Cop21 : Haropa récompense les "escales vertes"


Avec pour toile de fond la Cop21, Haropa a récompensé douze compagnies maritimes pour la performance environnementale des navires. Le groupement des ports du Havre, Rouen et Paris a également présenté 21 initiatives pour le climat dans le secteur du transport et de la logistique.


Plus de 4.000 navires ont participé ESI au Havre et dans le reste de l'Europe © Éric Houri
Plus de 4.000 navires ont participé ESI au Havre et dans le reste de l'Europe © Éric Houri
"Une grande satisfaction", selon François Friboulet, de CMA CGM. "La reconnaissance de nos efforts", pour Samuel Perrin de W&W (Wallenius Wilhelmsen Logistics). "Une consécration de notre travail alors qu’il n’y a pas d’obligation à participer à cette démarche", selon MSC. Ce 3 décembre, sur la Seine à Paris, à bord d'un paquebot, douze compagnies maritimes ont été primées pour leurs performances environnementales : APL, CMA CGM, Eukor, Evergreen, Hamburg Süd, Hanjin Shipping, Hapag-Lloyd, Hyundai, Maersk, MSC, NYK, Wallenius Wilhelmsen ont reçu les 5e trophées de l’environnement ESI (Environmental Ship Index) remis par Haropa. À la clé pour ces compagnies toutes signataires de la charte environnementales du port du Havre, une "récompense environnementale" attribuée selon les scores des navires participants et le nombre d’escales effectuées en 2014 dans les ports de l’axe Seine.

Plus de 4.000 navires inscrits

Inciter les acteurs du transport maritime à réduire les émissions de polluants par les navires, au-delà des exigences réglementaires, tel est le principe de la démarche ESI. Il s’agit d’établir un score, pour chaque navire inscrit, à partir de la performance de sa motorisation, ses équipements à bord, le carburant utilisé, son âge. C’est ainsi que près de 800 escales ont été récompensées depuis 2011 par les ports de l’axe Seine, selon Jean-Paul Raffini, du service Environnement du Grand Port maritime du Havre (GPMH). En 2014, 200 des 5.800 escales annuelles ont été notées et sélectionnées par le GPMH qui a consacré cette année-là un budget de 100.000 euros à la démarche ESI.
Initiée en 2009 par six ports d’Europe du Nord-Ouest, Amsterdam, Anvers, Brême, Hambourg, Le Havre et Rotterdam, étendue en 2013 aux ports de Paris et de Rouen, la démarche est suivie aujourd’hui par 40 ports dans le monde partageant le même référentiel.

"De plus en plus d’acteurs participent à un effort collectif"


Plus de 4.000 navires de commerce sont inscrits à l’index ESI, sur une flotte mondiale de plus 50.000 navires, contre une soixantaine au départ. Un bilan très positif pour Jean-Paul Raffini : "La pression des règlements, la préoccupation de la santé des populations riveraines des ports comme le souci de l’image et de la réputation font que de plus en plus d’acteurs sont sensibles aux problèmes environnementaux et participent à un effort collectif".
CMA CGM a ainsi réduit de 50 % les rejets de CO2 de ses navires depuis 2005, "passant de 116 à 60 grammes de CO2 émis par conteneur transporté au kilomètre", explique François Friboulet. "Nous allons réduire nos rejets de 60 % entre 2007 et 2020, soit 200 millions de tonnes de CO2 en moins", assure Patrice Narozny, responsable des opérations chez Maersk. Idem chez Hamburg Süd, engagé depuis 2009 dans un programme de réduction de ses émissions de gaz à effet de serre. Et l’armateur "remplace les planchers de ses conteneurs reefer en bois tropicaux par le bambou ou d'autres matières plus écologiquement responsables", a relevé Haropa. Les efforts des armateurs portent sur la conception des navires, des hélices ou de moteurs dernière génération réduisant les émissions de gaz à effet de serre, l’utilisation des peintures sans étain pour la coque, le traitement des eaux de ballast…

Solutions Cop21

Si le secteur des transports contribue à hauteur de 27 % aux émissions de gaz à effet de serre en France, toutes les initiatives sont bonnes pour promouvoir "des solutions logistiques vertueuses", selon les dirigeants d’Haropa. Les ports de l’axe Seine ont recueilli, retenu et présenté ce 4 décembre au Grand Palais des "solutions Climat" imaginées par des entreprises, institutions, collectivités et associations . Plus ou moins avancées et plus ou moins concrètes. Ainsi, CFT teste actuellement un prototype de bateau à motorisation électrique pouvant transporter une trentaine de caisses mobiles, camionnettes et camions électriques sans recours aux engins de manutention. Franprix (groupe Casino) vient de louer un entrepôt à Bonneuil-sur-Marne pour développer avec XPO Logistics son approvisionnement de Paris (450 palettes et 28 conteneurs par jour actuellement). Le groupe Soufflet investit plus d'un million d'euros dans un équipement lui permettant de réaliser 60 % de ses acheminements par voie fluviale. Saint-Gobain Distribution Bâtiment France s’engage à recourir en priorité à la voie fluviale pour approvisionner au départ du Havre sa base logistique de Brie-Comte-Robert, pour "économiser 25.000 tonnes de CO2 d’ici 2017, soit l’équivalent de 45.000 camions en moins sur les routes".
Et Haropa, qui attend toujours la mise en route du terminal multimodal du Havre pour développer les modes massifiés, ne manque pas de rappeler ses récentes récompenses : l’"Environmental Protection Award" décerné en novembre à Anvers par un jury de professionnels portuaires via l’"International Bulk Journal" (IBJ), la certification PERS par la fondation EcoPorts (Port Environmental Review System) remise en octobre et le trophée "Best Green Port", attribué en juin via la revue "Asia Cargo News" par des professionnels asiatiques.

Natalie Castetz

Vendredi 4 Décembre 2015



Lu 2000 fois



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 15:01 Marseille-Lyon : un avenir en commun


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse