Comment les grandes entreprises européennes abordent le Brexit


Des répercussions impossibles à évaluer dans l'immédiat, beaucoup de questions en suspens mais pas d'impact prévu sur leur stratégie au Royaume-Uni : les grandes entreprises abordaient le Brexit à ce stade plutôt avec flegme vendredi 24 juin, se disant prêtes à s'adapter au changement.


© British Airways
© British Airways
IAG, qui détient notamment la compagnie aérienne britannique British Airways, a abaissé ses perspectives financières. "Suite au résultat du référendum, et vu la volatilité actuelle du marché, IAG table toujours sur une hausse significative de son bénéfice opérationnel cette année, mais ne prévoit plus qu'il augmente autant qu'en 2015", a annoncé le groupe.
De son côté, EasyJet a annoncé que la victoire du Brexit "n'aura pas d'impact conséquent ni sur notre stratégie ni sur notre capacité à générer une croissance en termes de résultats et de bénéfices", et assure avoir pris des dispositions "qui lui permettront de continuer à voler dans tous ses marchés". Mais la compagnie ajoute avoir demandé au gouvernement britannique et à la Commission européenne de s'entendre pour que le Royaume-Uni continue "à faire partie du marché unique du transport aérien européen", ce qui permettrait de minimiser les conséquences du Brexit sur le secteur aérien.
Airbus a affirmé qu'il allait s'efforcer de minimiser les conséquences du Brexit sur ses activités, tout en estimant que le vote des Britanniques constituait une "piqûre de rappel" et un "catalyseur pour le changement" pour les dirigeants européens. Airbus s'est dit "déçu" par la décision et a précisé qu’il allait "clairement continuer à soutenir ses effectifs et à exploiter ses installations au Royaume-Uni".
Eurotunnel qui exploite le tunnel sous la Manche, a confirmé ses objectifs et réaffirmé après la victoire du Brexit, son rôle de "moteur du développement économique et commercial entre la Grande-Bretagne et le continent européen". "L'issue du référendum ne devrait pas affecter les activités de la concession du tunnel sous la Manche et Eurotunnel maintient par conséquent ses objectifs". "Une baisse de la livre sterling ferait baisser le montant de la dette du groupe dans cette monnaie, augmenterait les coûts des concurrents maritimes et pourrait soutenir les exportations britanniques, ce qui compenserait les éventuels effets négatifs", explique Eurotunnel. Le groupe assure que "les biens et personnes transitant par le tunnel sous la Manche resteraient soumis aux mêmes procédures qu'actuellement" du fait que le Royaume-Uni n'a jamais été dans l'espace Schengen. Le groupe rappelle en outre que le tunnel sous la Manche est "exclusivement régi par un traité binational", signé entre le Royaume-Uni et la France il y a trente ans.
Un porte-parole de Shell a affirmé : "Nous travaillerons avec le gouvernement britannique et les institutions européennes sur les implications qui nous concernent". Tandis que Jean-Bernard Lévy, patron d'EDF, a commenté : "Nous estimons que ce vote n'a pas d'impact sur notre stratégie britannique". Engie (ex-GDF Suez) ne prévoit pas de répercussion importante sur son activité au Royaume-Uni, qui représente environ 3 % de l'excédent brut d'exploitation (Ebitda) du groupe, et y emploie 17.000 personnes. PSA étudie un "réajustement" de ses tarifs en Grande-Bretagne pour faire face aux éventuelles conséquences du référendum. Technip a indiqué que la sortie du Royaume-Uni de l'UE ne remettait pas en cause sa décision de domicilier à Londres la nouvelle société qui naîtra de sa fusion avec l'américain FMC Technologies.

Qu'ils résident au Royaume-Uni ou dans un autre pays de l'Union européenne, la vie quotidienne des ressortissants britanniques devrait rapidement subir les conséquences concrètes de la sortie du pays de l'UE. Les ménages britanniques devraient ainsi se préparer à débourser davantage qu'auparavant pour aller passer leurs vacances sur le Vieux Continent. Non seulement parce que la chute de la livre face à l'euro va inévitablement réduire leur pouvoir d'achat, mais également en vertu d'accords communautaires qui permettent à toute compagnie européenne d'opérer sans limite de fréquence, de capacité ou de prix dans l'espace aérien européen. "Le marché unique a permis à Ryanair de promouvoir la révolution du voyage peu cher en Europe", rappelait mi-mai Michael O'Leary, le directeur général de la compagnie aérienne. Conséquence plus inattendue, la sortie du Royaume-Uni de l'UE pourrait rendre ses relations avec certains de ses voisins immédiats problématiques. L’Espagne pourrait notamment être tentée de fermer sa frontière avec Gibraltar, un rocher de 6 km2 collé à l'Andalousie où vivent 33.000 Britanniques. Plus au Nord de l'Europe, le Brexit pourrait également créer une frontière entre l'Irlande du Nord et l'Irlande, ralentissant la circulation de milliers de personnes chaque jour.

AFP

Vendredi 24 Juin 2016



Lu 219 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse