Comment sortir le bois de la forêt ?



La forêt française produit 85 millions de m3 de bois par an © Renault Trucks
La forêt française produit 85 millions de m3 de bois par an © Renault Trucks
Les scieries françaises peinent à s'approvisionner en bois, après un hiver pluvieux qui a bloqué leur matière première dans une forêt mal exploitée au goût des industriels. 15 à 20 % du bois coupé cet hiver n'a pu être transporté hors des forêts en raison des pluies exceptionnelles des derniers mois, "perturbant davantage les approvisionnements dans le marché du bois", selon Laurent Denormandie, le président de l'inter-profession France Bois Forêt. Les engins de débardage ont peiné à manœuvrer sur des chemins forestiers gorgés d'eau. Grâce au temps sec de ces dernières semaines, la situation s'améliore, mais "il faudra un ou deux ans pour reconstituer les stocks", explique David Chavot, dirigeant d'une scierie de chêne, en Bourgogne. Mais selon les industriels, les difficultés ne viennent pas que des intempéries hivernales. Toutes essences confondues, la forêt française produit 85 millions de m3 de bois par an, mais seule la moitié est effectivement récoltée. "Il y a une importante politique pour susciter la demande, avec la promotion de la construction en bois, le développement du bois énergie. Mais le bois ne sort pas plus des forêts, alors que la demande répond", résume Laurent Denormandie. En outre, les scieurs pâtissent des exportations de bois brut, en particulier vers la Chine, qui ont fortement grimpé l'an dernier. Résultat : le prix du bois a augmenté de 15 % en un an, selon l'interprofession France Bois Industries Entreprises.
Mais "sur dix ans, les prix ont baissé", relativise Alain Lesturgez, le directeur général de la Fédération nationale des communes forestières. "Les propriétaires forestiers ont tendance à retenir un peu le bois : ils se plaignent qu'on ne l'achète pas assez cher", assure Luc Charmasson, le président de France Bois Industries Entreprises. Faux, rétorque Luc Bouvarel, le directeur général de la Fédération des forestiers privés de France. "On est prêts à mettre le bois sur le marché mais on s'interroge sur les délais de paiement", souligne-t-il.
Reste que la forêt privée, qui représente les trois quarts de la forêt française, demeure assez peu productive. Sur 9 millions d'hectares, "seulement 3 millions ont une planification de gestion sur dix-quinze ans", reconnaît Luc Bouvarel.

Propriétaires attachés à leur forêt

Il faut dire que, sur 3,5 millions de propriétaires, 70 % détiennent moins d'un hectare de forêt, ce qui ne les incite pas à exploiter économiquement leur bois. "C'est un très gros travail pour les convaincre, car ils sont souvent très attachés à leur forêt. Ils ne veulent pas vendre ce qu'ils ont reçu de leurs parents", souligne M. Plauche-Gillon, le président de la Fédération des forestiers privés de France, qui tente d'inciter les propriétaires à se regrouper.
De plus, il n'est pas toujours facile d'accéder à certains massifs forestiers, "avant tout parce qu'on manque de routes et de pistes permettant d'accéder aux parcelles : 30 à 40 % de la superficie forestière privée n'est pas desservie", estime Luc Bouvarel. Certaines régions de montagne comme le Massif central ou les Alpes sont particulièrement mal desservies, le relief pentu étant un facteur d'aggravation de la situation.
Les scieurs reprochent aussi aux communes forestières de ne pas exploiter assez leur bois. "Les maires ne coupent pas ce qu'ils devraient couper", par peur des réactions des écologistes ou de leurs administrés qui "veulent une maison en bois mais ne veulent pas couper les arbres", fustige en outre Laurent Denormandie. Quoi qu'il en soit, pour les communes forestières, qui estiment être au maximum de leur capacité, il est hors de question de faire des concessions à l'industrie. "Les industriels disent que la forêt doit s'adapter à l'industrie. Non : c'est un milieu naturel", même s'il ne faut pas en faire un sanctuaire, répond Alain Lesturgez. La forêt publique assure 40 % de la production nationale de bois, alors qu'en termes de superficie elle ne représente que 25 % du massif forestier français.

Emmanuelle Michel

Lundi 12 Mai 2014



Lu 147 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse