Contrat type ou cahier des charges : quelle stratégie adopter pour la route ?


Dans le mode routier, les relations commerciales entre donneurs d'ordre et transporteurs ne s'obscurcissent qu'en cas de litige. Ce n'est que lorsqu'elles se trouvent devant le juge que les parties regrettent de ne pas avoir eu recours à un contrat type ou à un cahier des charges. Explications données à Marseille lors de la 25e édition de la convention d'affaires Top Transport à Marseille...


© Volvo Trucks
© Volvo Trucks
Cahier des charges, contrat type ou conditions générales de ventes ? Dans les relations commerciales entre transporteurs et donneurs d'ordre, l'épineuse question figurait au menu du programme de conférences prévu cette année par Adhesion Group, les organisateurs de la convention d'affaires marseillaise Top Transport.
Ce sujet avait attiré de nombreux chargeurs, avides de connaître les bonnes réponses ou d'avoir un éclairage juridique sur un sujet réservant, en cas de litiges, de mauvaises surprises.

Une convention et deux règles

Selon Jean-Paul Meyronneinc, chargé d'enseignement à l'université Paris I (Marne-la-Vallée), "l'enjeu est de taille lorsqu'il y a litige". À ses yeux, "le débat commence lorsque le transporteur ne sort pas son carnet de chèques".
Selon lui, dans le schéma classique, il faut se demander quel est le droit applicable. Il ajoute qu'après avoir tenté de définir "la raison essentielle du litige", on doit se demander où se trouve la bonne réponse. Est-ce dans la lettre de voiture CMR, le contrat type, le contrat de transport ou les conditions générales de vente ? "La question n'est pas facile à résoudre", met-il en garde, avant d'ajouter : "Parfois, il faut se tourner du côté du juge".

"À l'international, l'outil de la lettre de voiture CMR"


Partant du postulat selon lequel les principes de base sont régis par une convention, il explique qu'il existe deux règles. La première consiste à respecter les dispositions légales et la réglementation.
Pour Jean-Paul Meyronneinc, au plan national, la réglementation est régie par le Code des transports, le Code du commerce mais également le Code de la route et enfin le Code du travail.
À l'international, "le transport routier est régi par la CMR, qui date de 1956". Un texte auquel on peut reprocher d'être "très laconique", souligne-t-il. Pour des domaines non couverts, on est donc obligé de recourir à la réglementation nationale.
Autre règle, la mise en place d'une convention écrite entre les parties qui permettra de retrouver le droit et les obligations entre les parties, rappelle l'enseignant, soulignant que les Codes des transports, du travail, du commerce et de la route dominent.
Selon lui, si le contrat de transport prévoit une liberté de signature entre les parties, il doit être simple. Et d'ajouter : "Le transporteur peut faire valoir ses conditions générales de vente".
En matière de jurisprudence, le juge accepte ces conditions (CGV) s'il n'a rien signé. Considérant qu'elles sont acceptées tacitement, précise l'universitaire.
Quant au contrat type, Jean-Paul Meyronneinc prévient de manière imagée : "C'est le caillou dans la chaussure !" Parmi la dizaine qui existent, il insiste sur trois d'entre eux : la location, la sous-traitance et la commission de transport. Il rappelle toutefois que "le contrat type n'a qu'un caractère supplétif. Le juge va donc y chercher ce qui ne figure pas dans le contrat". À ses yeux, "ce n'est donc pas la Bible du transport routier". Et d'ajouter : "Tout ce qui y figure est modulable". Pour l'enseignant, si l'arrangement commercial entre les parties peut primer sur les textes de loi, "on peut se trouver en présence de vides" juridiques. Il souligne l'intérêt de la jurisprudence tout en rappelant qu'une convention prévaut. Il prône enfin la rédaction d'un cahier des charges qui évite d'être soumis à un cadre inconnu...

Vincent Calabrèse

Mardi 18 Octobre 2016



Lu 406 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse