Congo : le bois face aux contraintes de la réalité


Les pays du bassin du Congo veulent transformer davantage sur place le bois extrait de leurs forêts mais ce projet destiné à accélérer la croissance économique se heurte à bien des défis.


Le port d'Owendo, au Gabon © Port d'Owendo
Le port d'Owendo, au Gabon © Port d'Owendo
Premier souci : l'énergie nécessaire qui "n'est pas disponible, car sa production pose problème", explique Emmanuel Ze Meka de l'Organisation internationale des bois tropicaux (OIBT). "Il y a également un manque d'infrastructures de transport", "la fiscalité trop élevée", et le problème de la formation, avec une main-d'œuvre trop souvent peu qualifiée, ajoute-t-il. Emmanuel Ze Meka s'exprimait en marge du Forum international de développement durable de la filière bois du bassin du Congo qui a permis, lundi 21 et mardi 22 octobre à Brazzaville, d'analyser les avantages et les inconvénients des mesures d'interdiction d'exportation des grumes mises en place avec plus ou moins de bonheur pour forcer le développement d'une industrie de transformation locale.
Le Cameroun a été le premier pays du bassin du Congo à interdire l'exportation des grumes, au milieu de la décennie 90, mais il a vite assoupli sa décision. Au Gabon, aucune grume ne sort depuis 2010, mais le bois transformé sur place peine à trouver des débouchés et cela se ressent sur les recettes du pays. "Le Gabon n'est pas un pays qui a une grande tradition industrielle. Ses industries ne sont pas capables de supporter la compétition internationale. Leurs contreplaqués ne sont pas compétitifs face à ceux de la Chine", explique Alain Karsenty, du Centre international pour la recherche agronomique et le développement (Cirad), basé en France. Résultat : la contribution du segment bois au niveau du PIB a baissé de moitié, "à 2,5 %", et "les recettes fiscales forestières ont chuté de 71 %" depuis 2010 , indique Prosper Obame Ondo, à la tête de la direction générale de la valorisation des produits forestiers gabonaise. Pour Alain Karsenty, "la transformation très poussée ne se décrète pas", il faut que l'industrie nationale y soit prête.

"Un manque d'infrastructures de transport"


Depuis 2000, cependant, la moyenne de production grumière dans la région du bassin du Congo a augmenté de 50 % et atteint désormais 7,5 millions de m3 par an, indique le ministre de l'Économie forestière congolais, Henri Djombo. Selon lui, "le taux moyen de transformation est de 54 % dans l'ensemble" de la région (contre 30 à 45 % en 2000). Le Livre blanc publié au Forum de Brazzaville identifie "de grandes différences" entre pays. "Au Cameroun, près de 75 % de la production forestière est transformée localement", et en République du Congo "ce taux oscille, selon les années, entre 51 et 65 %". "Ces taux relativement élevés résultent d'une politique volontariste", ajoute le document, mais "dans l'ensemble du bassin du Congo, il est encore souvent plus rentable pour les entreprises d'exporter des grumes transportées sur des centaines de kilomètres avec leurs déchets, que d'exporter des bois sciés et usinés".
Pourtant, la transformation très poussée du bois est un des objectifs du Plan de convergence que les pays du bassin du Congo ont adopté en 2005 en vue d'une exploitation concertée et d'une gestion durable de leur massif forestier, soumis à une forte exploitation illégale. La transformation locale du bois permettrait de créer des emplois et de diversifier des économies souvent trop dépendantes d'une poignée de produits d'exportation. "Le développement de la filière bois est l'une des voies pour atteindre un taux de croissance à deux chiffres et un taux de chômage à un chiffre", estime Honoré Tabouna, expert de la Communauté économique des États de l'Afrique centrale (CEEAC). Pour réussir, estime Henri Djombo, il faut notamment "assainir le climat des affaires", et "adopter des mesures fiscales incitatives". Deuxième massif forestier tropical du monde après l'Amazonie, le bassin du Congo s'étend sur l'Angola, le Burundi, le Cameroun, la Centrafrique, le Congo, le Gabon, la Guinée équatoriale, la République démocratique du Congo (RDC), Sao Tomé et Principe et le Tchad.

Laudes Martial Mbon

Jeudi 24 Octobre 2013



Lu 352 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse