Chaos à Calais suite aux actions des marins de MyFerryLink



© Port de Calais
© Port de Calais
Le trafic du port de Calais et des navettes Eurotunnel, interrompu par des actions coup de poing de centaines de marins grévistes de MyFerryLink, a repris mardi 23 juin, mais il a fallu attendre mercredi 24 juin avant que les Eurostar roulent, a indiqué la préfète du Pas-de-Calais. "Les navettes ont repris à 18 h 50 et un ferry de P&O, après embarquement des passagers et véhicules, doit appareiller vers 20 h 20", a déclaré Fabienne Buccio, au terme d'une journée de chaos, marquée par d'énormes bouchons et mise à profit par les migrants prenant d'assaut les camions immobilisés.
Le gouvernement français a demandé, de son côté, à Eurotunnel de "travailler à une meilleure solution" pour l'emploi des salariés de MyFerryLink.
Fabienne Buccio a précisé qu'il faudrait des heures avant que les autoroutes environnantes - A16 et A25 - soient désengorgées, de la frontière belge à Calais. Et le trafic Eurostar a effectivement repris mercredi 24 juin après une suspension mardi 23 juin en raison de l'irruption sur le terminal Eurotunnel de Coquelles, près de Calais, de quelque 200 grévistes de MyFerryLink, qui avait requis un temps de réparation et de vérification des voies SNCF avant tout retour à la normale. Le site d'Eurostar indiquait mercredi que le premier train de 7 h 10 et tous les suivants au départ de Paris et à destination de Londres étaient "à l'heure". Les manifestants "ont endommagé des sections de voie qui sont utilisées pour entrer dans le tunnel sous la manche, une de ces portions est utilisée uniquement par les trains Eurostar", a expliqué un porte-parole d'Eurostar.
Les employés de MyFerryLink protestaient contre la vente par Eurotunnel de deux de leurs trois bateaux au concurrent danois DFDS Seaways, qui leur fait redouter le licenciement de près de 500 d'entre eux sur un total de 600. Lors d'une première action lancée à l'aube, les manifestants ont d'abord bloqué le port puis l'accès au tunnel. "On ne pouvait tolérer que les deux soient bloqués simultanément, prenant particuliers et entreprises en otages", a déclaré Fabienne Buccio, qui a fait intervenir la police vers 10 h 30. Le bouchon de 9 km qui s'était formé aux abords du tunnel a été résorbé et la situation était revenue à la normale vers 14 heures. Peu après, quelque 120 manifestants ont forcé avec une camionnette une entrée à l'arrière du site d'Eutotunnel et mis le feu à des palettes et à des pneus, bloquant la totalité du trafic ferroviaire vers 16 heures.

120 salariés repris ?

Les événements ont entraîné tout au long de la journée d'importants bouchons sur l'autoroute A16 et les voies d'accès. Pour accélérer la décongestion, a expliqué la préfète, des convois de 100 camions devaient être escortés toutes les deux heures dans la soirée par la police, jusqu'au port de Dunkerque pour y embarquer. Les CRS restaient mobilisés alors que de nombreux migrants tentaient de monter sur les camions à l'arrêt.
"Il est hors de question que DFDS prenne nos navires, jamais. Si vous voulez passer un été chaud, il faut venir à Calais", a menacé Éric Vercoutre, secrétaire général du Syndicat maritime Nord. "Le gouvernement français doit faire pression sur le PDG d'Eurotunnel, Jacques Gounon", a-t-il déclaré. Le syndicat, très mobilisé et largement majoritaire au sein de la compagnie MyFerryLink, est à la tête de la Scop qui exploite les bateaux dont Eurotunnel est propriétaire. Les éventuels repreneurs ont jusqu'à mercredi 15 heures pour déposer un dossier de reprise des bateaux. La Scop, qui doit se réunir à Calais à cette heure-là, entend faire valoir le sien. "On est aidés par la région, le département, on a une offre qui reprend les 600 salariés", a dit le syndicaliste. Éric Vercoutre devait être reçu mercredi vers 9 heures au conseil régional. La colère des personnels de MyFerryLink est d'autant plus grande que courent des rumeurs alarmantes sur le nombre de salariés susceptibles d'être repris par DFDS. Régulièrement, le chiffre de 120 salariés revient, mentionné par les syndicats.

AFP

Mercredi 24 Juin 2015



Lu 109 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse