Coopération régionale entre les ports ultramarins


Grâce aux territoires d’Outre-Mer, la France est aujourd’hui le deuxième espace maritime mondial. Ses ports ultramarins possèdent des atouts que la réforme en cours vise à valoriser dans des environnements régionaux en profonde mutation. L’une des conditions de leur développement est leur intégration et la coopération dans leur zone géographique de pertinence.


© PORT DE PAPEETE
© PORT DE PAPEETE
Insérés dans des zones émergentes, les territoires ultramarins constituent un atout stratégique pour la France et, au-delà, l’Union européenne. "Afin de consolider cette richesse, le renforcement de la coopération régionale des Outre-Mer dans leur espace respectif est une évidence et un formidable défi", selon Rémy-Louis Budoc. Membre de la délégation à l’Outre-Mer du Conseil économique, social et environnemental, il est à l’initiative d’un projet d’avis sur les actions à mener dans ce sens adopté par le Cese le 9 mai dernier. Dans le domaine des transports, le renforcement de la coopération régionale préconisé "suppose de disposer de bonnes infrastructures routières, portuaires, aéroportuaires et numériques". S’agissant des ports et du maritime, plusieurs propositions sont avancées. Dans l’océan Indien par exemple, "espace de grande circulation de marchandises, Mayotte et La Réunion ainsi que les pays et territoires qui les entourent ne pourront capter une part croissante de ces flux que s’ils parviennent à se mettre d’accord sur une vision commune d’un espace maritime (et aérien) partagé adossé à des infrastructures adaptées. Au service de chaque île, cette stratégie éviterait une concurrence stérile et coûteuse en termes d’équipements. Pour Rémy-Louis Budoc, ce diagnostic vaut pour l’ensemble des zones ultramarines.

Canal de Panama : nouvelle donne

Cette approche est prise en compte par la réforme des ports d’Outre-Mer votée par le Parlement le 7 février dernier. Outre la modification des gouvernances calquée sur les Grands Ports maritimes métropolitains, elle prévoit la création d’un Conseil de coordination interportuaire Caraïbes entre les nouveaux Grands Ports maritimes de Fort-de-France (Martinique), Dégrad-des-Cannes (Guyane) et Pointe-à-Pitre (Guadeloupe). Dans cette zone, l’agrandissement du canal de Panama d’ici 2014 est présenté par le Cese comme une opportunité pour les ports caribéens. "Ces ports auront une nouvelle fonction de redistribution, de hubs", confirme le Centre d’études supérieures de la marine dans sa brève n° 146 datée du 15 mai. Pour endosser cette fonction, "certains ont commencé les travaux à l’image de Kingston en Jamaïque, Freeport aux Bahamas et Caucedo en République dominicaine", met-elle en garde, soulignant le retard pris par les ports français locaux.

"Création d’un Conseil de coordination interportuaire pour la zone Caraïbes"


"Pour l’instant aucun chantier n’a été lancé et on ne sait s’il y aura aux Antilles un ou deux ports de transbordement, ou si nous ferons appel aux services d’un hub voisin". Éloignées d’une logique de coopération, "la Martinique et la Guadeloupe sont en concurrence. Cette dernière est handicapée par le coût élevé de son projet (300 millions d'euros contre 60 millions d'euros pour la Martinique) en raison de la faible profondeur du chenal d’accès à Pointe-à-Pitre. De l’autre côté, l’instabilité sociale du port de Fort-de-France désavantage la Martinique", développe le CESM qui invite les autorités compétentes "à choisir vite".

Application de la réforme portuaire

Avec Port-Réunion, la réforme des ports d’Outre-Mer prévoit la nomination de "préfigurateurs" pour faciliter sa mise en œuvre. "Le premier devrait être celui de La Réunion, suivi de ceux de Fort-de-France et Pointe-à-Pitre et, début 2013, celui de la Guyane", confie Rémy-Louis Budoc. "Leur rôle est fondamental car ils devront mettre en synergie et en cohérence l’ensemble des acteurs et des statuts, publics et privés, dans ces ports". Pour mémoire, la réforme "sans véritable volet financier", critique-t-il, maintient les activités de manutention bord à quai sous la compétence des nouveaux Grands Ports maritimes, et impose la création d’observatoires des passages portuaires. Elle ne prévoit pas, en revanche, la création de zones franches et/ou logistiques de nature à y faciliter les implantations d’entreprises, et à y promouvoir leur rôle de hubs, déplorait le député Serge Letchimy, lors du débat parlementaire. Dans le même esprit, l’avis du Cese suggère dans les territoires ultramarins la possibilité de déroger aux règles communautaires pour mieux les adapter à leur environnement, du transport en particulier, en citant la question des pavillons pour les dessertes maritimes îliennes et aériennes.

Érick Demangeon

Vendredi 25 Mai 2012





Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 25 Mai 2012 - 17:16 Port Réunion pénalisé par les vracs solides


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse