant". "Nous allons employer ce délai pour fournir les éléments nécessaires à la Commission européenne et le cas échéant adapter notre offre en tant que de besoin. Notre projet industriel est construit sur des bases financières, juridiques et sociales solides et pérennes", a réagi de son côté Marc Santoni, l'avocat représentant notamment Stef pour l'offre conjointe avec Baja Ferries. Selon la CFE-CGC, l'offre conjointe Stef-Baja Ferries est en effet la seule des quatre qui n'avait pas obtenu avant l'audience de vendredi de feu vert de la Commission européenne sur son projet. Dans leur rapport, les administrateurs judiciaires de la compagnie, qui emploie plus de 1.400 salariés, avaient du reste recommandé au tribunal de rejeter cette offre de Baja Ferries et Stef - dont le projet de scinder en trois entités la compagnie pose "des difficultés juridiques majeures". L'offre de Christian Garin, qui reste "totalement obscure" quant à ses partenariats industriels et/ou financiers, n'avait également pas trouvé grâce aux yeux des administrateurs, qui ont aussi recommandé de la rejeter.

Martin De Montvalon

Lundi 28 Septembre 2015



Lu 235 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse