Concertation sur les infrastructures en Rhône-Alpes


Le préfet de la région Rhône-Alpes a récemment présenté pour concertation aux fédérations de transport FNTR et TLF le projet de schéma régional des infrastructures de transport. Les options prises conviennent aux professionnels, en l’occurrence d’accord sur les sujets évoqués.


© RFF/Giraud Philippe
© RFF/Giraud Philippe
Le préfet de la région Rhône-Alpes, Jean-François Carenco, vient de présenter à la FNTR et à TLF le schéma régional des infrastructures de transport. «Les options prises tiennent compte des problématiques existantes et futures. Nous nous réjouissons de l’abandon du Contournement Ouest de Lyon. Cet ouvrage nécessitait la construction de nombreux tunnels n’offrant pas toutes les garanties de sécurité dans ces zones à fort trafic et son coût aurait été très important», reconnaît Dominique di Bello, président de TLF-Rhône-Alpes.

L'A45, un axe saturé

«En revanche, nous ne transigerons pas sur la réalisation de l’A45 Lyon-Saint-Étienne, premier flux routier de Rhône-Alpes, axe saturé avec jusqu’à 110.000 véhicules par jour». Les études sont lancées mais il faudra bien entre sept et dix ans avant de pouvoir rouler sur cette infrastructure…
Pour l’A89 Balbigny-la-Tour-de-Salvagny, le préfet a proposé de faire remonter sur Villefranche les poids lourds avant qu’ils n’empruntent une bretelle qui serait construite pour 2015 et qui rejoindrait l’A432, elle-même prolongée pour sortir sur l’A6 (contournement Est de Lyon) vers Communay. «Ce tracé nous paraît être le meilleur compromis entre le coût à engager et les besoins de la profession», observe M. di Bello, qui reconnaît que les infrastructures sont nettement plus localisées à l’Est qu’à l’Ouest. C’est un fait.

"Augmenter la performance économique de notre région"


Le choix du contournement routier et ferroviaire de l’agglomération lyonnaise par l’est est appuyé par les professionnels du transport qui estiment que le préfet a pris la mesure du problème de circulation à résoudre dans les plus brefs délais. Les enjeux vont bien au-delà de la seule région Rhône-Alpes. La profession du transport «souhaite que ces grands projets cohérents soient menés avec détermination et servent de socle pour la construction des ouvrages nécessaires pour augmenter la performance économique de notre région».
Lors de cette rencontre, trois autres sujets ont été évoqués. Le premier concerne l’uniformisation des limitations de vitesse des VL et des poids lourds dans l’agglomération lyonnaise, offrant une meilleure compréhension des mesures, plus de lisibilité et répondant aux normes définies par le plan de protection de l’atmosphère.
La profession préconise de passer de 110 km/h à 90 km/h, de 90 km/h à 70 km/h tout au long de l’année sans variation lors des pics de pollution et d’être à 50 km/h dans les villes.
Le deuxième point traite de l’acceptabilité des véhicules dans l’agglomération lyonnaise en fonction des normes euros. Ce qui donnera lieu à une nouvelle concertation avec la profession pour mettre en place un calendrier donnant accès progressivement aux véhicules offrant des normes adaptées au plan de protection de l’atmosphère. «La pollution n’est pas imputable aux seuls poids lourds, loin de là, relève avec vigueur M. di Bello, qui cite par exemple la ville de Chamonix et ses nombreuses cheminées à bois».
La livraison des marchandises en ville, troisième sujet en cours d’examen, et son organisation nécessitent la mise en place d’une commission réunissant tous les acteurs et professionnels de la route sous la houlette de la CCI de Lyon, interlocuteur de la ville de Lyon.
Depuis plus de vingt-cinq ans, les mêmes dossiers sont «en souffrance». Si les professionnels s’accordent, si une volonté politique apparaît, si des fonds sont trouvés (avec entre autres idées celle de réviser les concessions d’autoroutes qui sont passées du public au privé), l’action pourra-t-elle enfin succéder à toutes ces commissions, réunions, études, expertises, débats coûteux et sans fin ?

Annick Béroud

Lundi 16 Avril 2012





Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse