Commission Mobilité 21 : priorité aux dessertes portuaires et nœuds ferroviaires


Chargée de hiérarchiser les projets du Schéma national des infrastructures de transport (Snit), la commission Mobilité 21 présidée par Philippe Duron a rendu ses conclusions à Frédéric Cuvillier. La régénération des réseaux existants, les dessertes portuaires et la résolution des goulets ferroviaires en sont les priorités.


Remise du rapport de la commission Mobilité 21 par Philippe Duron à Frédéric Cuvillier © E.D.
Remise du rapport de la commission Mobilité 21 par Philippe Duron à Frédéric Cuvillier © E.D.
Source de mécontentements indissociables à ce genre d'exercice, la hiérarchie et le phasage dans le temps des projets d'infrastructures de la commission Mobilité 21 ont deux mérites toutefois : être cohérentes avec le calendrier européen RTE-T qui prévoit l'achèvement d'un réseau central d'ici 2030 et d'un réseau secondaire d'ici à 2050 et tenter de répondre à l'intérêt général dans un contexte budgétaire tendu. Une fois n'est pas coutume, cet intérêt général reconnaît au transport de marchandises sa juste place à travers trois priorités : l'amélioration des dessertes portuaires, le traitement des points noirs sur le réseau ferroviaire, et l'intensification de la régénération des réseaux routier, ferroviaire et fluvial existants.

" Tronçon ferré Gisors-Serqueux et axe routier Fos-Salon en tête des priorités"


Au titre de la première apparaissent l'électrification du tronçon ferré Gisors-Serqueux pour 240 millions d'euros, et l'aménagement de l'axe routier entre Fos-sur-Mer et Salon-de-Provence pour un coût de 240 à 330 millions d'euros. Au titre de la première, qui profite à tous les usages ferroviaires, figurent les nœuds lyonnais (entre 1 et 1,15 milliard), marseillais (2,5 milliards), et l'axe Paris-Normandie (3 à 3,5 milliards). Avec d'autres grands projets comme l'aménagement de la Route Centre Europe Atlantique (RCEA), ce premier scénario prévoit un investissement de 9 à 10,6 milliards d'euros d'ici à 2030. S'y ajouteraient 20 à 30 milliards consacrés à l'entretien et à la modernisation des réseaux existants.

Second scénario plus coûteux et plus routier

Avec une ressource de 2,26 milliards d'euros à partir de 2017 et jusqu'en 2030, le budget de l'Agence de financement des infrastructures de transport de France (Afitf) couvrirait ces investissements. Le "Rapport Duron" développe néanmoins une seconde hypothèse sur la base d'une augmentation du budget de l'Afitf de 400 millions d'euros par an. Régénération des réseaux existants compris, elle permettrait de libérer une capacité d'investissement de 28 à 30 milliards jusqu'en 2030. Cette somme serait consacrée à accélérer les travaux sur les "bouchons" ferroviaires et, surtout, à lancer une série d'aménagements routiers.
Pour les deux scénarii, le rapport propose ensuite des aménagements sur les périodes 2030-2050, et au-delà de 2050. Tout conservant les priorités fixées, la première comprend plusieurs projets de LGV, routiers et la mise à grand gabarit de la Seine-Amont entre Bray et Nogent-sur-Seine. Au-delà de 2050 figure notamment le projet Saône-Moselle/Saône-Rhin pour 15 à 17 milliards d'euros.

Quid des autres projets portuaires ?

Cette hiérarchisation exclut plusieurs grands projets d'infrastructures portuaires et de dessertes des ports. Ces derniers ont volontairement été retirés au motif qu'ils "relèvent de contrats de progrès État-Région (CPER), de l'Engagement national pour le fret ferroviaire (ENFF) ou des programmes de modernisation des itinéraires routiers (PDMI)", explique Philippe Duron. Nouveau terminal à conteneurs et vrac à Dunkerque, prolongement du grand canal havrais jusqu'au canal de Tancarville, troisième phase de Port 2000, plate-forme multimodale d'Achères ou encore Fos 3XL et 4XL renvoient ainsi aux CPER. Au titre de l'ENFF apparaissent les aménagements à la mise en œuvre de trains longs avec les ports ainsi que les autoroutes ferroviaires et le projet Eurocarex. De la même façon, les projets ayant fait l'objet d'une annonce spécifique comme le canal Seine-Nord Europe, ou d'un Traité international comme la liaison Lyon-Turin sont également sortis du périmètre du rapport. Ses suites seront connues le 9 juillet lors de la présentation par Jean-Marc Ayrault des investissements d'avenir pour la France dont un volet est consacré aux infrastructures de transport.

Érick Demangeon

Vendredi 28 Juin 2013



Lu 362 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse