Chine : les constructeurs automobiles étrangers s'adaptent



Après une croissance de 14 % en 2013 et 6,9 % en 2014, les professionnels s'attendent à 3 % cette année © PSA
Après une croissance de 14 % en 2013 et 6,9 % en 2014, les professionnels s'attendent à 3 % cette année © PSA
Les constructeurs étrangers, qui ont massivement investi en Chine pour profiter du dynamisme d'un marché automobile devenu le premier du monde en volume, disent observer sans panique les soubresauts économiques actuels, même si des ajustements se profilent.
Sans remettre en question le potentiel du marché à moyen terme, des fabricants de véhicules ont revu à la baisse leurs perspectives de croissance pour 2015, tandis que d'autres évoquent une "guerre des prix" à venir et que les titres du secteur sont malmenés en Bourse.
Le refroidissement de la croissance des ventes automobiles en Chine, symptôme du ralentissement économique, s'avère spectaculaire : après les presque 14 % vus en 2013 et 6,9 % en 2014 (pour 23,4 millions d'unités), les professionnels s'attendent à "environ 3 %" cette année.
"Pour moi, on ne reverra pas les taux de croissance qu'on a vu dans le passé", explique Yann Lacroix, expert du secteur automobile chez l'assureur Euler Hermes. Mais ce ralentissement "ne remet pas en cause les perspectives du marché chinois à l'horizon 2020, qui restent excellentes", ajoute Flavien Neuvy, directeur de l'observatoire Cetelem de l'automobile, en évoquant le taux d'équipement encore faible des ménages et l'expansion soutenue de la classe moyenne.
"On parle de ralentissement de croissance, pas de récession", renchérit Meissa Tall, du cabinet Kurt Salmon. Le phénomène "ne compromet pas la solidité financière des groupes, mais les niveaux de croissance seront moindres, et ça va redéfinir les politiques d'investissement" dans les infrastructures industrielles, selon lui.
Dans l'immédiat, et vu les délais d'installation des usines, l'atterrissage après des années d'euphorie risque de poser des problèmes de surcapacité jusqu'alors inédits en Chine, s'accordent à dire ces experts. Les autorités chinoises imposent aux constructeurs automobiles étrangers des "joint-ventures" avec des sociétés locales. Selon une étude du cabinet Sanford C. Bernstein citée par le "Wall Street Journal", le taux d'utilisation des usines automobiles en coentreprise est tombé à 94,3 % au premier semestre, contre plus de 107 % un an plus tôt.

Pression sur les prix

Parmi les groupes les plus exposés, Volkswagen, qui a écoulé 36 % de sa production mondiale en Chine en 2014, et General Motors (35 %). PSA Peugeot Citroën est à 25 %, BMW à 20 % et Daimler (Mercedes) 16 %. "Pendant des années, les constructeurs automobiles allemands ont devancé la concurrence, désormais l'air se raréfie aussi pour eux", commente l'expert du cabinet EY, Peter Fuss, ajoutant que leur "forte dépendance au marché chinois pourrait désormais se révéler être un talon d'Achille".
Volkswagen et BMW en ont pris acte et révisé à la baisse leurs prévisions de croissance pour 2015. GM, de son côté, dit continuer à "anticiper de solides résultats en Chine sur le reste de l'année" et le numéro un mondial Toyota, qui réalise environ 11 % de ses ventes en volume dans l'ex-Empire du Milieu, assure ne pas avoir constaté de conséquences à ce stade sur son activité.
Côté français, PSA ne "va pas se lancer dans une révision drastique de (ses) activités", a confié un porte-parole. Cependant, son patron Carlos Tavares avait évoqué fin juillet un plan pour s'adapter aux nouvelles conditions de marché. "Très prochainement nous allons être confrontés à une guerre des prix. Pour protéger à la fois nos marges et nos parts de marché dans un contexte de guerre de prix, il faut anticiper la réduction des coûts", avait-il expliqué.
Depuis le début de l'année, les marques 100% chinoises, surclassées à domicile, ont repris des parts aux coentreprises grâce à des modèles moins chers. "Si on veut conquérir de nouveaux clients en Chine, il faudra s'orienter davantage vers des véhicules +low-cost+", préconise M. Lacroix, tandis que ce phénomène illustre pour M. Neuvy le fait que la configuration du marché chinois "se rapproche petit à petit de celle des marchés occidentaux" plus matures.
Renault, quasi absent jusqu'ici du marché chinois, construit une usine à Wuhan (centre) pour 2016. Son PDG, Carlos Ghosn, a dit récemment qu'il visait 3,5 % de parts de marché "dans une première étape".

Tangi Quemener

Vendredi 28 Août 2015



Lu 106 fois



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 25 Novembre 2016 - 13:54 Nigeria : négociations entre gouvernement et rebelles €


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse